10 janvier 2013

Comme de vieux amis

Je viens de retrouver de vieux amis. Connaissez-vous cette merveilleuse sensation de nostalgie, lorsqu'on ouvre un dossier et qu'on retombe sur une ancienne histoire écrite il y a plusieurs années et presque oubliée? C'est ce qui m'est arrivé ce soir, et plutôt deux fois qu'une.

Comme je le disais récemment, j'ai entrepris de faire le ménage de mes tiroirs pour taper à l'ordinateur les résumés qui s'y étaient accumulés au fil du temps sous formes de notes, de bouts de phrases et parfois même de premiers jets.

J'ai abattu pas mal de boulot durant le long congé des Fêtes afin de transcrire mes courts résumés. Il me reste toutefois une bonne vingtaine de projets plus longs, que je me promets à moi-même de retranscrire au cours de l'année 2013.

Ces projets datent pour la plupart d'une époque plus ancienne où j'écrivais... à la main. Seigneur! Que c'était fastidieux, de tout retranscrire ensuite! À présent, je comprends mieux pourquoi je me décourageais souvent devant l'ampleur de la tâche! J'écrivais un premier jet, puis quand venait le temps de retravailler... Ouf! Je laissais tomber et je passais au prochain pour me vider la tête des idées qui s'y accumulaient sans cesse.

Au fil des ans, à force de vider le trop-plein, j'ai réussi à m'établir des méthodes de travail plus efficaces (dont l'écriture directement à l'ordinateur!!!). Maintenant, je me sens prête à affronter ces projets qui me semblaient trop gros pour ma petite personne. J'ai davantage confiance en mes capacités et je sais mieux comment évaluer l'ampleur de la tâche avant de m'embarquer.

Ce soir, je suis retombée dans un projet de roman (appelons-le Projet de roman R) que j'ai commencé à écrire en mars 2006 et auquel je n'ai pas touché depuis juin 2009. Que de souvenirs! Bon sang, je ne me rappelais plus à quel point j'avais été happée par cette histoire. Je l'ai toujours aimée, celle-là. Il s'agissait de mon premier projet de roman, non soumis à ce jour. Il sera sur ma liste de travail un de ces quatre, je m'en fais la promesse solennelle...

Poursuivant mes fouilles archéologiques, je suis retombée sur un autre projet que j'aimais beaucoup (appelons-le Projet de roman J celui-là! Je sais, toutes les lettres de l'alphabet finiront par y passer!). Tiens, j'avais fait un premier jet pour un tome 1. J'avais même commencé à le retravailler. J'ai retrouvé des tas de notes dans des dossiers, que j'ai regroupées ensemble. Et tiens, qu'est-ce donc là? Des chapitres pour le tome 2 écrits à la main, que je n'ai jamais retranscrits? Un plan complet pour toute la série, non retranscrits eux aussi? Oh la la! Que je suis négligente... Ce projet-là m'a demandé tellement de temps et d'énergie! À une certaine époque, j'en étais complètement obsédée. Et je l'ai lâché en cours de route celui-là aussi. Trop long, trop complexe, j'étais découragée. Tiens, je ne le trouve plus aussi complexe à présent. Un coup de plumeau, un peu d'huile de coude, je pourrais en faire quelque chose de très bien...

Et les fouilles se poursuivent. Je viens de tomber sur un premier jet de nouvelle littéraire. Manuscrit lui aussi. Décidément, je n'ai pas fini de m'amuser, moi!

2 commentaires:

Gen a dit…

Isa, je pense à ça...

As-tu un scanner sous la main? (chez toi, au boulot ou dans une papeterie?) Parce qu'il se trouve de merveilleux logiciel de reconnaissance des caractères maintenant (j'suis sûre qu'en mettant le Cerbère du Hameau là-dessus, il t'en trouverait des gratuits).

Ça pourrait t'éviter de tout retaper!

Isabelle Lauzon a dit…

J'en ai un à la maison, mais je n'ai pas encore réussi à le faire fonctionner avec mon nouvel ordinateur... :S (faut que je me mette là-dessus!).

Hé! C'est une bonne idée, ça! Bon, je doute que la reconnaissance de caractères puisse arriver à déchiffrer mon écriture brouillon, mais si c'était un logiciel gratuit, je m'essaierais!. Le Cerbère du Hameau à la rescousse? ;)

Ou alors, je pourrais au minimum numériser mes notes manuscrites. Fastidieux à retranscrire, tout ça!

Mais bon, ça me donne de quoi faire pour mes moments plus creux, où je n'ai pas l'énergie nécessaire pour créer. À la vitesse où je tape (tout comme toi), ce n'est pas si pire que ça, le boulot se fait vite! (Héhé! C'est là que je suis contente d'être secrétaire!) :)