9 décembre 2012

En ébullition

J'ai l'esprit en ébullition depuis hier!

Voyez-vous, je viens de terminer mon premier retravail des chapitres du tome 2 du Projet de roman S. Un peu plus vite que prévu, mais j'ai en quelque sorte "triché", parce que j'ai reporté certains chapitres au tome 3. C'est que ça prenait de l'ampleur, tout ça, une fois développé! Même que je commence à me demander (ô misère) si je ne vais pas devoir prévoir un tome 5... Flûte! Enfin, on verra bien, je dois revoir mon plan global avant de décider.

Et là, je retombe dans le tome 1. J'ai plein d'idées pour le pousser un peu plus loin. Je le relis et j'annote le tout. Je m'indique où sont les failles, ce qu'il faut améliorer, ce que je pourrais ajouter. Jouissif!

Trop d'idées dans ma tête ce matin. Et pas le temps d'écrire, car il y a des courses à faire, l'épicerie...

Dès que je réussis à débloquer du temps dans mon horaire, je PLONGE!

Ah! L'écriture est vraiment la plus belle invention de l'humanité! (sourire d'extase)


P.S. Pour ceux qui auraient envie de le demander, non, je n'ai pas reçu de réponses pour mon tome 1 et ça fait 6 mois maintenant.

En fait, pour dire les vraies choses, j'avais ciblé 3 maisons d'édition pour ma première phase d'envois.

L'une d'elles, je m'en suis rendue compte après coup, ne publiait pas ce genre-là. Exemple typique d'un mauvais ciblage. Au moins, ils m'ont envoyé une lettre de refus, c'est gentil à eux. (je ne suis pas ironique ici, mais vraiment reconnaissante : trop de maisons ne donnent jamais de réponse et ça, c'est triste)

Une autre est une grosse boîte, donc je me doutais que les chances étaient très minces.

Et pour la dernière... Je ne perds pas espoir et je récidiverai auprès d'eux avec mon tome 2 lorsqu'il sera prêt!

Mais je prends en note le fait qu'il vaut mieux cibler davantage de maisons d'édition lors des envois, car c'est triste et long, d'attendre 6 mois à chaque fois... Et de ne pas avoir de réponses la moitié du temps! Dure réalité du merveilleux monde littéraire...

Croyez-vous que ça me décourage? Que nenni, pas du tout! J'ai juste envie de me retrousser les manches plus haut et de retourner à l'ouvrage! Bientôt, on m'appellera Isabelle "tête de cochon" Lauzon!

3 commentaires:

ClaudeL a dit…

Je n'attendrais pas que le tome 2 soit terminé avant de leur réécrire un petit courriel pour leur dire que ça fait six mois et toujours pas de réponse.
Mieux ficelé que ce commentaire bien sûr!

Gen a dit…

@Isa : Ouais, j'ai l'impression que les envois massifs (mais bien ciblés) sont ptêt la voie à suivre pour un premier projet. Parce que je vais dire comme toi, six mois c'est long!

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : Bof! Pour moi, pas de réponse égale pas intéressé. Il y a plein d'autres poissons dans la mer, alors je ne relance à peu près jamais. Surtout que certains éditeurs mentionnent sur leur site internet que si on n'a pas de réponse, c'est que ça veut dire que c'est non... Et puis, j'ai mon orgueil, quand même! ;)

À Gen : Six mois, ce n'est rien. J'ai déjà reçu une réponse négatif pour un truc pour enfants... plus d'un an après l'envoi! Tu te doutes un peu que je n'attendais plus après une réponse! Hihi!

En fait, les délais sont très bien acceptés de mon côté. Je comprends que les maisons d'édition reçoivent des tonnes de projets et qu'ils doivent prendre le temps de les étudier.

Quant aux "pas de réponse"... C'est plate, mais ça fait partie du jeu. Je me fixe un délai de 6 mois et après, je considère que c'est pas mal mort et je fais une autre tournée d'envois, c'est tout!

Mais là, mon problème, c'est que j'envoyais mes trucs à très peu d'éditeurs à la fois (2 ou 3 maximum). À 6 mois d'intervalle entre chaque tournée, ça fait beaucoup et ça étire les délais... C'est de ce côté-là que je pense revoir ma méthode!