18 avril 2013

Ce miracle que je n'attendais plus!

Cette semaine, il y avait un drôle de message sur mon répondeur :

« Bonjour, ici Suzanne, du (Marché d’alimentation Y). Je ne sais pas si j’appelle au bon endroit… Nous avons trouvé un portefeuille contenant un permis de conduire au nom d’Isabelle Lauzon. SVP me rappeler au XXX-XXX-XXXX. »

Inquiète, j’ai vérifié le contenu de mon sac à main… et mon portefeuille s’y trouvait toujours.

Première réaction, logique : « Ce n’est pas mon portefeuille. Il y a des tonnes d’Isabelle Lauzon au Québec, elle n’a pas la bonne! »

Puis, seconde réaction : « Mais comment a-t-elle fait pour avoir mon numéro de téléphone? Je ne suis pas dans l’annuaire, tout est au nom de mon conjoint… »

Et, troisième réaction (incrédule) : « Tiens, j’ai justement perdu mon portefeuille il y a… quoi… presque 2 ans, je dirais? Serait-il possible que ce soit cela? Après tout ce temps? »

Justement, je devais me rendre dans ce marché d’alimentation ce soir-là, alors j’en ai profité pour aller au comptoir de service. J’étais trop curieuse. Ça a été un peu long, car la préposée cherchait dans les affaires de sa collègue, la fameuse Suzanne. Elle a même dû l’appeler (chez elle, je crois).

Le quiproquo venait du fait qu’il ne s’agissait pas vraiment d’un portefeuille, mais d’une espèce de pochette repliable, vous savez, du genre de celles qu’on peut glisser dans la poche arrière d’un jean? Je fais ça parfois, surtout l’été, pour avoir les mains libres. C’est d’ailleurs ce qui a sûrement causé la perte dudit portefeuille…

Bref, la préposée est repartie à la recherche de ce « portefeuille », un portefeuille « de gars », comme elle et ladite Suzanne en ont convenu… (petit rire ici, j’avoue que ce n’est pas le modèle le plus élégant, mais c’est pratique et moi, entre le pratico-pratique et l’élégant, le premier va toujours l’emporter!).

Je la vois s’approcher, tenant une pochette repliable noire (et usée) entre ses mains. Je n’y crois pas encore. Ça ne se peut pas.

À ce moment-là, des images me reviennent en tête. Je revois ma détresse lorsque j’ai perdu mon permis de conduire, ma carte d’assurance-maladie, ma preuve d’assurance-auto et mes enregistrements de voiture… J’avais l’impression qu’on m’avait volé mon identité. Ou que quelqu’un s’apprêtait à la voler. J’avais l’impression d’avoir perdu une partie de moi-même. On ne mesure pas souvent à quel point il est important de pouvoir prouver son identité. Sans mes cartes, je me sentais nue et démunie.

Bon, à l'époque, je m'étais dépêchée d’aller en demander d’autres et tout était rentré dans l’ordre, mais j’ai tout de même eu une réaction un peu ridicule lorsque j’ai ouvert le portefeuille devant la préposée. Elle n’avait pas l’air à l’aise du tout de le faire, comme si elle avait peur de voler mon intimité.

J’ai donc ouvert la pochette moi-même. Et vu une vieille carte Air Miles sur le dessus. Déception. Je ne me rappelais pas avoir possédé une carte avec cette apparence.

Tiens, un permis de conduire en-dessous. Je l’ai fait glisser. Et une vague d’émotion, une bouffée de chaleur, m’ont submergée. C’était le mien, c’était ma photo, c’était MON portefeuille!!! Après tout ce temps!!!

Et, vraiment incroyable, j’ai retrouvé dans la pochette un billet de 20 $. À la vue en plus.

Est-il possible, dans la société d’aujourd’hui, que ce 20 $ n’ait pas été empoché par une main malhonnête? Wow… Ça, ça m’a redonné espoir. Espoir en la nature humaine, malgré tous les malheurs qu’on peut voir dans les médias. Et espoir que personne n’avait tenté d’utiliser mes cartes pour usurper mon identité, ce qui m’a grandement soulagée.

Je crois bien que mon portefeuille a dû être retrouvé il y a bien longtemps et qu’il a traîné dans un tiroir. Les gens ne devaient pas savoir quoi faire avec. Il a fallu une Suzanne bien attentionnée, qui s’est donné la peine de faire quelques recherches et de m’appeler.

Je vais écrire une petite lettre de remerciements, tiens. Adressée à son patron. Des gens comme elle méritent d’obtenir un minimum de reconnaissance pour leur dévouement!

Et maintenant, que vais-je faire de mes vieilles cartes inutilisables? Les conserver en souvenir, je pense. J’aimais beaucoup mieux la photo qui était dessus que l’actuelle, en plus!

Pour ce qui est du 20 $... Ne vous inquiétez pas, faites-moi confiance, il sera vite dépensé! ;)

3 commentaires:

Hélène a dit…

Wow, quel retournement après deux ans! Comme tu le dis, ça donne espoir dans le genre humain. Mais c'est fou de penser que s'il y avait tes cartes, quelqu'un aurait pu te retracer avant. Tu fais un beau geste pour elle en prévenant son patron, les gens comme cette dame sont rares.

Chantal Moreau a dit…

Oui, il faut garder espoir en la race humaine...
ps. J'aurais tellement aimé voir l'expression de ton visage, lorsque tu as compris que c'était finalement ton vieux portefeuille (de gars... hi hi hi), que tu avais presque oublié...

Isabelle Lauzon a dit…

À Hélène : C'est sûr que quelqu'un aurait pu se donner la peine de me retracer avant... Mais ça, je ne veux pas y penser. Je préfère songer à la personne qui s'est donnée la peine de dépasser ce que les autres avaient fait avant elle. Une personne qui est allée au bout de la démarche, quitte à téléphoner à la mauvaise place, quitte à ce que ça ne marche pas. Ça en prendrait plus, du monde comme ça! :)

À Chantal : LOL T'aurais ri en titi!!!!!! La préposée avait l'air de trouver ça cute. Je secouais la tête, les yeux rivés sur mon ti-portefeuille de gars tout usé... Une vraie nouille! ;)