3 décembre 2012

Magasinage et autres tortures

Aaaaahh! Le magasinage des Fêtes! Le FAMEUX magasinage des Fêtes!

Comme c'est agréable, n'est-ce pas? On n'arrête pas le plaisir...

Si vous voulez vraiment vous amuser, allez faire un tour au centre d'achat metttons... le samedi vers 14 h. (Note : Même le lundi, en ce moment, c'est l'enfer!)

Bon, d'abord, il faudra vous stationner et c'est déjà là tout un contrat! Premièrement, je vous souhaite bonne chance. Ensuite, les recommandations d'usage : portez des chaussures (ou des bottes) confortables, parce que vous marcherez longtemps pour vous rendre à la porte d'entrée. Ensuite, collez-vous un sourire en papier dans le visage, parce que les malotrus que vous rencontrerez peut-être dans le stationnement (et aussi sur la route, tiens, les gens sont vraiment désagréables à cette période de l'année!) risquent de vous faire perdre votre bonne humeur.

Admettons que vous avez réussi à vous stationner sans encombres. BRAVO! Mais ce n'est pas terminé, ça ne fait que commencer!

Vous cherchez un produit particulier et spécifique? Vous pouvez être sûr qu'ils ne l'auront pas dans les 5 premiers magasins que vous ferez. Ah oui! C'est vrai, je ne vous ai pas encore expliqué les règles de base de ce jeu : Ce que vous ne cherchez pas, vous le trouverez partout. Ce que vous cherchez désespérément, il n'est pas question que vous le trouviez. Pas trop vite, en tout cas. Ce serait gâcher tout le plaisir!

Supposons qu'encore là, vous êtes chanceux et vous avez trouvé ce que vous cherchiez (Moi, à votre place, je prendrais des billets de loterie tout de suite! Une veine pareille, faut en profiter!). Vous avez encore toutes vos dents après les bousculades dans les allées et vous ne boitez pas trop après les jambettes qu'on vous a faites pour vous empêcher de prendre le dernier article à la mode sur la tablette, c'est super. Personne ne vous a volé votre portefeuille ou votre sac à main, c'est encore mieux.

Voici maintenant venu le moment tant attendu : le passage à la caisse. Parce que oui, il faudra en passer par là si vous souhaitez pouvoir un jour quitter ce magasin de malheur qui vous a épuisé, fait suer et démoralisé (le tout dans un ordre aléatoire, dépendant de votre constitution et de votre humeur du moment).

Il y a un monde fou devant vous à la caisse, mais vous ne pouvez pas vous débiner! Vous n'avez tout de même pas fait tout ça pour rien! C'est la dernière ligne droite. Vous êtes capable. Ce sera bientôt votre tour.

La caissière semble encore plus écoeurée que vous. Avec raison, elle se tape cette ambiance toute la journée, elle, tandis que vous, vous pourrez bientôt rentrer chez vous. La machine lance ses petits bips si réconfortants. Le total s'affiche. Vous ratez la crise de coeur devant le montant, mais vous n'allez tout de même pas faire vérifier le prix, pas aujourd'hui, pas maintenant! De toute manière, si vous vous y risquiez, les autres clients de la file, derrière vous, vous règleraient votre compte à la sortie. Un conseil : taisez-vous, reprenez votre carte de crédit (ou votre petit change) et courez pour quitter ce lieu maudit au plus vite!!!

De toute façon, croyez-moi, vous vous en fichez, du prix! Répétez après moi : "Tenez, voici un million de dollars, prenez et laissez-moi partir! Je veux juste sacrer mon camp de cet enfer!!!"

Voilà, ça y est. Vous êtes sorti. Vos mains supportent des sacs plus lourds que votre voiture, votre compte de banque s'est allégé de façon considérable (à ce rythme-là, vous auriez aussi bien fait de mettre le feu dedans, ça vous aurait fait dépenser moins d'énergie) et vous avez vu assez de monde pour le reste de l'année.

Comme c'est agréable, n'est-ce pas? Ce petit sentiment de victoire lorsque vous déballez les sacs une fois rendu à la maison. Celui-ci pour Untel, celui-là pour Unetelle... Mince, on dirait toujours que ce n'est rien, qu'il n'y en aura pas assez pour tirer un sourire de joie aux heureux élus qui recevront vos cadeaux. Vous êtes tenté d'y retourner. De bonifier votre budget cadeau. D'en ajouter encore un peu. Un petit conseil : Attendez donc à demain! Pour l'instant, servez-vous un verre de vin, vous l'avez bien mérité!

***
Eh oui! Aujourd'hui, je me suis prêtée à une séance de magasinage avec Belle-maman. Ce n'était rien, au fond, juste une petite recherche de cadeaux pour mes enfants. Sauf que... Dans une telle situation, à l'approche des Fêtes, ce qui est simple au départ se complique toujours. Le truc que vous avez vu dans la circulaire à bas prix n'est pas exactement celui dont vous avez besoin... Ou alors, il n'y en a plus en magasin. Classique.

J'en ai un petit bout de fait, mais je suis loin d'avoir terminé. Et, comme à chaque année, je me questionne à propos de l'esprit des Fêtes. Je me demande comment nous en sommes arrivés là. Pourquoi toute cette folie. Pourquoi toutes ces obligations. Pourquoi on continue. Pourquoi on s'ambitionne à en donner toujours plus.

Peut-être parce qu'on se souvient de ces yeux qui ont déjà brillé en ouvrant nos cadeaux... Et qu'on espère revoir cette expression de joie dans le regard de ceux qu'on aime?

Bientôt, ce sera Noël. Après tous ces tracas, on n'aura presque plus le goût de fêter. Puis on verra la parenté et les amis. Et on sera heureux de les côtoyer. Et de manger toute cette bonne boustifaille qui nous attend. Et de développer nos cadeaux.

Quoi? Ah oui? C'est vrai, moi aussi, je vais avoir des cadeaux? Ah bon, d'accord, je vais encore me prêter au jeu l'an prochain, alors! ;)

4 commentaires:

Pat Isabelle a dit…

J'ai un bon truc pour éviter les foules, j'envoie ma liste de cadeaux au Père Noel et j'attends devant le sapin. C'est de la vraie magie. :)




Isabelle Lauzon a dit…

LOL Tu as des contacts privilégiés, à ce que je vois! Magie, magie! ;)

De mon côté, le Père Noël m'a signifié que mes enfants étaient trop grands maintenant... Je dois me débrouiller toute seule! (mauzusse!)

Gen a dit…

D'habitude, je magasine mes cadeaux de Noël en novembre.

Ou sur Internet.

Mais les beaux-parents envoient toujours leurs listes de suggestion en retard, alors on se retrouve quand même à se taper la cohue. Misère!

Ils doivent vouloir nous faire vivre "l'esprit des fêtes"

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Moi aussi, d'habitude, je privilégie novembre... Mais ça n'a pas fonctionné cette année. Alors je me tape la cohue.

Hihi! Des gens comme tes beaux-parents, j'en connais aussi (sans donner de noms!). On a généralement leur liste à la mi-décembre... Quand on en a une! Me semble que ce n'est pas si difficile, de faire ça en novembre... Enfin, c'est un éternel recommencement à chaque année! :S