24 février 2012

Agenda bonheur

N'est-ce pas, que la vie est belle*?

Si vous répondez non à cette question, c'est peut-être parce que vous n'avez pas bien pris le temps de regarder tout les bonheurs, petits et grands, qui parsèment votre vie!

Un magnifique coucher de soleil en revenant du bureau... Un mot gentil, un compliment reçu... Une sortie spéciale, un ami perdu qui réapparaît dans le décor, une séance d'écriture bien menée, un projet qui arrive à terme... Les bonheurs sont là, il suffit de s'arrêter un moment, dans l'oeil de la tornade qui régit nos existences, pour les voir et les apprécier.

L'une de mes résolutions personnelles du nouvel an était d'apprendre à voir davantage ces petits bonheurs. Et j'ai trouvé le moyen idéal : un agenda bonheur.

Depuis le 1er janvier 2012, j'écris tous les jours dans mon agenda bonheur. D'abord, mon temps d'écriture, qui fait partie intégrante de mon bien-être intérieur. Puis, je dois inscrire au minimum une joie de ma journée. Et ça fonctionne! Même que, très souvent, je trouve plus d'une raison de me réjouir de cette belle vie qui est la mienne.

Je me rappelle par contre d'une journée, il y a quelques semaines. Vous savez, ce genre de journée moche et pourrie, où plein de tuiles vous tombent sur la tête, où les gens sont désagréables et où vous perdez toute envie de sourire? C'était une de ces journées-là. Le soir, dans mon lit, j'étais devant mon agenda bonheur et je ne savais pas quoi écrire. J'ai appelé mon chéri à la rescousse. Et, spontanément, il m'a dit (et je le cite textuellement) : "On est en santé tous les quatre et ça va bien."

Que voulez-vous de plus que ça? C'est merveilleux, non? Tout va bien. Nous sommes en santé. Donc, nous ne sommes pas malades, personne n'est mort ou mourant, nous nous aimons... Que de bonnes nouvelles! Wow... J'ai écrit ça sans perdre une seule seconde!

Certains d'entre vous me trouveront peut-être fofolle, étrange, naïve... Et je vous répondrai que cultiver son positivisme, ça n'apporte à mon sens que des bienfaits. Trop souvent dans cette vie, je suis tombée dans le négativisme, j'ai vu la vie en noir, j'ai vu le verre à moitié vide alors qu'il était aux trois quarts plein. Et ça, ça use. Ça use le moral et la joie s'éteint peu à peu. Et on trouve de moins en moins de raisons pour se réjouir.

N'attendez pas les grands bonheurs pour être heureux! Par exemple, je suis allée voir le spectacle de Peter MacLeod hier soir et j'irai à la pêche sur la glace en famille demain. Et je viens d'annoncer une publication chez Brins d'éternité. Ça, ce sont de grands bonheurs. Ils n'arrivent pas tous les jours. Heureusement, car nos coeurs ne tiendraient pas le coup!

Ce sont les petits et les grands bonheurs qui nous rendent heureux. Ce sont eux qui nous aident à tenir lorsqu'il nous tombe des tuiles sur la tête. Sachez reconnaître vos bonheurs, les amis, et vous verrez que la vie est belle!

* Note : Mon beau-père, atteint de sclérose en plaques à un tel stade qu'il ne pouvait presque plus bouger du tout, disait souvent cette phrase "La vie est belle!". Et pourtant, il aurait eu bien des raisons de se plaindre... Mais non, il préférait profiter de ce que la vie avait encore de beau à lui offrir. Quelle attitude inspirante!

12 commentaires:

Gen a dit…

Disons que dans la dernière année, j'ai eu des passages difficiles. Ce qui m'a aidée à tenir, c'est justement une habitude que j'ai prise : je n'écris pas mes petits bonheurs de tous les jours, mais les bons coups qui me font du bien (les publications, les compliments reçus, les bons films, les bons livres), je les note sur une feuille sur le frigo. Bien en vue.

Depuis que j'ai commencé ça, les choses me semblent aller mieux. :)

T'as raison : la vie est belle!

Audrey a dit…

Tellement d'accord quand tu dis : n'attendez pas les grands bonheurs pour être heureux ! J'ai lu un article qui disait qu'on a tous un équilibre entre bonheur et malheur et que quoi qu'il se passe dans notre vie, un grand bonheur ou un grand malheur, ça nous fait monter très haut ou très bas mais on revient toujours à un moment à notre équilibre. Et donc c'est cette équilibre qu'il faut travailler, pour qu'il soit le plus haut possible, puisqu'on y revient toujours. Tout ça pour dire, vive les petits bonheurs ! Je vais copier ton idée d'agenda du bonheur, j'adore !

ClaudeL a dit…

Et ne pas attendre non plus la retraite ou demain ou l'hiver prochain ou la prochaine fois. Offrons-nous plus petit si c'est matériel, trouvons tout ce qui ne coûte rien, à peine un effort parfois, tout de suite. Quand je voyage, ou dès que le petit démon sur mon épaule revient me chanter ses chansons noires, je prends l'habitude de noter "Mon plaisir de la journée". Et bizarre comme il suffit d'y penser pour en trouver plus d'un qui chasse le reste.

Chantal Moreau a dit…

Je suis tombée sur un interview à la radio ce matin où le groupe Kaïn proposait une nouvelle chanson : «La tête en l’air». Le groupe y chante le droit de rêver, d'être heureux, mais surtout celui de "prendre le temps de vivre en grand". Ca rejoint en partie ce que tu mentionnes ici et tu risques de bien l'aimer. De mon côté, j'aime bien la chanson et elle m'a bien fait réfléchir.

Chantal Moreau a dit…

Voici une partie des paroles de la chanson:

Aussi longtemps que j’aurai les pieds sur terre / Je m’inventerai des rêves des cahiers de rêves / J’passerai pas ma vie à la mourir quitte à la passer la tête en l’air / Avant de m’assagir de reprendre mon souffle / De ménager mon corps de calmer mes élans / Je veux toucher au bout du monde profiter d’chaque seconde / Prendre la vie comme une chance une corne d’abondance / Je veux prendre le temps de vivre en grand / Aussi longtemps que j’aurai les pieds sur terre / Je m’inventerai des rêves des cahiers de rêves / J’passerai pas ma vie à la mourir quitte à la passer la tête en l’air / Jouer à guichets fermés tous les soirs sur Broadway / Faire les poches aux fous riches et redonner aux artistes / Réinventer la roue balayer des jaloux / Jouer de la guitare sur la lune ou disparaître dans la brume / Et bien sûr… pacifier le monde entier / Aussi longtemps que j’aurai les pieds sur terre / Je m’inventerai des rêves des cahiers de rêves / Aussi longtemps que j’aurai les idées claires / J’passerai pas ma vie à la mourir quitte à la passer la tête en l’air

Lucille a dit…

Merci Isabelle pour cette belle leçon de sérénité ;) Merci de me remettre les priorités aux bonnes places. Tu es ma "Jean-Marc Chaput" personnelle ;) xox

Jonathan Reynolds a dit…

Entièrement d'accord avec ce que tu dis. Voici un dicton de Roy Goodman qui est le mien depuis un bout de temps :
- Remember happiness is a way of travel, not a destination.

Isabelle Lauzon a dit…

Allo Gang! Ouf! Désolée pour le délai à vous répondre, mais je n'ai pour ainsi dire pas ouvert mon ordi ces derniers jours!

À Gen : C'est bon, ton truc des bons coups sur le frigo! J'appelle ça "s'entretenir dans le positif". C'est bon pour le moral! :D

À Audrey : Hé! C'est bon, ça, cette histoire d'équilibre! Pour ma part, j'ai toujours préféré demeurer en plein milieu de la bascule (métaphoriquement parlant). Les émotions fortes, pas trop SVP! Non, je préfère demeurer le plus près possible de l'équilibre! C'est meilleur pour ma santé mentale... En tout cas, cool! J'aurai au moins réussi à inspirer une personne avec mon histoire d'agenda bonheur! :D

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : "Ne pas attendre la retraite ou demain ou l'hiver prochain"... Tout à fait vrai! Ça, je l'ai enfin compris il y a quelques années. C'est aujourd'hui qu'il faut vivre et être heureux. Ne pas attendre cette fameuse perte de kilos ou ce tout aussi hypothétique gain à la loterie. La vie, c'est là, maintenant que ça se passe!

Ton "petit plaisir de la journée", ça ressemble pas mal à mon agenda bonheur, ça! En notant mes petites joies, je réalise qu'il y en a plein d'autres et ça fait boule de neige. Une excellente tactique pour renverser la tendance, quand le négatif a un peu trop de prise sur nous... :D

Isabelle Lauzon a dit…

À Chantal : Très inspirant! :D

Ma phrase préférée :

"J’passerai pas ma vie à la mourir quitte à la passer la tête en l’air"

Wow... Ça vient me chercher! Je n'ai pas entendu cette chanson, mais je pense qu'elle roulera bientôt dans mon auto! :D

Isabelle Lauzon a dit…

À Lucille : Hihi! Tant mieux si ça t'allume des lumières! Ouin... TA "Jean-Marc Chaput" personnelle... LOL! OK, mais en plus jeune et en plus jolie, j'espère! ;P

Isabelle Lauzon a dit…

À Jonathan : C'est bon ça! Je ne connaissais pas cette citation! De toute manière, si on y songe bien, la même destination nous attend tous... Entre notre naissance et notre mort (deux extrémités contre lesquelles nous ne pouvons pas grand chose), le reste peut être vécu de bien des manières...

Ma mère dit souvent (à peu près comme ça) : "On ne peut pas toujours changer ce qui nous arrive, mais en tout cas, on peut changer notre façon de voir les choses!"

Et ça, ça fait toute la différence! :D