23 septembre 2020

Oh allez, je me fais plaisir

Bonjour à tous!

Dernièrement, j'ai lu un passage dans un livre, et ça m'a énormément inspirée.

Je l'ai partagé à une amie auteure, qui m'a dit que justement, ça tombait super bien, elle avait besoin de ce genre de texte à ce moment-ci de sa vie littéraire.

Alors tiens, si jamais ça peut aider d'autres auteurs (ou artistes ayant d'autres talents, on ne sait jamais), je vous partage ce fameux texte. 

Il est tiré du livre Les Muses, d'Alain Samson. (Malheureusement, je n'ai pas pris les pages concernées en note, désolée, je ne pensais pas partager ça ici!)


Cessez  de craindre le regard des autres

Il existe une très bonne manière pour n’importe qui d’éteindre son feu créatif. C’est de créer en pensant au regard des autres, en visant la gloire ou en anticipant les récompenses futures que l’œuvre en cours vous permettra d’obtenir. C’est créer en fonction de votre perception d’un public extérieur, en tenant de deviner ce qu’il aimerait retrouver dans votre art et en vous censurant en conséquence. Cela vous enlève tout élan créatif et fait de vous un technicien.

Pour créer, vous devez vous laisser posséder par votre art et laisser votre imagination prendre le contrôle de ce que vous faites. C’est impossible à réaliser si vous vous projetez en même temps dans le futur en vous demandant ce qui satisfera les gens ou en vous préoccupant constamment de ce que diront de votre œuvre ceux qui vous entourent. Vous ne pouvez pas à la fois jouer le créateur, l’agent et la critique. Vous devez vous lancer dans votre art, le laisser prendre possession de vous et laisser au destin la suite des choses, les félicitations et les prix.

Lancez-vous dans une activité, artistique ou non, en vous disant que vous allez créer en puisant à même ce qui vous anime. Votre objectif est de vous perdre dans le flow. Pas question de jouer les critiques. Laissez-vous aller et que votre intuition soit votre guide. Au moment où vous créez, c’est votre création qui importe. Pas le reste de l’univers.

Ceux qui ont connu le plus de gloire ne visaient pas le succès mais étaient plutôt des créateurs poursuivant un rêve intérieur. Et c’est à force de tentatives et d’essais qu’ils ont trouvé leur voie, qu’ils ont développé leur talent et qu’on les a reconnus. Commencez par vous faire plaisir et devenez le meilleur que vous puissiez être. La reconnaissance viendra ensuite.

Si vous écrivez, ne vous mettez pas en tête d’écrire comme un auteur que vous admirez. Son style est déjà pris et si vous tentez d’écrire en fonction de ce qui se vend bien en ce moment en librairie, il est possible que cette mode soit passée quand votre livre sera finalement lancé. Écrivez parce que vous aimez écrire. Votre propre style finira bien par émerger. Si vous n’aimez pas écrire, trouvez une autre activité dans laquelle vous vous réaliserez. Le succès se présentera peut-être par la suite, mais vous aurez eu du plaisir pendant tout ce temps. Si ce que vous faites avec art vous élève, vous avez déjà votre récompense. Votre motivation est intrinsèque.

Créer dans le but d’être reconnu fait en sorte que la récompense que vous espérez est extrinsèque. Ça peut être utile si vous n’aimez pas cette activité mais, dans ce cas, pourquoi ne pas faire autre chose? De plus, vous ne pourrez jamais faire plaisir à tout le monde. L’œuvre universelle capable de relever ce défi est une utopie, tout comme la perfection.

Ne vous perdez pas en cherchant l’assentiment de tous ceux qui vous entourent. Cela vous rend esclave d’eux. En créant pour le plaisir de créer, vous vous libérez. Vous faites fleurir votre individualité. Ensuite, arrivera ce qui arrivera. Mais d’ici là, éclatez-vous et devenez ce médium par lequel s’exprimera tout votre art.

Bref, misez sur l’authenticité et les récompenses intrinsèques. À tout moment, ayez le courage d’être qui vous êtes réellement. C’est à ce prix et avec le temps que les autres finiront par vous « découvrir », parce que c’est la façon de leur permettre de réaliser qui vous êtes vraiment. On ne vous découvrira jamais si vous jouez un rôle ou si vous créez sans vous amuser.

C’est après ce processus créatif que la critique pourra vous aider non pas à devenir quelqu’un d’autre, mais plutôt à continuer de développer votre art.

2 commentaires:

Gen a dit…

Très inspirant, en effet! Merci ma chère!

Isabelle Lauzon a dit…

:)