1 mai 2012

Criminelle

Ah ça oui! Je suis toute une criminelle!

Ça fait des années que je sermonne mes enfants :

"Les livres, c'est précieux! Fais-y attention!"
"Attention, c'est un livre de bibliothèque, ne le lis pas en mangeant! Ne l'échappe pas dans la boue! Ne le laisse pas traîner n'importe où!"

Et à mon chéri (pas plus tard que la semaine dernière) :

"Ne CORNE PAS les pages!!!" (ça, c'est vraiment criminel, surtout avec la tonne de signets qui s'accumulent dans la maison)

Sachant cela... vous auriez dû voir l'expression de ma fille, lorsqu'elle m'a surprise, un marqueur jaune fluo à la main, en train de surligner certains passages de "La vie comme je l'aime - chroniques du printemps", de Marcia Pilote!

"MAMAN! Qu'est-ce que tu fais là???"

Et moi de me justifier :

"Bien quoi, ce n'est pas un livre de bibliothèque, il est à moi, je ne le prêterai à personne et je veux me rappeler de ces passages, pour plus tard, quand je vais le relire. J'ai bien le droit, c'est un livre de croissance personnelle et avec ça, on a le droit! En plus, c'est la première fois que je fais ça, c'est juste que ce livre là me fait du bien!"

Elle a secoué la tête, découragée, l'air de me prendre pour une cinglée ou pire, une destructrice de livres (ce qui est un crime passible des pires sévices, dans notre maison remplie de fous de la lecture!).

La prochaine fois, je serai plus discrète lorsque je récidiverai. Car vous pouvez être certains que je récidiverai! Non mais... il est à moi ce bouquin-là ou pas?

Alors, pourquoi est-ce que je n'arrive pas à me défaire de mon sentiment de culpabilité?

Pourquoi est-ce que j'ai l'impression que, de sous mon lit, montera ce soir une plainte sourde :

"Iiiiisaaaaa... la massacreuse de liiiiiivresssss"? ;)

11 commentaires:

Gen a dit…

Lolol! Tu me fais penser à la fois où au cégep, un prof de littérature nous avait demandé de surligner un passage dans un livre!

J'ai jamais pu me résoudre à le faire... Même plus tard, dans mes livres de théorie en histoire ou autre, je faisais plutôt marques dans la marge au crayon de bois.

Tsé, quand on a le respect des livres, on a le respect des livres! (Cela dit, il fut une époque où je pliais mes pages et je lis toujours en mangeant!)

Isabelle Lauzon a dit…

Comme je te comprends! Je n'ai jamais agi de façon aussi sauvage envers un livre... Seigneur, je ne me reconnais plus! Le crayon à mine ayant été mon plus grand crime, mais en écrivant très, très pâle, pour que ce soit effaçable... ;)

Mais là, pour ma défense (oui, votre Honneur), je plaiderai que Marcia Pilote a un don pour nous donner envie d'être délinquante, rien qu'un petit peu! Alors pour ses bouquins, je me donne la permission d'agir comme il me plaît... mais je ne serai pas capable de faire ça ailleurs, j'en suis certaine! ;)

Pat a dit…

Je secoue la tête en signe de déception... ;)

Prospéryne a dit…

Bon, ok, c'est TON livre, alors, je te pardonne, mais que je ne te vois jamais dans ma librairie avec un marqueur à la main! AHHHHHHHHHHHHHHHH!!!!

(moi, mon truc dans ces cas-là, c'est d'avoir un cahier ouvert à côté de moi dans lequel je prends des notes. Je retiens beaucoup mieux en les recopiant qu'en les soulignant et puis, ça épargne mon livre!)

ClaudeL a dit…

Criminelle aussi, en ce qui concerne le surlignage dans tout livre sauf romans.
Et je lis aussi en mangeant... même avec des livres de biblio ou empruntés. Là par exemple, je devrais cesser parce que confiture, beurre d'arachides pas facile à partir, surtout dans la tranche. Ne me sens pas coupable, mais j'ai honte de remettre les livres. Surtout à mon frère qui a toujours fait plus attention aux livres que moi, mais qui continue de m'en prêter, sachant ce qu'il risque.

Isabelle Simard a dit…

J'ai longtemps été comme vous. Mais une enseignante du cégep m'a fait comprendre que même si les mots sont surlignés et annotés, l'histoire ne change pas. Dans un contexte académique, un livre sert à apprendre. J'hésitais à casser mon livre, elle me regardait tenter de surligner un passage dans un roman à peine ouvert. Elle l'a pris dans ses mains et l'a cassé. Je l'ai observé figée, les yeux arrondis par la surprise.

Depuis, je n'hésites pas. Je surligne dans les livres servant à ma formation et j'annote. Tout comme Prospéryne, je résume sur des feuilles lignées pour mieux assimiler les connaissances.

Mais une chose que je n'ai jamais fait, c'est corner un livre. Ça mérite une punition terrible.

Isabelle Simard a dit…

Ah oui, et je lis toujours en mangeant. Jamais mes livres n'ont été salis. Je lis aussi beaucoup dans le bain et les seuls documents qui soient tombés dans la flotte, c'est des magazines.

Isabelle Lauzon a dit…

À Pat : LOLOLOL!!!

À Prospéryne : Ne t'inquiète pas, je ne toucherais jamais à un livre en librairie! Pas si criminelle que ça, quand même... ;)

Le problème, avec les carnets à part, c'est qu'ils suivent rarement le bouquin...

À ClaudeL : Oh-oh! Une autre criminelle par ici, à ce que je vois! Et récidiviste en plus! Hihi! :D

À Isabelle : Donc, si je comprends bien : on peut pour les livres d'apprentissage (ce qui inclut les bouquins de croissance personnelle), et ce, sans trop avoir à se sentir coupable? Yé!!! :D

Pour les pages cornées, mon chéri s'est fait ramener à l'ordre... et comme il me donne un gros weekend de lousse pour le Boréal... je vais lui pardonner je pense! ;)

Grand-Langue a dit…

Les lecteurs ont TOUS les droits. demandez-le à Pennac!

Grand-Langue

Grand-Langue a dit…

Les lecteurs ont TOUS les droits. demandez-le à Pennac!

Grand-Langue

Isabelle Lauzon a dit…

À Grand-Langue : Ah oui? Et pourquoi donc? (désolée, je ne connais pas Pennac...)