11 septembre 2014

Des amies de tous les âges

Je suis dans une période introspective ces temps-ci.

Tout y passe dans mes réflexions : les obligations quotidiennes, la nécessité de performer, la valeur que j’accorde à ma personne pour différents aspects, mon rapport à l’écriture, au stress, au travail, à la société en général…

Ce doit être le mois de septembre qui veut ça. Ou bien l’après atelier court. Ou le changement majeur survenu dans la vie de mon amie Gen ces dernières semaines (soit : l’arrivée d’un bébé). Ou encore tout plein d'autres événements mineurs, tout ça mis ensemble!

Qu’est-ce qui a motivé ce billet aujourd’hui, spécialement? Un autre billet, lu hier au déjeuner, dont voici le lien. L’auteure y donne des conseils à une amie qui a choisi de ne pas avoir d’enfants. Ça m’a « parlé », comme on dit.

J’observe les femmes qui m’entourent. Mes amies, mes connaissances, mes collègues. Pour le bien de ce billet, je les appellerai tout simplement « mes amies ».

Elles sont toutes différentes, mes amies, mais je me retrouve en chacune d’elles. À ma façon.

Chez mes amies plus jeunes, je retrouve l’énergie, la combativité, la volonté de changer les choses. Le désir d’être entourée, de bouger, de s’accomplir. Je reconnais celle que j’étais avant, celle que je suis encore par certains aspects.

Chez mes amies plus âgées, je découvre la sérénité. Le calme, la sagesse, le besoin de se recentrer sur soi, d’être bien avec soi-même et dans son corps, d’être en paix. Il s’agit de mon parcours actuel, de mes aspirations des dernières années.

Donc, je me retrouve, quelque part, entre ces deux catégories d’amies.

Si je me regarde à travers les yeux des plus jeunes, je me sens trop tranquille, casanière, encroûtée dans ma routine. Pas blasée, mais avec assez de vécu (et trop peu d’énergie) pour ne plus avoir envie de me battre sans cesse, pour tout et rien, pour changer le monde.

Et si je me regarde à travers les yeux des plus âgées, je me découvre pleine de vie, d’énergie, de non-conformisme. Je suis celle qui dit ce qu’elle pense, qui ne s’en laisse pas imposer, qui mène sa barque et sait où elle s’en va. Quitte à paraître effrontée s’il le faut!

Vous voyez à quel point ces perceptions sont différentes, dépendant des yeux à travers desquels je me regarde? Bien sûr, je généralise et j’amplifie, mais c'est tout de même comme ça que je perçois le tout.

Je dois dire que chacune de mes amies m’apporte quelque chose. En les observant, j’en apprends davantage sur moi-même. Où sont mes limites, ce que je souhaite (ou ne souhaite pas). Quelles sont mes forces et faiblesses, mes aspirations, mes réussites et mes points à améliorer. Et ce que je ne souhaite pas changer.

On dit toujours qu’il faut éviter de se comparer. Facile à dire, moins facile à faire! Et puis, il est bon, je trouve, d’être confrontée à d’autres personnes. D’évaluer nos ressemblances et nos différences, d’essayer de comprendre ce qui motive les autres, d’apprendre de leur vécu et s’en servir pour évoluer.

Parfois, je voudrais être plus forte, meilleure. Puis je me dis que nous sommes ici, sur Terre, pour apprendre. Je ne choisirais pas une autre vie que la mienne, c’est certain!

Autre point qui est certain : Je n’ai pas vraiment hâte d’être rendue à l’âge de certaines de mes amies. Aux prises avec la ménopause et ses inconvénients… Mais ça viendra un jour, pas le choix. En attendant, je les observe, j’admire leur parcours, ce qu’elles sont devenues, ce à quoi elles aspirent.

Et lorsque je regarde mes amies plus jeunes, je leur souhaite du beau. Pas trop de déceptions, de belles réussites et tout le bonheur dont elles rêvent.

Mes belles amies, quel que soit votre âge, j’ai envie de vous dire une chose : Non, la vie n’est pas toujours évidente pour nous, les femmes. Beaucoup d’obligations au menu, de pression sociale, de conseils bien intentionnés (mais pas toujours bienvenus), de tâches. Et en contrepartie, bien peu de temps pour tout accomplir dans cette vie.

Dans votre tourbillon quotidien, prenez donc le temps de penser à vous aussi. Trouvez vos petits bonheurs, gâtez-vous, entourez-vous de gens positifs!

Bon, ça m’a fait du bien d’écrire ce billet. Et de ce pas, je m’en retourne à mes occupations, obligations… et réflexions!

6 commentaires:

Gen a dit…

En effet, très introspectif comme billet.

Ce qui me fait sourire, c'est de savoir que je compte parmi tes amies "plus jeunes" (et siiii énergiques... lolol!) alors qu'on a quoi? Un gros cinq ans d'écart? Mais des chemins de vie assez différents, j'avoue! (étant donné que je viens d'avoir mon premier bébé au moment où tu dois parler contraception avec ta plus vieille!!! ;)

Isabelle Lauzon a dit…

LOL En effet, je te classe définitivement parmi mes amies les plus jeunes! (quoique j'en ai côtoyé une plus jeune dernièrement, et elle était encore plus "énergique" que toi! lolol).

Mais c'est vraiment drôle, entre toi et mes copines du bureau, il y a tout un écart dans les perceptions, façons de voir les choses et réactions!

Toutes les deux, on a 5-6 ans d'écart, je crois (faisons le calcul : j'ai 38 ans, je ne suis pas gênée de le dire publiquement). Mais ça me paraît parfois énorme, si je regarde nos chemins de vie! Tu commences tout juste le plaisir d'avoir des enfants et tout ce que ça apporte aussi comme responsabilités, tâches, fatigue, inquiétudes, joies, et j'en passe...

Et ouais, avec ma grande de 15 ans, on commence à être rendu à d'autres étapes, là... Sans commentaire! ;P (mais non, je blague, ça va super bien avec Tania... pour l'instant du moins! lol)

Gen a dit…

J'ai 32 ans, donc ça nous fait 6 ans d'écart.

Mais pour les différences de perception avec tes copines du bureau... ben disons qu'il y a une différence de milieu et d'éducation aussi! ;) Faut pas oublier que je suis une snob d'universitaire et une artisse pas de job! ;p

Et si mes plans avaient fonctionné comme prévu, mon enfant le plus vieux se préparerait à entrer en maternelle. Mais bon...

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Ah, moi, tu sais, les artisses et les universitaires... lolol

Et regarde ça autrement : si la vie avait été moins pressée pour moi, mes affaires n'auraient pas fonctionné tout de suite au premier essai et ma plus vieille n'aurait pas 15 ans!

Mais bon, je ne me plains pas, j'ai tellement eu la vie facile par rapport à toi de ce côté-là... Et ça me fait une super compagne pour le magasinage de filles et les sorties littéraires! ;)

Claude Lamarche a dit…

Vous savez qu'on vous lit, là. On ne vous dérange pas trop? Je vous classe toutes les deux dans les jeunes pour ce simple échange: je ne pense pas que les femmes de ma génération se confient tant en public.
Pour ça aussi que des fois je me prends pour une jeune, hihihi.

Écrire un roman à quatre mains ça vous dit pas? Je vous y verrais très bien.

Isabelle Lauzon a dit…

À Claude : (Rire) Quoi, tu nous trouves trop bavardes sur nos vies personnelles? Si tu savais, on ne dit vraiment pas tout sur nos blogues... ;)

Roman à quatre mains, peut-être bien un jour! (c'est sûr que ce serait un plaisir de travailler avec Gen!) :)