14 mars 2013

Temps, réflexion et autres incontournables

Ce matin, je viens d'inculquer un nouveau précepte à ma fille, apprentie auteure :

"Soumettre un texte le jour même de son écriture, tu ne feras point."

Ah, comme j'aurais aimé savoir ça à mes débuts! Que de textes j'ai soumis trop vite, pour le regretter ensuite!

Je ne sais pas si tous les autres auteurs vivent ce que je ressens lorsque je termine un premier jet. Euphorie, sentiment d'accomplissement, enthousiasme délirant... L'impression que le texte est parfait et génial, qu'il sera accepté tel quel, qu'il n'y a plus rien à y redire... Allez, on soumets ça vite vite, c'est prêt!

ERREUR!!! Monumentale erreur!!! En fait, vous pouvez être certains que c'est pourri. Bon, j'exagère peut-être un peu, mais un fait demeure : il y a peu de chances pour que ce texte ait atteint sa pleine maturité.

La preuve : Hier soir, j'ai écrit un premier jet de nouvelle, un truc sur lequel j'ai promis de plancher. Premier jet terminé, wow, c'est super, par ici la consécration, la célébrité et la richesse! ;)

J'aurais pu l'envoyer tel quel. Me dire que ça suffisait. Le français avait été révisé, je ne trouvais aucune faute d'orthographe, l'histoire allait dans le sens prévu, les personnages me paraissaient crédibles...

Une pause, Isa, une pause. Des avertissements écrits en lettres de feu se sont affichés dans ma cervelle en ébullition. C'est que je l'ai conditionnée au fil des ans, cette cervelle! Prends ton temps, Isa, va te coucher. La nuit porte conseil.

Et voilà! Comme d'habitude, j'ai bien fait d'attendre. Ce matin, des bribes de mon histoire me reviennent à l'esprit et je réalise que certains passages gagneraient à être retravaillés. Des points devraient être développés. On ne voit pas assez tel personnage. Et l'atmosphère, elle, l'atmosphère, où est-elle? Ne suffit pas de raconter une histoire, encore faut-il la rendre de façon optimale. Je devrais m'interroger sur mon narrateur, tiens. Est-ce vraiment le meilleur parmi tous les choix possibles?

Une fois le premier jet réalisé, le travail ne fait que commencer. Ce n'est pas le temps de s'asseoir sur ses lauriers, non, il faut plutôt se questionner, réfléchir, tenter d'autres approches, quitte à tout chambouler, voire même tout démolir!

Expérience vécue à quelques reprise avec de vieux trucs non publiés, que j'ai tenté de reprendre pour les mener à terme. Dans plusieurs cas, ça s'est avéré impossible. Oh! L'idée de départ avait du potentiel, mais pas dans la façon où ça avait été abordé. Traitement inefficace, naïf et/ou peu original. Personnages en carton, mauvais narrateur et autres désagréments.

Dans un tel cas, il m'est tout à fait impossible de réaliser l'étendue des dégâts lorsque je travaille sur le projet. Il convient plutôt de le laisser dormir un peu, de lui laisser le temps de maturer. Et de me laisser le temps de me détacher, de moins le considérer comme mon "bébé", mais plutôt comme des mots que je peux modifier, couper ou effacer selon mon bon plaisir ou plutôt, pour le plaisir du travail bien accompli.

Cette semaine, j'ai relu un de mes projet datant d'environ un an et qu'à l'époque, je jugeais très bien. Seigneur, que d'évolution depuis! (sans vouloir me vanter, mais disons que l'atelier court de la Grande Dame a occasionné une certaine réorganisation de mes neurones!) Ce texte, je n'en garderais à peu près rien. Le contexte, le traitement, je n'aime rien. Du pipi de chat. Ah! Pas tout à fait. J'ai conservé une partie de la fin. Et je suis repartie avec une autre idée, un autre contexte, qui m'entousiasme beaucoup plus.

Se laisser le temps, voilà le secret. Comment Francine Pelletier disait-elle au Congrès Boréal d'il y a deux ans, déjà? "Le temps travaille pour vous", c'est bien ça? Et "Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage"?

De sages préceptes. Vive la réflexion et la patience. Ça évite bien des rougeurs aux joues par la suite!

3 commentaires:

idmuse a dit…

Faut faire attention avec les préceptes... y'a toujours quelqu'un pour dire... ouain mais lui, là... il l'a fait ;)
Alors lui là, il l'a fait ok? ;)
hahahahaha
Bonne journée, sage jeune fille.

Gen a dit…

@idmuse : Euh... j'ai entendu parler d'auteurs qui ont été publiés dans plein de circonstances, mais sans même s'être relu une fois, je doute...

Mettons qu'il avait pas relu son dernier chapitre...

Isabelle Lauzon a dit…

À idmuse : Pas si sage que ça, mais je commence à me connaître avec le temps! Trop d'enthousiasme égale : c'est le temps de prendre une pause! Quand à ceux qui se risquent à soumettre sans attendre... s'ils ont le génie suffisant pour que ce soit merveilleux sans effort, tant mieux pour eux! (j'suis jalouse par contre!!! LOL) ;)

À Gen : Des noms, des noms! ;) Sans blague, je pense que chaque auteur a sa façon propre. Certains produisent dans l'urgence, à la dernière minute... et c'est super comme résultat. D'autres, comme moi, sont des "bûcheurs", ils ont besoin de retourner le truc de tous les bords comme un cube de rubique... À chacun sa manière! ;)