24 septembre 2016

Quand on trouve des solutions!

Hier a vraiment été une journée extraordinaire.

Il y a des jours comme ça, où des dossiers qu'on croyait désespérés se mettent à débloquer, ou l'on trouve soudain des solutions qui règlent tout un tas de problèmes. C'était l'un de ces jours-là.

Premièrement, au bureau : depuis des semaines, j'essayais de trouver le moyen de gérer un dossier problématique (quelqu'un de pas trop organisé n'arrêtait pas de m'envoyer de multiples versions de plusieurs documents, en ne me disant pas ce qui avait changé en plus, grrr, et j'essayais de concilier tout ça dans mes suivis et compilations... tout en rageant!!!).

Voilà, aujourd'hui ça a fait "pop" dans ma tête, j'ai trouvé des moyens de m'y retrouver au fur et à mesure (il suffisait d'établir un petit système maison et le tour était joué!). Hourra!!!

(Dans ce genre de situation, et ça n'a pas manqué ici, je vois généralement dans ma tête l'image d'un mousquetaire qui lance un "HA!" bien senti en attaquant un ennemi invisible avec son épée... Oui, je sais, je suis bizarre! Hihihi!)

Ensuite, pour un projet d'écriture (projet de roman "S" si vous êtes curieux) : Il y avait longtemps que je voulais reprendre ce (gros) projet pour le mener à terme. Ça me roulait dans la tête depuis un bon bout de temps. Mais j'attendais de trouver la solution. Parce que, clairement, il me fallait revoir ma vision globale pour ce projet, mais comment?

Là, JE SAIS QUOI FAIRE! Et je suis euphorique!!! (Et re-mousquetaire qui pourfend l'ennemi imaginaire!)

J'ai établi un plan de match (un peu fou évidemment, sinon c'est pas drôle) et je sais maintenant ce que je veux faire de ce projet-là. Tout change, je recommence quasiment à zéro pour la narration, mais ce n'est pas grave.

Je ressens cette habituelle poussée d'adrénaline quand on débute un projet... Vous savez de quoi je veux parler, n'est-ce pas?

Bon, c'est pas tout ça, j'ai des recherches à faire, moi, et un roman à (ré-)écrire!

7 septembre 2016

Haruki Murakami et réflexions sur l'écriture

Présentement, je suis en train de lire Autoportrait de l'auteur en coureur de fond, de Haruki Murakami. J'ai lu un passage qui m'a interpellée. Je vous le transcris ici (il y fait un parallèle entre la course et son métier d'auteur) :

" Dans le travail du romancier, pour autant que je le sache, la victoire ou la défaite n'ont pas de sens. Peut-être le nombre d'exemplaires vendus, les prix littéraires, les critiques élogieuses sont-ils des critères apparents qui fixent la réussite dans le domaine littéraire, mais rien de tout cela ne compte véritablement. L'essentiel est de savoir si vos écrits ont atteint le niveau que vous vous êtes assigné. Une chose difficile à expliquer. Aux autres, vous pouvez toujours fournir une explication appropriée. A vous-même, impossible de mentir. En ce sens, écrire un roman ou courir un marathon, voilà deux activités qui se ressemblent. Chez les créateurs, il existe une motivation intérieure, une force calme qu'il n'est pas du tout nécessaire de confronter à des critères extérieurs. "

J'ai relu ce passage plusieurs fois. Ça rejoint vraiment mes réflexions actuelles à propos de ce que je veux accomplir en matière d'écriture.

Et justement, mon projet en cours (le projet "H" dont je vous parlais récemment) se prête bien à cette réflexion. En ce moment, j'en arrive à l'étape où je pourrais laisser ma nouvelle telle quelle (elle a déjà subi quelques réécritures), mais je n'en suis pas totalement satisfaite. Alors j'y retourne. Je m'interroge, j'explore, je réfléchis. Éventuellement, je devrais réussir à atteindre le niveau auquel j'aspire pour cette nouvelle. Du moins, je l'espère! Et j'y travaille...

J'aimerais dire que j'ai toujours agi ainsi pour mes écrits. Que j'ai TOUJOURS mis TOUS les efforts possibles dans ce que je faisais. Ce n'est malheureusement pas le cas. Mais j'espère bien m'améliorer dans le futur. Et s'améliorer, c'est aussi l'un des buts à atteindre, n'est-ce pas? :)

5 septembre 2016

Le fameux roman "Z"

Comme le disait si bien Mathieu dans son commentaire sur mon billet d'hier, le titre de mon roman jeunesse (le "projet de roman Z" dont je vous ai déjà parlé) a été dévoilé sur le site internet de Prologue.

L'heure n'étant plus aux mystères, voici quelques informations à propos de ce roman, dont la sortie est prévue pour le 19 octobre prochain :

Titre : ZACHARY, SAUVEUR DE PLANÈTE

Éditeur : Porte-Bonheur

Collection : Anicroche

La page couverture n'est pas encore disponible, mais ne vous inquiétez pas, je vous la montrerai dès que ce sera possible. J'ai vraiment hâte, j'adore cette couverture!!! (Je l'ai déjà dit, je suis toujours chanceuse avec les illustrations qui sont jumelées à mes écrits!)

J'en profite pour vous mentionner que la collection "Anicroche" sera une nouveauté cet automne chez Porte-Bonheur. J'aurai d'ailleurs le plaisir d'y publier en même temps que Carl Rocheleau (Théo et le Minotaure) et Marilou Addison (Les coups-sûrs de Lilly Rose).

Je dois dire que je suis vraiment contente que ce roman-là ait été accepté... parce que je l'ai écrit avant tout pour mon fils. J'avais écrit Malina, mi-sorcière, mi-fée pour ma fille, alors la boucle est bouclée, pas de chicane, tout le monde a son livre spécialement écrit par Maman!

4 septembre 2016

Nouvelles en vrac

J'ai été très tranquille sur le web ces derniers temps, je l'avoue. Autant ici que sur Facebook.

Bah! C'était l'été (désolée, mais moi, quand le mois de septembre arrive, je considère que l'été est pas mal fini!), la période de l'année où on est moins sur l'ordinateur et où l'on profite de la belle température. 

Et puis, ne dit-on pas "Pas de nouvelles, bonnes nouvelles"? C'est ce qui se passe de mon côté. La vie roule vite, mais elle roule bien. Et j'en profite au maximum!

Du côté des nouvelles récentes en lien avec ma vie littéraire, voici ce que je peux dire :

  • Le 8 septembre prochain, à compter de 19 h, je serai à la Librairie Monet pour une table ronde portant sur la SFFFH, en compagnie de Pierre-Alexandre Bonin (qui sera l'animateur), Carl Rocheleau, Vic Verdier et Daniel Sernine. J'en profite pour vous souligner que la librairie offre, du 1er au 8 septembre, un rabais de 15 % sur les livres de SFFFH francophones, ce qui inclut les BD, le jeunesse et l'adulte. Soyez présents en grand nombre, il faut les encourager, ces initiatives-là! (Je suis allée à cette librairie ce matin... et je suis tombée en amour!!!!)
  • Depuis 3 mois, je produis l'Info SFFQ de la République du Centaure, ce qui m'amène à discuter avec des personnes du milieu, qui me transmettent des informations et des nouvelles très intéressantes. Pour accéder aux billets déjà produits, c'est ici.
  • J'ai un roman jeunesse dont la sortie est prévue, en principe, pour 19 octobre 2016. Je ne peux pas en dire plus pour le moment, mais je vous en reparle dès que c'est possible! (Ah! Attendez, je peux vous dire qu'il s'agit du projet "Z", j'en ai déjà parlé ici!).
  • Une de mes nouvelles, intitulée "Mnémose", a été acceptée par une revue bien connue. Encore là... je vous en reparle quand ce sera le temps! Pour le moment, il nous reste à faire la direction littéraire sur cette nouvelle, qui a été produite dans le contexte de l'atelier long 2015.
  • Parlant d'ateliers, je me suis inscrite à l'atelier d'Éric Gauthier (17 septembre) et à l'atelier court qui sera donné par Geneviève Blouin à la mi-octobre. Tout est complet du côté de Geneviève, mais vous pouvez peut-être voir avec Éric s'il lui reste de la place! 
  • Côté salons du livre, je ferai les salons de l'Estrie, Rimouski et Montréal. J'ai hâte!!!
  • Je suis actuellement en retravail d'une nouvelle pour un projet collectif. Appelons-le juste le projet "H"... Et devinez quoi? Je vous en reparlerai quand j'aurai le droit! (je sais, je suis cruelle, hihihihihi!)
  • Je travaille aussi, en parallèle, sur une nouvelle écrite en duo avec ma fille Tania. On aimerait bien soumettre ça bientôt pour un appel à textes.
  • Ah, et le projet "SFFFQ" dont j'ai déjà parlé ici a été apprécié par la maison d'édition auquel il était destiné; il nous reste à faire certains ajustements, mais on peut espérer une publication en 2017!
Sinon, ma grande fille est entrée au cégep en soins infirmiers, ce qui représente un gros changement. Et mon fils est en secondaire 2. Nous avons vécu une entrée scolaire plus mouvementée que d'habitude, mais nous y avons survécu!

Et pour en rajouter une couche, nous vivons des travaux majeurs dans notre maison (un agrandissement avec l'ajout d'un étage en haut du garage). C'est vraiment quelque chose, ce projet-là... Mais ça va changer notre vie familiale au quotidien, alors ça vaut la peine de s'accrocher!

J'espère que tout va bien de votre côté. Amis blogueurs, n'hésitez pas à nous donner de vos nouvelles sur vos blogues respectifs! Un petit résumé de vos projets, ce qui s'en vient pour les prochains mois... Allez, on veut avoir de vos nouvelles! ;)

Et sinon, on pourra se jaser dans l'un des événements qui s'en vient à l'automne. Les occasions ne manqueront pas, je pense!

20 juin 2016

La morale de cette histoire... Toujours traîner un carnet!

Être auteur, c'est aussi, parfois, avoir un comportement un peu étrange avec ses proches.

Par exemple : Hier. J'assistais à un spectacle de musique (mon neveu joue de la guitare électrique). Et là, pendant que j'étais relax, les idées se sont mises à "popper" (comme du popcorn, oui!).

Je me suis penchée pour prendre un stylo dans mon sac à main... Mais aucun papier, pas de carnet, rien! (Je venais de faire du ménage pour alléger la charge et mieux m'y retrouver. Quelle folie m'a prise d'enlever mon carnet pour faire de la place? Misère...)

Je me suis rabattue sur le petit programme du spectacle et j'ai noté mes idées. Ma mère ne comprenait pas sur le coup, mais en me voyant absorbée, elle a compris que l'inspiration venait de me visiter, et qu'il n'y avait rien à faire : je n'arrêterais pas avant d'avoir écrit ce que j'avais besoin d'écrire.

Bon, c'était noté, j'allais pouvoir profiter du spectacle tranquille. J'ai rangé mon stylo.

5 minutes plus tard, ça recommençait à "popper". Fouille dans le sac à main, trouve un autre stylo (j'en ai toujours 2-3, mais à quoi ça peut bien servir quand on n'apporte pas de papier!!!), note. Range le stylo.

La scène s'est répétée à plusieurs reprises. Ce n'est pas de ma faute, certains musiciens avaient un don pour susciter des images en moi, des idées nouvelles, ça n'arrêtait pas!

À la fin, mon programme était rempli de gribouillis. J'ai continué d'avoir des idées dans la voiture. J'ai rêvé du concept toute la nuit. Au matin, j'avais encore plein d'ajouts à faire.

Bon, si je veux que ça s'arrête de tourner dans ma petite tête, il va falloir que j'écrive un résumé cohérent de tout ça, sinon ça va me hanter encore plusieurs jours...

Je ne suis pas la seule à qui ce genre de chose arrive, hein?

5 juin 2016

L'importance d'être soutenue au quotidien

Je ne l'ai peut-être pas souvent dit, mais mon conjoint est un AMOUR!!! Et mes enfants aussi.

Je travaille sur un gros dossier (personnel) en ce moment, et je veux aboutir pour pouvoir passer à la prochaine étape.

Que fait mon chéri pendant ce temps? Il prend à sa charge un maximum de tâches de la maisonnée (en se faisant aider des enfants au besoin, faut bien que ça serve un peu, des ados!).

Très souvent, ma tribu se charge de la vaisselle le soir pour que je puisse récupérer un peu de temps pour mes projets (pas facile d'avancer quand on travaille à temps plein! Ouais, bon, 4 jours/semaine, mais quand même...).

Mon amoureux ne se plaint jamais quand je pars pour un weekend de salon du livre ou autre activité du genre. Il prend toutes les tâches à sa charge, et il n'y a pas d'accumulation à mon retour.

N'allez pas croire que c'était comme ça il y a 10 ans, à mes débuts! Pas du tout. Mais avec le temps, les enfants ont vieilli, et ma petite famille comprend l'importance que l'écriture a pour moi... J'ai fini par atteindre ce résultat, et j'en suis vraiment contente.

Merci chéri, merci les enfants! :)

4 juin 2016

Perdre, c'est aussi parfois gagner

Il faut que je partage une bonne nouvelle : j'en suis rendue à 17 lb perdues à présent! :)

Maintenant, monter sur la balance est une joie, pas un désespoir.

Depuis que j'ai commencé mon suivi avec ma nutritionniste (bon, dans les faits, je me débrouille toute seule à présent), j'ai adopté de meilleures habitudes alimentaires. Ma base est bonne, et je peux me permettre de petits plaisirs sans que ça change la donne.

Le poids descend, lentement mais sûrement. J'ai réussi à inverser la tendance (qui veut que passé un certain âge, on prend inévitablement du poids si on ne change rien à ses habitudes).

J'ai recommencé à piger dans mes bacs de vêtements qui étaient rendus trop petits. Là, ils me font très bien! J'ai l'impression de rajeunir, de revenir en arrière de quelques années.

J'ai hâte de voir jusqu'où je pourrai me rendre avec ça... Mon premier objectif de 10 lb a été atteint. Maintenant, j'ai hâte de voir quand j'atteindrai celui de 20 lb...

28 mai 2016

Un potager minimaliste

Ça y est, Tania et moi venons de faire notre potager (avant c'était "le sien", mais vu le temps que j'y ai toujours mis, je considère maintenant qu'il est à nous deux, hein!).

Au fil des ans, nous avons compris une chose : nous n'avons aucun talent pour le jardinage. Oh, ma soeur a bien tenté de nous expliquer les bases (elle a un super grand "jardin", c'est comme ça qu'on appelle ça par chez nous), nous sommes nulles. Ou alors, nous n'y consacrons pas le temps et l'énergie nécessaires.

Mais ce n'est pas grave. Chaque année, nous plantons des trucs dans le petit rectangle de terre qui nous sert de potager (à gauche du cabanon, dans un coin qui n'est peut-être pas assez ensoleillé, ce qui ne doit pas aider non plus).

Cette année, après bien des déboires, nous avons décidé de réduire nos attentes et nous avons opté pour un potager très minimaliste : 6 sortes de fines herbes, 1 gros plan de tomates cerises et 2 rangées de haricots jaunes et verts. C'est tout.

Pas de concombres (ils prennent de la place sans bon sens pour le peu qu'on réussit à récolter), pas de betteraves (systématiquement, elles se font manger dès que les pousses sortent de la terre), pas de carottes (on a des lièvres qui viennent faire leur tour, vous vous doutez bien du sort que subissent les pauvres carottes), pas de pois mange-tout (c'était pas si pire comme récolte et j'aime bien ça, mais les trucs grimpants, on s'est lassées).

Là, il ne reste plus qu'à espérer que les lièvres du coin ne mangeront pas toutes nos fines herbes! Avec les tomates et les haricots, on n'a jamais eu de problème. Mais pour le reste... je me doute que nos déboires ne sont sûrement pas terminés!

Un jour, quand Tania partira de la maison ou qu'elle se lassera du potager, on remplacera le rectangle de terre par de la pelouse. Ça nous fera des vacances. N'empêche, ça me manquera sûrement, nos séances mère-fille de jardinage banlieusard...


23 mai 2016

Tania publiera son premier texte

Plusieurs personnes du milieu littéraire connaissent ma fille Tania (17 ans), qui me suit souvent dans les événements. J'ai parfois parlé d'elle ici (voir la rubrique "La relève").

Ce weekend, nous avons vécu un beau moment au Congrès Boréal : Tania, qui participait pour la première fois au concours d'écriture sur place (je rappelle qu'il s'agissait de son second Congrès Boréal), a eu l'immense plaisir de se mériter la première place dans la catégorie "Auteurs montants".

Les gens présents dans la salle ont réagi d'une façon formidable à cette annonce : les applaudissements ont fusé de partout, certains criaient des bravos... C'était vraiment un moment spécial, dont Tania se souviendra certainement toute sa vie. Je tiens d'ailleurs à remercier tous ces gens pour le message d'encouragement et d'affection qu'ils ont envoyé à ma fille. Elle tremblait lorsqu'elle est allée sur la scène et elle a vécu de grandes émotions.

Personnellement, j'avais chaud, j'étais émue et j'étais surexcitée. Pensez-y un peu : ma fille va bientôt publier son premier texte! Et ce sera dans Solaris, rien que ça... La maman en moi ne peut plus contenir sa fierté!!!

Pour la postérité, je consigne ça ici. On pourra tous se souvenir du moment où tout a commencé pour Tania. Je suis certaine que tous les auteurs qui liront ce billet se remémoreront leurs propres premiers succès. Ça reste à jamais gravé dans notre mémoire, n'est-ce pas?

Je suis particulièrement contente d'une chose dans les circonstances présentes : en aucun cas, Tania ne doit son succès à quelqu'un d'autre qu'à elle-même. Elle a bien performé durant l'heure accordée pour produire son texte, et les juges du concours ont décidé du reste. Je n'ai rien eu à voir là-dedans. Même si Tania vous dira certainement le contraire!

Oh! C'est certain, Tania a une mère auteure, ça aide. Elle a eu la chance de côtoyer le milieu littéraire depuis son jeune âge. Même si elle n'est pas du genre à se mettre à l'avant-scène quand nous sommes en compagnie de "ma gang", soyez assurés qu'elle est à l'écoute! (rire) Et je lui sers en quelque sorte de mentor pour certains de ses écrits (mais je n'en ai pas vu le dixième, elle est plutôt individualiste dans sa démarche). Je l'aide avec son projet de roman actuel, mais nous avons établi un mode de fonctionnement : j'agis avec elle comme je le ferais avec n'importe quel auteur. Je suis bêta-lectrice, je commente et elle décide.

Nous avons aussi eu d'autres participations pour des nouvelles, où j'ai pris davantage de place (elle était plus jeune), ce qui fait en sorte que si l'une de ces histoires est publiée un jour, ce sera en commun, car je m'y suis davantage impliquée (ce qui est bien correct, ça a été de beaux projets mère-fille!).

Tout cela l'a certainement fait grandir dans sa pratique, mais encore une fois, tout le mérite de son prix lui est attribuable.

Maintenant, Tania se sent mal parce que je n'ai JAMAIS remporté le prix de l'écriture sur place (que voulez-vous, je ne suis pas très bonne avec les délais d'écriture courts, ça me prend du temps pour réfléchir, hihihi!). Pauvre cocotte, ça n'a tellement pas rapport... Je suis plus excitée en ce moment que je ne l'ai jamais été pour mes propres projets, vous n'avez pas idée!!!

À la blague (mais à moitié seulement), j'ai parfois dit à Tania qu'elle irait probablement plus loin que moi dans sa pratique littéraire, qu'elle connaîtrait de plus grands succès, et que j'en serais très fière. Il n'y a pas de compétition entre nous deux, c'est ma fille et je veux le meilleur pour elle. Si elle le souhaite, je l'aiderai, et je serai toujours là pour l'épauler. Elle n'a pas à se sentir coupable de ses succès, ils lui appartiennent et ne m'enlèvent rien.

De toute manière, mon texte pour ce concours n'était vraiment pas au niveau, mais YOUPPI! Là, je sais quoi en faire, et je suis super contente! (je vous l'avais dit que ça me prenait du temps pour réfléchir! Hihihi!)

L'entente entre nous à présent, c'est que je ne lirai pas le texte de Tania avant qu'il n'ait été publié. Je ne veux même pas qu'elle me raconte l'histoire, ni à personne d'autre (des amis à nous présents ce weekend poussaient aussi dans ce sens). Elle fera elle-même avec Solaris la démarche menant à la publication, je ne m'en mêlerai pas (sauf si elle a une question technique pour l'informatique). Elle est capable, elle est grande, et je veux que ce succès demeure le sien, en entier.

Pour la postérité : BRAVO TANIA, JE SUIS FIÈRE DE TOI!!!!!!!

7 mai 2016

Nouvelles en vrac

Deux billets la même journée, je suis drôle, hein? (rire)

C'est juste que je viens de voir que Gabrielle Syreeni, sur son blogue, mentionnait récemment que la blogosphère avait perdu son effervescence. Elle pointait, entre autres, mon blogue, et mentionnait que j'avais publié peu de billets personnels depuis le début de l'année, me concentrant surtout sur le Congrès Boréal (et le rôle d'ambassadrice que j'ai décidé d'endosser pour les informations reliées au congrès). Ça m'a donné le goût d'écrire un billet.

C'est tout à fait vrai, je le reconnais, je suis moins présente ici et sur Facebook (comme bien d'autres auteurs, d'ailleurs). Il y a tout plein de raisons qui expliquent ça (on ne va pas se mettre à les expliquer en long et en large, hein les copains, bof!), mais je me suis dit que c'était une belle occasion de vous donner quelques nouvelles en vrac! (j'y pensais depuis longtemps, mais je ne trouvais pas le temps, alors voilà le bon moment!)

Une fois de plus, j'invite mes collègues blogueurs à en faire autant, tiens! Vous en êtes rendus où? Quelles sont vos préoccupations actuelles? Avez-vous des annonces croustillantes à faire pour vos projets en cours? Voici ce que j'ai à dire de mon côté :

  • Comme vous l'avez vu, j'agis à titre d'ambassadrice pour le Congrès Boréal. Mon intérêt de ce côté est de faire en sorte que l'information circule (c'est mon défi de vie en ce moment, tant au travail que dans ma vie personnelle!). Je souhaite aussi favoriser l'effervescence de cet événement auquel je participe depuis 2009, et qui m'a permis de me faire beaucoup de contacts et d'amis dans le milieu, d'en apprendre davantage sur le milieu de l'édition et de réfléchir à divers aspects de ma pratique littéraire. Bref, c'est pour la bonne cause!
  • Effectivement, j'ai produit le document de concordance de la série Les Clowns vengeurs (voir ici). Ce n'était pas une commande, mais bien un intérêt personnel, dans le cadre de recherches pour la rédaction de ce qui est devenu Allégeances, mon roman coécrit avec Nadine Bertholet. Une initiative personnelle, donc, qui a donné ce résultat dont je suis fière. Une affaire de fous, aussi (vous n'avez pas idée à quel point ça a pu me prendre du temps, à mettre des post-it dans tous les bouquins des Clowns vengeurs que j'avais à la maison - je les collectionne, je suis une grande fan de la série! - et de retranscrire tout ça!). Ce n'était pas ma première folie du genre, et comme d'habitude, je me suis dit que ce serait complètement stupide de ne pas partager ça avec de futurs auteurs de Clowns vengeurs. Tout ce travail juste pour moi? Ça rentabilisait bien davantage mon temps d'offrir à Porte-Bonheur de rendre disponible le document à tous. Et entendons-nous bien, quand je parle de "rentabilisation", je n'ai reçu aucune rémunération, de quelque façon que ce soit, pour ce document. Je n'ai rien demandé non plus. Disons que c'est le genre de folie que je peux parfois faire (comme de donner entièrement à une oeuvre caritative un premier prix reçu pour un concours littéraire pour tenir une promesse que je m'étais faite, hein, Gen?), et que j'assume pleinement!
  • J'ai signé récemment un contrat d'édition pour un roman jeunesse qui paraîtra à l'automne (date avancée pour l'instant : 19 octobre 2016), et je suis rendue à l'étape de la révision. Je ne suis pas toute seule là-dedans, car j'ai proposé une idée de nouvelle série, dans lequel mon roman va s'insérer, mais aussi ceux de bien d'autres auteurs. Je ne peux pas en dire plus pour l'instant, mais ce sera à surveiller! (et j'ai un gros sourire dans la figure en vous disant ça!)
  • Dans une réflexion globale à propos de mes activités littéraires, sociales et professionnelles, j'ai apporté certains changements à mes pratiques. Notamment, je suis beaucoup moins sur les réseaux sociaux... mais j'écris beaucoup plus! C'est là un processus normal, je pense, pour un auteur qui grandit au sein du milieu. Les projets s'accumulent, on doit apprendre à mieux gérer son temps (et moins s'éparpiller). Je pense que je suis tout doucement devenue plus "adulte" dans ma pratique. Mais ne vous méprenez pas : j'ai toujours BEAUCOUP de plaisir à côtoyer les gens! Simplement, je le fais davantage en vrai, lors de rencontres occasionnelles, ou bien j'entretiens des correspondances privées avec des amis (on s'est même organisés un weekend d'écriture récemment). Je remarque que le tout me satisfait davantage que les réseaux sociaux.
  • Depuis le début 2014, j'ai fait plusieurs salons du livre, et j'en retire toujours une grande satisfaction. J'aime voir les gens, vendre des livres (tenir le kiosque des Six Brumes est toujours un réel plaisir, c'est génial de vendre les livres des autres!), vivre des expériences toujours enrichissantes.
  • Ma fille Tania (17 ans) vit plein de gros changements ces temps-ci. Elle passera bientôt son examen pratique de conduite (donc, ça fait plus d'un an qu'on est là-dedans, je ne vous dis pas à quel point j'ai de la misère avec cette étape de vie!). Elle terminera bientôt son secondaire et nous avons fait plein de démarches pour son bal de finissant (ça aussi, que de plaisir!). Elle a été acceptée au premier tour au cégep (héhéhé!) pour une technique en soins infirmiers (nous sommes très fiers!). Elle a terminé d'écrire son premier roman (après bien des projets commencés, elle en a finalement terminé un pour de vrai) et nous le retravaillons ensemble (comprendre ici : je lui commente le tout comme je le ferais avec n'importe quel auteur). Elle compte le soumettre d'ici quelques semaines/mois, quand elle se sentira à l'aise. Et elle est en train de travailler sur un autre roman. Ah! Et elle se cherche un premier emploi (à temps partiel pour l'instant et à temps plein pour l'été). Pas facile, quand on n'a pas d'expérience!
  • Mon fils (13 ans) va très bien, il est en secondaire 1 et aime toujours autant les jeux vidéo. Ça fait plusieurs cours qu'on lui fait prendre avec la ville pour apprendre à programmer de petits jeux, il adore. Qui sait, peut-être qu'il sera en informatique plus tard? (il a bien le temps d'y penser!) Il s'en vient pas mal bon en anglais, il m'impressionne! Il lit des briques en anglais (à moitié pour l'école, à moitié pour le plaisir), comme les Percy Jackson, les Héros de l'Olympe, Fablehaven... C'est beau à voir!
  • Mes bobos se sont bien améliorés avec le temps (et les nombreux rendez-vous en ostéopathie, physiothérapie-erpégiste, massothérapie). Tellement... que je ne prends plus de médicaments pour les migraines depuis plusieurs semaines, et ça va super bien! Bon, j'ai encore des douleurs (hanches, genou droit, avant-bras), ça fait partie de ma vie on dirait (être sédendaire et travailler toujours assis derrière un bureau, ça a des conséquences à la longue). J'essaie de travailler là-dessus.
  • J'ai commencé un suivi avec une nutritionniste, et j'ai perdu du poids (13 lb à ce stade-ci). Je suis bien contente. Le tout va se poursuivre au cours des prochains mois.
  • J'ai ENFIN atteint une étape importante de ma vie : j'ai maintenant, et officiellement, 40 ans!!! (ouaip, j'en suis pas mal fière!) Bon, je vais enfin pouvoir donner plein de conseils aux p'tits jeunes qui m'entourent, du haut de ma grande sagesse... (pwahahahahaha, je sais, ça ne marchera avec personne, j'ai déjà essayé!)


Sinon, que pourrais-je dire d'autre? J'ai des projets sur la table (dont SFFFQ, notre gros projet collaboratif sur lequel on travaille fort), des trucs en cours qui seront éventuellement publiés, des trucs que j'ai soumis et pour lesquels j'attends des nouvelles. Je n'ai plus vraiment envie de venir raconter tout ça ici, car avec ma nouvelle vision des choses, il m'apparaît peu utile de parler de tous ces menus petits détails, tant que les publications ne peuvent pas être annoncées. Mon temps disponible est une denrée rare. Je coupe du temps à ma famille pour pouvoir écrire (un gros merci à ma petite famille de faire souvent la vaisselle le soir, pendant que je vais écrire ou régler quelques dossiers plus urgents!). J'ai beaucoup d'occupations autres que l'écriture, le blogue, les médias sociaux. Il y a la vraie vie, aussi.

Le Congrès Boréal sera certainement une belle occasion pour que je puisse jaser avec certains d'entre vous. J'ai hâte! En principe, Tania m'accompagnera (à moins qu'elle ne se soit trouvé un emploi, évidemment)

Et tiens, en ce moment, j'ai une idée de fous qui me trotte dans la tête, en lien avec le rôle d'ambassadrice que j'ai occupé pour ce Congrès Boréal (j'ai beaucoup aimé mon expérience) : répertorier à un même endroit toutes les annonces d'événements (lancements, congrès, animations, ateliers), afin de permettre aux gens du milieu de mieux s'y retrouver. Un peu comme la page Facebook "Nouveautés québécoises", qui apporte une belle contribution au milieu. Je ne sais pas encore ce que je vais faire avec cette idée de fous. Quelqu'un a des idées? (des discussions ont déjà circulé à ce sujet, mais on n'a rien de concret en ce moment) Bon, mes proches me disent de me calmer, je manque déjà tellement de temps pour tout faire... Mais c'est l'une de mes préoccupations actuelles : faire circuler l'information de façon efficace. Et, si possible, d'une manière qui ne me boufferait pas trop de temps et d'énergie. Je vais continuer d'y penser...

Allez! Je vous dis à la prochaine, portez-vous bien et amusez-vous dans vos projets!