11 août 2017

Nouvelles estivales

Coucou!

Je sais, je me fais rare ces temps-ci. J'ai soudainement eu envie de vous donner des nouvelles, alors me voilà (pour ceux qui passeront ici entre deux plaisirs estivaux)!

Il faut dire que j'ai pris une pause des réseaux sociaux depuis un bout de temps. Ça m'a fait un bien fou, et je compte bien continuer à mettre la pédale douce sur Internet (mais je serai de retour dans la vie sociale réelle à l'automne, promis!). 

Que voulez-vous, la vie "réelle" est déjà bien prenante et captivante, alors pour ce qui est de la vie "virtuelle", j'ai décidé de rééquilibrer un peu les choses. 

La recherche d'un juste équilibre a d'ailleurs souvent été au centre de mes préoccupations ces dernières années (entre la famille, le couple, le travail, la maison, l'écriture, le social et les autres sphères de ma vie, j'ai toujours l'impression de devoir jongler un peu!). Je dois dire que ça va très bien en ce moment. Malgré (et peut-être grâce à?) certains déboires que j'ai récemment vécus avec un éditeur, mais je ne parlerai pas de cela ici. Disons juste que j'ai vécu une grosse déception, tout comme d'autres auteurs en vivent parfois. Après mûre réflexion, il apparaît que l'écriture fait partie de ma vie, même si des situations déplorables peuvent arriver, et pour le reste c'est à moi de faire la part des choses (et d'en tirer des leçons, au besoin).

Plus joyeusement, côté écriture, Gen, Carl et moi avons encore vécu d'autres étapes pour la publication (prévue à l'automne) d'Écrire et publier au Québec : Les littératures de l'imaginaire. Je dois dire que ce projet m'a amenée à pousser plus loin ma réflexion sur divers aspects de l'écriture (et Gen aussi, je lis avec grande attention ses réflexions littéraires). En lançant mon idée de fous pour ce projet au début du processus, je voulais aider les auteurs en herbe, mais aussi favoriser une réflexion au sein du milieu. Je dois dire que j'ai été la première servie, puisque ce projet m'a grandement fait réfléchir à différents aspects de ma pratique (par exemple, pour le plan que j'utilise pour mon projet en cours). En tout cas, j'ai vraiment hâte que ce bouquin-là soit enfin publié!

Sinon, même si j'avais l'impression d'être dans une période tranquille pour l'écriture, j'ai écrit quelques nouvelles (que j'ai soumises, on verra bien), et je suis retombée (encore!) dans mon projet S. Je n'en dis pas plus à ce sujet, mais disons que j'écris d'abord ce roman pour moi, et qu'en ce moment j'explore une approche différente. C'est très enthousiasmant, et la publication (ou non-publication) éventuelle m'indiffère quelque peu, je veux surtout profiter du plaisir relié au processus. 

Ça a été la même chose pour un projet sur lequel j'ai travaillé récemment, qui a commencé par une nouvelle fort prenante qui a fini par prendre de l'ampleur (la vilaine!), et que je laisse dormir pour le moment (tiens, je vais l'appeler le projet Étoiles). J'ai l'impression que je pourrais en faire un roman, sauf que ça doit mijoter encore.

Je remarque certains éléments qui changent avec le temps. Pour commencer, maintenant qu'il est très clair dans ma tête que l'écriture ne sera jamais au premier plan de ma vie et que je ne compte pas en faire un métier à part entière (mon travail actuel paie très bien et je m'y réalise beaucoup), j'ai retrouvé le plaisir d'écrire sans pression, pour le plaisir. C'est beaucoup plus intéressant pour moi comme ça, et je trouve que mes projets me ressemblent davantage. 

L'autre point qui a changé, c'est que je me fais davantage confiance. J'écoute un peu plus ma petite voix intérieure (celle qui, comme dirait Gen, a souvent la laryngite, pauvre elle!). J'en suis rendue à une étape où, comme je le disais, la publication m'importe moins que le processus. 

Aussi, je prends davantage le temps de réfléchir à ce que je veux faire, à m'interroger, à creuser, à explorer. Je ne suis pas pressée, et j'écris quand je me sens prête à le faire (et non pas en me mettant en tête toutes sortes d'obligations souvent injustifiées). Je me sens libre. Libre de tout faire, ou de ne rien faire.

Bon, ça c'était pour ce qui se passe dans mon intérieur à moi, je vous en ai quand même livré beaucoup! ;)

Pour le reste, la petite famille va bien, nous sommes en vacances. On fait de petites sorties et on règle de petites choses, mais on prend surtout le temps d'être très, très, trèèèèès relax (j'ai vécu un déménagement de nos locaux au bureau, alors ouf! les vacances sont plus que bienvenues!).

J'espère que tout va bien par chez vous, et que nous aurons le plaisir de nous voir dans l'une ou l'autre des activités de l'automne! Sinon, ne vous gênez pas pour m'écrire si vous avez le goût de me jaser (isabouquine@hotmail.com), j'ai tendance à être assez assidue dans mes courriels (alors que si vous m'écrivez sur Messenger, vous risquez d'attendre un bon bout de temps! lolol).

Profitez bien de l'été, ça passe trop vite!

4 commentaires:

Gen a dit…

Yé! Des nouvelles d'Isa! :) Me semble que ton texte respire la liberté et la joie de vivre, ça fait du bien à lire.

Et en passant, tu sais, la balle est dans ton camp pour nos courriels... :P (meuh non, je mets pas de pression... ah si, un peu quand même! hihihihihihihihihihi! ;) Allez, après notre super dîner de l'autre fois, j'suis sûre que ce sera pas SI long... ;)

Isabelle Lauzon a dit…

Pwahahaha! En effet, c'est à mon tour de te répondre! (j'attendais d'accumuler un peu de nouvelles fraîches, mais je te réponds bientôt, promis! Hihihi!)

Hé! Tu t'en viens bonne pour analyser mes sentiments par le biais de mes écrits! En effet, je suis très bien en ce moment, c'est vraiment le fun de vivre ça. Allez! La suite par courriel en privé! ;)

Mathieu a dit…

Ça fait plaisir de lire de tes nouvelles, Isabelle, et de voir que tu vas bien ! :)

Tes projets d'écriture à venir m'intriguent ; j'ai hâte de voir ce que ça va donner. À ton rythme.

Idem pour Écrire et publier au Québec ! Je sens que ça va être plus qu'instructif !

Isabelle Lauzon a dit…

À Mathieu : Contente que tu viennes me faire un coucou ici! :) J'ai hâte à cet automne, quand je pourrai revoir la gang. Le social du milieu me manque un ti-peu, j'avoue! ;)