14 octobre 2014

Mes sympathies

Je voudrais juste prendre le temps d'exprimer toutes mes sympathies aux gens (auteurs, directeurs littéraires, réviseurs, etc.) qui gravitaient autour de la maison d'édition La courte échelle.

La triste nouvelle a été annoncée il y a quelques jours : la maison est en faillite.

Ce n'est jamais une bonne nouvelle. Ce qui me touche particulièrement, c'est le coût humain de cette faillite.

Tous ces gens qui ont été mis à pied. Tous ces auteurs qui ont des titres à La courte échelle, qui avaient des publications annoncées et se retrouvent devant des points d'interrogation.

Bon courage à tous dans cette épreuve. Je croise mes doigts pour qu'il y ait des jours meilleurs pour vous tous.

6 commentaires:

Gaby a dit…

Pour moi, la courte échelle, c'est mon enfance. J'ai eu sincèrement un choc lorsque j'ai appris la nouvelle.

Isabelle Lauzon a dit…

Je crois que c'est un choc pour tout le milieu... C'était une maison solide et bien établie, c'est vraiment triste...

Prospéryne a dit…

Mes premiers romans étaient publiés à la Courte Échelle. Ils ont enchantés mes premières lectures. C'est une perte immense pour le Québec.

Isabelle Lauzon a dit…

À Prospéryne : En effet... :(

Gen a dit…

Je suis encore dans le déni je pense. J'arrive pas à croire que c'est vrai!

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Je capote. Si une grosse maison comme ça, aussi populaire, n'arrive plus à tirer son épingle du jeu, comment les autres feront-elles? Mais bon, je ne connais pas toutes les raisons derrière cette faillite...