30 avril 2012

Quand le moral joue au yoyo

Ces temps-ci, mon moral joue au yoyo...

D'un côté, j'ai une vie merveilleuse, un travail que j'aime, des enfants super, un conjoint aimant et généreux, une belle maison, deux chats affectueux, des projets d'écriture qui m'enthousiasment...

De l'autre, j'ai une mère qui vit encore le deuil de son amoureux décédé et qui s'ennuie, une soeur qui a des problèmes de santé qui m'inquiètent, un fils qui ne va pas bien du tout moralement depuis février...

Parlant de mon fils, nous avons enfin réussi ce matin à voir le pédiatre pour obtenir LE papier tant convoité : une référence pour le faire évaluer et découvrir ENFIN s'il a un TED ou non. La démarche est longue... et le sera sûrement encore, mais au moins on avance.

J'essaie de garder espoir. Et en attendant, je vis au jour le jour, j'essaie d'améliorer au mieux le quotidien de mon fiston, de le faire sourire, de lui consacrer du temps, de l'écouter... Il a vécu de l'intimidation et au fil des jours, des semaines, sa frustration et sa colère grandissent... Je discute avec la responsable du service de garde, son professeur et mon conjoint pour essayer de trouver des solutions à court, moyen et long terme. Rien n'est facile, tant qu'on n'a pas un diagnostic clair et reconnu. L'aide est difficile à trouver.

Je fais de mon mieux, tout en continuant de m'occuper de la maison, de ma fille, des devoirs, du ménage, du travail... et de moi, parce que mes heures d'écriture hebdomadaires ne doivent absolument pas en souffrir, sinon mon équilibre sera compromis, vous pouvez en être certains! Déjà, je me sens plus fragile ces temps-ci...

Le weekend prochain, il y aura le Congrès Boréal. Pour l'instant, j'y songe avec un mélange de hâte et de culpabilité. Tout un weekend loin de ma famille, de mon fils qui a tant besoin de moi en ce moment...

Quand j'en ai parlé à une de mes amies, elle m'a lancé (les sourcils froncés, à peu près comme suit) : "Isa, tu as besoin de te ressourcer... Et même, même si ton fils avait un TED, tu ne vas pas t'empêcher de vivre toute ta vie pour ça, non?"

Effectivement, dit comme ça... Le Congrès Boréal sera certes un excellent moyen de me ressources. À mon retour, je reviendrai en force, riche de belles expériences et rencontres, prête à me retrousser les manches et à continuer à me battre...

Allez, il y aura des temps meilleurs! Et en attendant, je continue de remplir les pages de mon agenda bonheur de toutes ces petites joies qui rendent ma vie si merveilleuse... Et le bouquin de Marcia Pilote, "La vie comme je l'aime - chroniques du printemps" me fait du bien lui aussi...

8 commentaires:

Prospéryne a dit…

Quand la vie va moins bien, rien de tel que de se changer les idées en compagnie de bons amis! Je te donne un gros câlin virtuel avant de pouvoir t'en donner un en vrai samedi matin!

Isabelle Lauzon a dit…

Merci, tu me fais du bien! Je ne suis pas le genre à m'effondrer et à arrêter de me battre... mais là, j'ai besoin d'une petite pause je pense! Allez, on se voit samedi! :)

Pat a dit…

Oui, je comprends pourquoi t'as le moral qui joue au yoyo.

C'est normal, tu sais.

En attendant, change-toi les idées et profite de cette occasion qui se présente pour changer d'air un peu.

Isabelle Lauzon a dit…

À Pat : Normal, oui, mais un peu plate... Je n'aime pas m'entretenir dans le négatif... Alors oui, ce congrès tombe à point! Du vendredi soir au dimanche soir, je vais tâcher de tripper au maximum! :)

Gen a dit…

Allez ma belle, la pause va te faire du bien. J'pense que tu as définitivement besoin de te changer les idées là.

On peut pas aider personne quand on est soit-même mentalement épuisé. Et le moral en yoyo, c'est un signe d'épuisement.

Lâche-pas, la pause commence vendredi soir! ;)

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Ouais, je dois dire que j'ai pas mal passé d'énergie sur mon fiston dernièrement... Tout ça m'envahit pas mal... Je vais essayer de me mettre les émotions au neutre ce weekend! Heureusement, j'ai un chum tellement fin, qui m'appuie énormément là-dedans... :)

Isabelle Simard a dit…

Quand on est maman, on passe souvent en dernier et ça ne devraitpas. On donne, on donne, on donne et... on tombe sur le derrière.
Il faut apprendre à arrête avant d'être sur le derrière. Prend un moment pour toi et le Boréal semble être l'endroit tout indiqué. Profites-en pour moi. J'ai de ne plus passer mon tour. J'aimerais bien y aller, mais ça ne sera pas pour cette année. :(

Isabelle Lauzon a dit…

À Isabelle : Hé! On ne nous avait pas dit tout ça quand on a signé pour être Maman, hein? Ou alors, je n'ai pas lu tous les petits caractères au bas de la page... ;)

Oui, on donne, on donne... et un moment donné, il faut réapprendre à prendre soin de soi pour demeurer forte et nous occuper de tout ce petit monde qui a besoin de nous au quotidien! :)