20 décembre 2013

Les cinq sens... avec un en moins

Cet été, durant l'atelier long d'Elisabeth V., j'ai fait un constat : Je souffre d'un léger handicap lorsque vient le temps d'intégrer les cinq sens dans un texte.

Pour ceux qui ne s'en rappellent pas (j'en ai parlé il y a bien longtemps), je souffre d'anosmie. Ça signifie que je ne sens aucune odeur. Et je dis bien : AUCUNE odeur.

Oh! Parfois, il m'arrive de goûter légèrement un parfum, une essence particulière, mais on est bien loin des odeurs que j'ai pu sentir dans ma jeunesse avant de perdre mon odorat (vers l'âge de 14 ans, suite à une méga grosse grippe)! Dans ces cas-là, ce n'est pas mon nez qui travaille, ce sont mes papilles gustatives. Car oui, je goûte encore les aliments (ça étonne bien des gens).

J'ai lu quelque part que lorsqu'on écrit, on est porté à décrire d'abord ce que le personnage voit et ce qu'il entend. Les odeurs ont aussi leur rôle à jouer, je ne sais plus dans quel ordre (je suppose qu'elles arrivent en troisième dans la liste des sens décrits par les auteurs, mais chaque auteur a sûrement ses sens de prédilection!).

Mais comment décrire les odeurs lorsqu'on ne se rappelle plus très bien ce que c'était, de sentir?

Je me dis toujours qu'un jour, je trouverai le temps... et le courage d'aller consulter pour voir si mon problème ne pourrait pas être arrangé. On m'a dit que ce pourrait être des "polypes", par exemple. Brrr... Pas envie de me faire rentrer une caméra dans le nez pour savoir de quoi il retourne!

En fait, mon anosmie ne me handicape pas vraiment dans mon quotidien, j'ai appris à faire avec (croyez-moi, si vous avez à perdre un sens, l'odorat me semble le moins pire), mais j'aimerais quand même savoir s'il n'y aurait pas moyen d'améliorer ma situation.

En attendant de me décider (qui a dit chicken, hein, qui?), je m'efforce de lire ce que les autres auteurs écrivent à propos des odeurs. Je tente de me rappeler ce que c'était. Et j'emmagasine des mots-clés!

Mais il est clair que décrire les odeurs, ce n'est jamais ce qui me viendra à l'esprit en premier. Parce que pour moi, ça n'a pas vraiment d'importance.

Chose certaine, si vous me voyez décrire des odeurs dans un texte, vous saurez que j'ai triché et qu'en grande partie, c'est de la pure invention!

D'un autre côté, si je ne les décris pas... Au moins, vous saurez pourquoi!

8 commentaires:

Gen a dit…

Ben, tu sais, le fait de ne pas décrire les odeurs, ça peut faire partie de ta "voix" à toi.

Un peu comme un auteur daltonien ne décrirait pas les couleurs.

Sébastien Chartrand a dit…

Bin moi, c'est un peu le contraire. Je fais de la synesthésie sensorielle multimodale, donc j'ai tendance à voir les sons (surtout) humer/goûter les textures (moyennement) et un peu entendre certains arrangement de couleur. (en passant, j'ai été tellement content que Découverte parle de ça récemment... y'a des gens qui me croyaient schizo !) Cela dit, en écriture, quand je suis en mode où l'écriture coule naturellement, j'écris parfois des trucs comme "il tourna la tête en voyant le bruit écarlate d'une détonation". Il me faut donc absolument une bêta-lecture avant de déposer mes textes !
Je suppose que la description d'odeur tombe parfois sous le sens (ex: une odeur de fumée après un incendie) mais dans la majorité des cas, ce n'est pas trop grave.
À la rigueur, la lecture du Parfum de Suskind pourrait te fournir une banque infinie de champs lexicaux...

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Bien, en fait, je vois ça comme une faiblesse que je devrais travailler. Puisque ça ne me vient pas naturellement, je me concentre pour essayer d'intégrer quelques odeurs de temps en temps! Mais ce n'est vraiment pas naturel chez moi... :)

À Sébastien : Ah oui? Je n'avais jamais entendu parler de ça avant, faudra que tu me jases de ça quand on se verra en vrai! Wow, ça doit vraiment être spécial... Parfum de Suskind, je prends ça en note, merci! :)

Sébastien Chartrand a dit…

À Isa: je ne peux pas vraiment dire si c'est "spécial" parce que c'est toujours ainsi que j'ai vu/entendu. ;) Un peu comme si un daltonien dominant, qui ne voit qu'en noir et blanc, te disait "ça doit être spécial, les couleurs !" ;) J'ai souvent essayé de décrire la synesthésie à Mariane mais sans succès satisfaisant jusqu'à maintenant. :S

Pour le Parfum de Suskind, le personnage principal appréhende son univers par l'odorat avant même la vue ou l'ouie. Chaque description est basée sur les odeurs. Très réussi. :)

Isabelle Lauzon a dit…

À Sébas : Ayoye, va vraiment falloir que je me renseigne à propos de ça, c'est vraiment spécial...

J'espère que tu as pensé à intégrer ça dans l'un de tes personnages un jour? Tsé, tu es bien placé pour en parler! :)

Sébastien Chartrand a dit…

Si vraiment ça t'intrigue, y'a le documentaire de Découverte récent que tu peux voir sur le site de Radio-Can: http://www.radio-canada.ca/emissions/decouverte/2013-2014/Reportage.asp?idDoc=318663

Mais intégrer ça à un personnage ? Sais pas...

Sébastien Chartrand a dit…

Sinon le wiki est à peu près correct, et je crois que Gen a connu une synesthète graphème/couleur si je me souviens bien...

Isabelle Lauzon a dit…

Je vais regarder ça, garanti! :)