26 octobre 2015

Découvrir le milieu dans lequel on rêve d'évoluer

Je reviens d'un salon du livre, où certaines rencontres avec des aspirants auteurs m'ont fait réfléchir.

Car oui, parfois, en salon ou ailleurs, un auteur débutant vient me voir et on jase. Je lui explique comment les choses fonctionnent, je lui donne des conseils (au mieux de ma connaissance). Je lui parle de divers parcours, j'essaie de l'aider à comprendre le milieu.

J'aime aider. À petite dose, parce que je manque de temps (c'est chronique chez moi), mais il y a toujours des occasions propices à ce genre d'échanges.

J'essaie d'aider parce que je me souviens comment c'était pour moi au début. Et parce qu'au fil du temps, j'ai vu des gens tomber dans certains pièges, se nuire à eux-mêmes en ayant certains comportements.

L'un deux, en particulier, est le manque d'intérêt envers le milieu. Très souvent, je suis étonnée de voir à quel point on ne sait pas, au début, à quel point il est important de le connaître, ce milieu.

On est là avec nos rêves, on veut être publiés, mais on ne sait pas comment les choses fonctionnent. Ou alors, on se fait de fausses idées, on prend nos désirs pour des réalités. On pense qu'on va écrire un best seller du premier coup, et que les éditeurs vont se bousculer à notre porte pour le publier... Mouais. Je ne veux péter la bulle de personne, mais ce n'est juste pas comme ça que ça marche!

Écrire des histoires, c'est bien. Mais si on aspire à plus, si on veut être publié, mieux vaut savoir où les envoyer. Au début, bien souvent, on envoie nos trucs un peu n'importe où, puis (idéalement), on finit par mieux cibler. On examine ce qui se fait, on tombe en amour avec certaines maisons d'édition, et puis on se dit que c'est là, oui, c'est là qu'on veut être publié...

Avis aux auteurs débutants : Il faut absolument prendre le temps de découvrir les maisons d'édition, de prendre la peine de voir ce qu'ils font. Et là, je ne parle pas seulement des livres, mais aussi des gens, des acteurs de ce fameux milieu auquel on aspire à appartenir.

Si j'avais un seul conseil à donner à un aspirant auteur, ce serait celui-là : sortez de chez vous, allez en salon du livre et les événements, allez jaser avec le monde, et surtout, surtout, intéressez-vous à ce qu'ils font! (heu, oui, parce que juste parler de vos trucs à vous, ça n'aidera pas tellement...)

Si vous voulez vraiment devenir un auteur à part entière un jour, vous aurez à côtoyer ces gens-là. En avez-vous envie ou pas?

Ou alors, c'est moi qui suis juste trop sociable. Parce que pour moi, publier, ça veut aussi (et surtout?) dire côtoyer plein de copains, participer à l'effervescence du milieu, rencontrer des gens!

Une autre option possible, c'est d'écrire des nouvelles littéraires. Pour ça, on ne vous demandera pas d'être hyper sociable. Mais pour les romans, mieux vaut avoir un minimum d'entregent...

2 commentaires:

Claude Lamarche a dit…

Les contacts, toujours les contacts.

Isabelle Lauzon a dit…

Ça fait partie du plaisir de la chose! :)