25 janvier 2014

Parce qu'on finit par apprendre

Une personne m'a fait remarquer récemment qu'avec la publication de mon roman, je venais de franchir un pas important en ce qui a trait à ma tendance à l'éparpillement.

Et elle avait bien raison. Ceux qui fréquentent ce blog depuis un bout de temps se rappelleront peut-être que j'en ai bavé, à une certaine époque, avec cette fameuse tendance à l'éparpillement chronique (suis-je vraiment la seule à être ou à avoir été comme ça?).

En fait, peut-être s'agissait-il avant tout d'une question d'évolution, d'expérience, de maturité. Depuis un an ou deux, je suis plus sage et plus réfléchie lorsque vient le temps de décider sur quel projet je vais travailler. Et par la suite, je suis capable de mieux gérer ce projet (ex. : le plan est devenu mon meilleur ami!).

Il est normal que ça n'ait pas vraiment paru avant : comptez le temps qu'il faut pour écrire un texte, puis pour le soumettre, attendre qu'il soit approuvé, que la direction littéraire passe dessus, qu'il soit publié... Ça donne à peu près ça, un an ou deux d'attente! Alors cette discipline récemment acquise commence tout juste à paraître devant public. Mais moi, je sais déjà depuis un moment que j'ai remporté cette bataille. Ce n'est pas parfait, mais je suis tout de même contente du résultat.

Maintenant, je me fais des "plans de match". Ah! Mes fameux plans de match!!! Ils me servent à me recentrer, à me fixer des objectifs réalistes. Et ensuite, je mets tout en oeuvre pour les atteindre. Quand je me promets de finaliser un projet, je ne le lâche plus jusqu'à ce que j'aie atteint mon but. Un peu plus de détermination, un peu moins de procrastination... Ah, c'était donc ça, le secret? En tout cas, ça a fini par donner des résultats!

Qu'est-ce qui a changé depuis un an ou deux? J'ai fini par apprendre. Par avoir envie de retravailler ces premiers jets, ces textes auxquels il manquait un je-ne-sais-quoi et qui dormaient sur la tablette. Et surtout, par savoir COMMENT je devais les retravailler pour qu'ils en arrivent au résultat que j'escomptais.

Autrement dit, j'ai "grandi". Je comprends mieux ce que je fais et quelles sont les méthodes qui fonctionnent avec moi.

Est-ce que tout ça est parfait? Non. Ça ne le sera jamais, mais je pense que j'ai fait un grand pas dans mon évolution. Je me suis assagie!!!

Alors, pour ceux qui attendent depuis longtemps que je finisse par soumettre et publier davantage, je vous dis: ne désespérez pas! ;)

5 commentaires:

Prospéryne a dit…

Je sais ce que sait Isa! Je fais le même travail que toi, mais dans un autre domaine. Ça remplit tellement de fierté quand on y arrive! :D

Isabelle Lauzon a dit…

À Prospéryne : La vie est un éternel apprentissage! Et c'est très bien comme ça! (sinon, à quoi bon?) :)

Isabelle Lauzon a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Hélène a dit…

Bravo! Je ne m'éparpille pas trop moi-même, mais comme tu dis j'ai du mal à déterminer comment changer mes textes, j'ai encore besoin d'y réfléchir longtemps. Écrire permet un constant dépassement, dans la mesure où l'on persévère.

Isabelle Lauzon a dit…

À Hélène : Persévérance et détermination sont les deux mots-clés! :)