19 novembre 2012

Salon du livre de Montréal 2012 - Jeudi

Pour faire plaisir à mon fils (et un petit peu à moi aussi, bon, d'accord!), j'ai donné mon nom pour être parent accompagnateur pour une sortie au Salon du livre de Montréal.

Le matin même, on m'a jumelée avec mon fils (évidemment) et deux petites filles de l'autre classe de quatrième année, soit Cynthia et Amélie (j'ai changé les noms pour préserver leur identité, on ne sait jamais!).

Il y avait donc un léger défi à relever ici, car à cet âge, les goûts des garçons et des filles ne sont pas du tout les mêmes...

On nous avait avisés qu'il n'y avait pas de place pour les parents accompagnateurs dans l'autobus, donc nous sommes descendus à quatre à Montréal dans l'auto de l'un des parents. Nous sommes chanceux, nous avons remporté le tirage de l'un des stationnements gratuits offert par un contact de la professeure. Une petite économie, c'est toujours agréable.

Bon, petit inconvénient en partant, Amélie avait fait de la fièvre le matin et elle se mouchait aux deux minutes (vous auriez vu son sac Ziploc rempli à craquer de mouchoirs, c'était impressionnant!). Les acétaminophènes ne semblaient pas tellement faire effet, pauvre petite... Heureusement, matante Isa avait emporté quelques sacs Ziploc vides, au cas où il faudrait transporter de la monnaie pour les enfants. Dans ce cas-ci, l'un des sacs a fait office de poubelle temporaire pour les mouchoirs... Que de détails, n'est-ce pas? Hihi! C'est pour vous illustrer tout le plaisir de la chose... Et à quel point il faut être organisé lorsqu'on accompagne des enfants! ;)

De toute manière, je n'ai pas à me plaindre : Un parent d'une autre école s'est fait vomir dessus dans l'autobus et elle en avait plein les souliers (elle m'a raconté l'histoire dans les salles de bains). Donc, un petit rhume, ce n'était rien, je pouvais gérer cela.

Contrairement à mon habitude, je ne m'étais pas fait de liste et je m'étais plutôt dit que nous arpenterions les allées et nous arrêterions au gré des fantaisies des enfants. Ça a fait un temps, puis nous nous sommes lassés. C'est un peu comme au marché aux puces, n'est-ce pas? Il y a tellement de choses qu'on ne voit plus rien. On pense juste à nos pieds qui sont trop fatigués pour continuer...

J'ai eu un autre inconvénient en cours de route : Cynthia n'avait que 10 $ sur elle (Amélie avait pour sa part 20 $) et elle a vite perdu l'intérêt pour le magasinage. Dès le départ, elle a vu un livre de "bonhomme pendu à gratter" et a décidé par la suite, au fil des allées, que ce serait ça, son achat (mon coeur d'auteure et d'amie d'auteurs pleeeeeeurait!). Bref, elle tirait de l'arrière et commençait à montrer une attitude peu collaboratrice. Elle voulait juste son fichu bonhomme pendu!!!  (ici, matante Isa lui a fait comprendre qu'on était là pour plusieurs heures et que je ne pouvais pas la remettre dans l'autobus tout de suite : donc, elle devait penser un peu aux autres... ouf!).

Encore ici, matante Isa avait prévu le coup : Voyez-vous, j'avais emporté un calepin pour prendre en note les coups de coeur des enfants. Ça a relancé l'intérêt! Amélie a pris en note tout plein de livres (ses parents ne se demanderont pas quoi lui offrir cette année, Hihi!), tandis que Cynthia n'en a pris que deux en note. Après la fixation sur les bonhommes pendus, elle voulait juste voir des auteurs... Ça, ce n'était pas très dur, n'est-ce pas, il y en avait plein le salon! Encore fallait-il bien cibler...

C'était quand même facile, je les ai tous emmenés voir Yanik Comeau et Jonathan Reynolds pour aller chercher mes bises et leur faire signer des dédicaces pour mon fils... Les filles ont été conquises! Ensuite, je me suis creusé la tête et j'ai feuilleté le programme du salon... Devinez quoi? Gilles Tibo était là! Amélie était tellement contente, vous auriez vu ses yeux... Ils brillaient! (et non, ce n'était pas juste à cause de la fièvre, elle a tous les "Noémie" chez elle!).

Ah! Nous sommes aussi allés faire un tour du côté d'Ariane Charland, l'auteure des Aïnako, fort populaires d'après ce que j'ai pu voir. Cette fois, les yeux des deux filles brillaient! (ouaip, j'ai réussi à rendre Cynthia euphorique elle aussi! Héhé!)

Wow! Vous auriez vu la salle où nous devions dîner... L'an prochain, allez faire un tour, juste pour voir, dans la section "matinées scolaires"... Vous comprendrez ce que je veux dire. Et pfff, nous nous sommes ramassés à manger par terre en bande, car des malotrus d'une autre école nous avaient piqué nos places... Enfin... Que de bruit, mes amis! Pas étonnant que mon fils se soit mis à avoir une migraine (il est sensible de ce côté). Bref, je me suis retrouvée avec deux enfants pas au meilleur de leur forme... Mais nous avons continué quand même d'avoir du plaisir dans les allées! Les filles se sont acheté chacune un "bonhomme pendu" (pas moyen d'y échapper), plus des livres de début de série (ex. : Aïnako, à 2 $ ou 3 $ pour le tome 1, ça vaut toujours la peine). Donc, elles étaient très contentes de repartir avec plus d'un livre, malgré leur budget restreint.

Et non, je tiens à le préciser, je n'ai pas laissé mes charmants lecteurs en herbe se lancer dans la folie habituelle, soit la chasse aux signets, sans aucune considération pour les auteurs derrière les tables!!! Misère... Mon fils ne s'y serait pas risqué, mais les filles étaient tentées... Niet! Pas moyen avec matante Isa! Pour avoir un signet, il fallait aller le demander, le faire signer et jaser avec l'auteur. Point à la ligne. On apprécie le moment à sa juste valeur et on respecte les gens (ça n'a pas été dit de façon textuelle, mais c'était mon intention derrière tout cela). Et nous en avons "vu", des auteurs, pour de vrai!!! Les filles étaient pas mal impressionnées (surtout de voir que j'en connaissais plusieurs! Hihi!). Je pense que je peux être fière de ce coup-là. Pas mal plus mémorable qu'une pile de signets qu'on jette en arrivant à la maison!

À la fin, nous étions brûlés tous les quatre, mais je pense que les enfants étaient contents. Mon fils, particulièrement, était heureux que je l'aie accompagné. Je comprends, il n'y avait pas de limite de budget pour lui... Hihi!

La petite Amélie m'a remerciée chaudement, avec un grand sourire excité (et épuisée, pauvre petite) : elle était très contente de sa journée! Pour sa part, Cynthia était trop occupée avec ses amies, à se bousculer, pour me dire aurevoir... Qu'à cela ne tienne, j'ai fait de mon mieux pour les satisfaire toutes les deux! Mais si je devais en adopter une, devinez laquelle ce serait... Hihi!

Mais je suis injuste. La petite Cynthia, d'après ce que j'ai pu saisir de sa personnalité, n'était pas une fervente lectrice et elle était plutôt d'un tempérament sociable et enjoué, plus encline à s'amuser avec ses amis que de s'installer dans un coin pour lire. D'ailleurs, lorsque les filles ont appris que j'étais auteure moi aussi, et que je leur ai donné en deux phrases le sujet de mon projet jeunesse en cours, elles étaient très enthousiastes à mon égard. D'après elles, c'est sûr que ça va être publié, elles ont hâte de lire ma série... Ah! Douce jeunesse! ;)

Voici donc notre récolte pour cette journée (Ceux avec un astérisque (*) ont été dédicacés par l'auteur) :

Pour mon fils et moi (ouaip, moi aussi, j'adore les Zone frousse!) :
- Les têtes volantes, de Jonathan Reynolds*
- Les canadiens de l'enfer, de Yanik Comeau*

Pour mon fils :
- Bonhomme pendu no.2 (misère, il s'est laissé corrompre par cette mode lui aussi!)
- Game over no. 8 (BD)
- Game over no. 9 (BD)

Pour moi (et mon fils semblait très intéressé par l'illustration, je crois bien qu'on le lira ensemble) :
- L'île des robots, de Pat Isabelle (Ouiiiiiiiiiii! J'avais hâte de mettre la main sur celui-là!)

Au retour, notre conducteur s'est fourfoyé à une sortie et nous avons fait quelques détours avant de rentrer au bercail, mais ceci est une autre histoire...

Suis-je contente de ma sortie? OUIIIIIII

Étais-je brûlée au retour? QUE OUIIIIII

Est-ce que j'y retournerais comme parent accompagnateur l'an prochain? Heu... Attendez, là, faut que j'y réfléchisse... ;)

4 commentaires:

ClaudeL a dit…

C'est grâce à des parents comme toi que nos enfants apprennent à aimer la lecture... et les auteurs. C'est nouveau pour moi cet engouement pour les auteurs. Il faut dire que lorsque j'étais enfant, on lisait des livres venus de France alors rencontrer les auteurs!

Gen a dit…

Pas de place pour les parents accompagnateurs dans l'autobus! O_o

Et après ça les écoles se plaignent de pas avoir assez de parents bénévoles...

Enfin, une chance qu'on a des ambassadrices comme toi Isa!

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : C'est assez récent, oui, mais je me réjouis de cette nouvelle "mode" chez nos jeunes! Le marché se développe et se diversifie et leur offre de plus en plus de choix. Et les intervenants, à l'école surtout, travaillent fort pour développer l'amour de la lecture chez nos jeunes. Ce sont de très bonnes nouvelles! :D

À Gen : Ouaip, j'ai trouvé ça moche, moi aussi, pour l'autobus... Tu aurais aussi trouvé ça drôle sur place : les deux professeures et une stagiaire ont fait le salon ensemble, tandis que nous, pauvres parents accompagnateurs, étions tous avec des enfants... (ça fait drôle, non? enfin...). Ah! Ça, ma chère, je tiens mordicus à mon rôle d'ambassadrice et je l'assume pleinement! Hihi! ;)

Chantal Moreau a dit…

Bravo Isa pour cette implication auprès des jeunes! Pour l'autobus, je crois que c'est une question d'assurance. J'ai souvent accompagné mes enfants lors de sorties scolaires ou sportives et je n'ai jamais monté dans le bus avec eux.