2 septembre 2012

Le lancement de Gen

Le lieu du lancement de Geneviève Blouin était particulièrement bien choisi pour le contexte de sa novella "Le Chasseur". Un gym déserté de ses clients, avec des matelas partout, une cage démontée dans un coin, des rings et des punching bag (y a-t-il un terme français pour ça?), nous étions dans le ton!

Dommage que je n'aie plus d'odorat du tout, j'aurais peut-être pu apprécier les odeurs du gym dont Gen parle dans Le Chasseur... Quelqu'un peut-il me dire si des odeurs particulières flottaient dans l'air pendant le lancement? Pour mon information personnelle... Hihi!

Ma fille et moi, nous avons bravé les routes de Montréal (surtout moi, derrière le volant, mais je remercie grandement ses merveilleux talents de copilote en charge du GPS) pour nous rendre à Longueuil. C'était la première fois de ma vie que je partais de la rive nord pour aller à la rive sud... Dans un prochain billet, je vous expliquerai ce que cette balade pouvait représenter à mes yeux en terme d'exploit personnel...

Plutôt tranquille en après-midi (tant mieux, on a pu profiter au maximum de notre Gen! Égoïste Isa!), ce lancement s'est déchaîné pour le 5 à 7, où j'ai revu avec un plaisir toujours grandissant plusieurs membres de "la gang", comme je les appelle. Des blogueurs, des auteurs, des éditeurs, bref, nous étions en quelque sorte en famille, hormis quelques visages inconnus, dont j'aurais bien aimé connaître l'identité (Gen, tu me feras un topo un moment donné!).

Si vous n'y êtes pas allé ou si vous êtes arrivé un peu tard en soirée, voici ce que vous avez manqué, en plus de tout le reste :

- Pas une, mais deux démonstrations de combat entre Gen et Vincent (immortalisées par mes soins sur leur appareil photo, dont une belle prise de Vincent, qui a projeté Gen au tapis. D'ailleurs, je mets Gen au défi de mettre cette photo sur Internet... Héhé!)

- Une lecture de Gen, spécialement bien choisie dans le contexte : elle nous a lu un passage de sa novella, qui se passe dans un gym semblable à celui où nous nous trouvions... Magique!

- Tous les participants en pied de bas ou nu pied, car il était strictement interdit de marcher sur les tapis avec des chaussures. Bref, à peu près tout le monde s'est retrouvé assis en indien sur les tapis, dans des cercles de conversation plus ou moins organisés. Pour ma part, je n'avais jamais, jamais vu ça dans un lancement. Vous non plus, n'est-ce pas? Très relax et très agréable!

J'ai profité de cette occasion pour me procurer d'autres bouquins des Six Brumes, qui manquaient à ma collection :

- Mach Avel, de Simon St-Onge
- Les Suppliciés, de Claude Messier
- Résonances (recueil de textes contenant une nouvelle de Patrick Sénécal)

Après le lancement, nous avons rejoint le groupe qui allait souper à la Cage aux sports (concept, une fois de plus!).

Et après, la route pour revenir à la maison, avec une Cocotte épuisée, mais heureuse, de ce superbe lancement. Il n'y a pas à dire, elle est bien chanceuse d'avoir de telles occasions... Et elle le sait très bien, ne vous inquiétez pas! Par contre, elle vit les mêmes émotions que je vivais encore jusqu'à tout récemment (ça c'est calmé dans mon cas) : vague à l'âme après cette belle rencontre, désir que ça dure pour toujours, mélancolie de devoir retrouver sa petite vie ordinaire (d'étudiante de secondaire 2, alors qu'on la traite presque en adulte dans ce type d'événement...), rêves de publication, doute face à ses capacités à se tailler un jour une place dans ce milieu...

Bon, elle va finir par s'habituer! Et comme moi, elle apprendra à profiter de chacun de ces instants, à s'en inspirer, à y puiser l'énergie nécessaire pour rêver, pour avancer, pour foncer. Car, comme le disaient d'autres auteurs sur place, ces rencontres nous donnent généralement le goût de nous installer derrière nos claviers... C'est comme un effet d'entraînement. À voir ainsi les projets des autres, on se dit que c'est possible, qu'il y a des ouvertures, du potentiel, qu'il suffit de s'y mettre (ou remettre, pour certains). Et moi, les copains, je vous dis : Allez-y! Vous êtes capables!

En attendant, bravo Gen pour ce lancement, nous y avons passé des moments mémorables!


3 commentaires:

ClaudeL a dit…

Merci pour ce reportage. En effet, en bas, assis sur les matelas... jamais vu.
Quelqu'un ne s'est pas proposé pour metre Vincent kock-out à son tour? (Kock-out ne doit pas être un mot approprié dans ce sport, je suppose)?

Gen a dit…

@Isa : C'était vraiment génial! Je mets des photos en ligne dans un instant! ;) Mais j'ai pas la photo du double-leg : juste celle du résultat! ;)

@ClaudeL : Ben je pense pas qu'il y avait des gens sur place qui auraient eu la capacité de mettre Vincent Knock-out... et non, dans le genre de démonstration qu'on faisait, y'a pas vraiment de KO ;)

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : Ouuuuuuuh! Non, personne n'a jugé bon (ou intelligent) de se mesurer à Vincent... L'ayant vu s'entraîner, coups de pieds et tout, je ne m'y risquerais pas... Je tiens trop à mes dents! ;)

À Gen : Pas eu le temps de prendre en photo le double-leg (trop vite et trop inattendu de la part de Vincent, et je n'étais pas à l'aise avec ton appareil), mais le résultat, ça, j'ai eu le temps de le prendre... et tant qu'à moi, c'était vraiment le meilleur... Hihi!