25 mai 2013

Comment écrire des histoires... bis et rebis

Il faut croire que je suis dure de "comprenure"...

Eh oui! Si vous regardez à gauche de l'écran, je suis ENCORE en train de lire "Comment écrire des histoires" d'Elisabeth Vonarburg... (heu, c'est la quatrième fois, je pense?)

Bon, j'ai quelques excuses très valables pour cela :

1. Il s'agit de la nouvelle édition, publiée chez Alire SVP! Elisabeth m'ayant dit qu'elle avait ajouté quelques trucs par-ci, par-là, je n'ai pas pu m'empêcher de l'acheter... Que voulez-vous, je suis curieuse de nature, moi!

2. Même si j'ai indiqué dernièrement ici que j'étais en train de lire ce bouquin (comprendre : l'ancienne édition), je n'ai pas TOUT lu, je me suis plutôt attardée aux passages qui m'intéressaient à ce moment-là, soit en majorité ceux qui parlaient des narrateurs, des temps de narration et autres notions de ce genre. Là, je suis en train de TOUT (re-)lire.

3. Mon cerveau est en mode "préparation pour l'atelier long" de cet été et je ressens le besoin de me laisser pénétrer par "l'esprit Elisabeth", question de ne pas trop me casser la gueule à l'atelier... (grimace faussement anxieuse... enfin... faussement, j'espère...)

4. Après avoir lu la préface d'Elisabeth, je me suis retrouvée happée par son bouquin, ce n'est pas ma faute!

Ah! Et puis tiens, au diable les excuses, je suis assez grande pour m'assumer!

Et puis, je ne relis pas ce bouquin parce que je n'ai rien compris les autres fois, bon! En fait, j'en comprends de mieux en mieux le contenu. À force d'expérimenter, je crois bien que je deviens de plus en plus confortable avec certains concepts.

Et là, je commets un crime impardonnable : je surligne tout plein de passages dont je veux me rappeler. Et j'ai même... oui, j'ai même... écrit à l'ENCRE BLEUE dedans!!!

Mes deux enfants, me voyant commettre ces crimes odieux, me regardent avec de gros yeux et me lancent tour à tour des : "Maman!!!" bien sentis...

Et moi de me justifier, de leur expliquer que ce livre m'appartient, qu'il s'agit d'un manuel d'apprentissage et que j'ai le droit, bon, c'est à moi, c'est pour me rappeler...

Diable, pourquoi leur ai-je appris à être autant respectueux des livres, je vous le demande! Ça me retombe sur le nez maintenant! (rire)

Je suis certaine que si je relis ce bouquin dans cinq ans, d'autres lumières s'allumeront dans ma tête. Déjà, je vois que je ne surligne pas les mêmes passages que lors de ma lecture de l'ancienne édition. Il faut croire qu'avec le temps, on change et on évolue!

"Comment écrire des histoire", d'Elisabeth Vonarburg, un incontournable à avoir dans sa bibliothèque!

11 commentaires:

Prospéryne a dit…

«un incontournable à avoir dans sa bibliothèque!»

Voilà LA raison pour laquelle je suis sautée dessus au Boréal!

Isabelle Lauzon a dit…

À Prospéryne : Hum, hum... Justement, je me suis posée des questions... Tiens, est-ce que Prospéryne tâterait aussi du côté de l'écriture, hum? (secret bien gardé ou bien déjà révélé au grand jour et je suis en retard sur les nouvelles, comme d'habitude?) ;)

Prospéryne a dit…

Argroumph... Comment dire! Petit rêve secret que je cultive dans mon coin depuis un sacré moment? Je ne suis peut-être pas encore prête à publier, mais en attendant, je prends des notes! Selon les quelques personnes à qui j'ai fait lire mes écrits, ce ne serait pas trop mal... Tu n'es pas en retard dans les nouvelles, c'est juste moi qui en parle très peu, quand je vois toute l'énergie que les auteurs autour de moi consacrent à leurs écrits, ça me rend très humble dans mon travail en dilettante. Ceci dit, comme je parle souvent longtemps avant d'agir, c'est peut-être pas trop mauvais signe pour voir un jour mon nom accolé à autre chose que des critiques!

Sébastien Chartrand a dit…

Je pense que j'étais en secondaire 5 la première fois que j'ai lu ce bouquin et j'avais eu la révélation que je faisais du "ditilisme" :P ...problème que j'ai tenté de corrigé par la suite.

À présent que je me suis décidé à jouer dans la cours des grands, ça valait la peine de le relire...

...et zut, je suis tout déçu d'avoir été en retard pour m'inscrire à l'atelier d'écriture... ça semble si plaisant !

Mais bon... une année prochaine ? Accompagné de la charmante Prospéryne, peut-être ?

Isabelle Lauzon a dit…

À Prospéryne : Héhé! Je sentais bien qu'un petit quelque chose devait mijoter de ton bord! J'espère bien avoir le plaisir de te lire un jour... :)

À Sébastien : Pour cette année, il y a déjà plusieurs mois que c'est réglé, mais pour une autre année, qui sait?!

Frédéric Raymond a dit…

Je suis en train de le lire aussi, mais je dois dire que j'ai l'impression de me mêler qu'autre chose. Peut-être que le problème que je cherche à régler est complexe... en fait, voici mon problème, quelqu'un a des idées? J'utilise un narrateur aligné distancé, comment je fais pour rendre mes personnages vivants?

Gen a dit…

@Prospéryne : J'ai hâte de lire ça moi entk! :)

@Isa : Il est sur le dessus de ma pile : moi aussi je veux le relire pour l'atelier.

@Sébastien : Suffit de jaser à la Grande Dame, mais oui, c'est trop tard pour cette année. ;)

@Frédérick : S'il est aligné, ça ne devrait pas être trop difficile pourtant. La Grande Dame te dirait sans doute de passer "par le corps" du personnage, c'est-à-dire de faire appel à ses sens pour créer un lien avec le lecteur. Tu peux aussi montrer le personnage en action, sans nécessairement expliquer tous ses gestes...

Au pire, veux-tu m'envoyer un extrait par courriel? Je peux regarder si tu veux. :)

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Bonne idée! :D

À Frédérick : Même offre de mon côté, si tu as envie de me l'envoyer par courriel! :D

Frédéric Raymond a dit…

@Gen Merci pour le conseil! C'est une approche que je comptais appliquer, mais j'ai l'impression que ce ne sera pas suffisant. J'aimerais arriver à aller plus loin que ça. Comment faire vivre des personnages qui sont hors point vue? Comment rendre vivant (lire attachant) des personnages qui sont morts et dont on ne voit jamais le point de vue? Comment montrer qu'ils viennent de quelque part?

@Isa (et @Gen): Merci pour la proposition. Comme ce sont des romans et que le problème me semble assez global, c'est assez difficile de trouver un extrait. De toute façon, j'ai encore du travail à faire avant de faire relire quoi que ce soit, car je n'ai pas encore valorisé au max les commentaires des lecteurs précédents.

Gen a dit…

@Fred : Attention! Si les narrateur sont alignés, au contraire, tu AS leur point de vue.

Zut, faudrait que je retrouve un exercice d'atelier pour bien illustrer... Ok, j'essaie de faire ça cette semaine et j'en jaserai sur mon blogue.

Frédéric Raymond a dit…

Peut-être que le narrateur est pas aligné. Bref, yé fourré l'cheveuil, pis je me sens un peu dindon.