4 janvier 2012

Noir azur



Dave Côté

Je sais, je sais, j'ai dit que mon prochain billet parlerait de mes résolutions 2012. Serais-je en train de reporter l'échéance? Peut-être... ;)

Ce matin, il m'est venu l'envie subite de vous parler du roman Noir azur, de Dave côté. Je l'ai lu il y a un mois ou deux et, comme vous vous en êtes certainement rendu compte depuis le temps, je mets toujours un temps fou avant de commenter les livres que je lis... quand je les commente! Que voulez-vous, je prends bien davantage de plaisir à les lire... Et le temps, le fichu temps, ne me permet pas toujours de faire tout ce que je voudrais/devrais faire. Et dans certains cas, je ne commente jamais parce que... parce que ce ne serait pas nécessairement une bonne idée et que je préfère parler de ce que j'ai réellement apprécié... Car toute chose n'est pas nécessairement bonne à dire... bref, voilà pour l'explication longue!

Ce qui est bien, par contre, c'est que ce long délai entre la lecture et mes commentaires me permet généralement de discerner plus facilement les éléments marquants d'un roman. Par exemple, dans le cas de Noir azur, je me souviens très bien des points forts, ceux qui m'ont intriguée, marquée, impressionnée. Les voici :

Le ciel qui se déchire

Qu'il était intriguant, ce ciel déchiré! Impossible, irréel, dur à concevoir, mais décrit avec tellement de talent et d'onirisme par Dave Côté, que je me suis laissée prendre au jeu. L'impact de ce ciel sur les humains, leur déchéance... Je me suis questionnée sur les motifs de cette déchirure, sur les moyens de réparer le tout, sur l'espoir qu'il pouvait rester pour la race humaine dans une telle situation... Par moments, j'ai arrêté ma lecture pour tenter de mieux imaginer l'ensemble. Cette image m'a fait rêver.


La recherche du pourquoi

Nous suivons Ryle, qui s'est incarné au beau milieu d'une vie, sans souvenirs ni amis, pendant une conversation avec une femme qu'il déteste sans la connaître. Ryle se rend peu à peu compte qu'il habite le corps d'un autre. Et que pendant ses absences, l'autre continue de vivre et d'agir contre sa volonté à lui... L'un des gros intérêts du roman, à mon sens, est de découvrir le pourquoi. Je ne le dévoilerai donc pas ici... Na!


Le hockey nouveau genre

J'ai bien aimé le jeu de hockey nouveau genre imaginé par Dave Côté. Sadique à souhait, représentatif d'une société qui a perdu ses repères et qui retombe dans la sauvagerie.


Bref, j'ai apprécié ce roman pour sa différence, pour son onirisme et pour son mystère. Dave Côté a une façon bien personnelle de raconter une histoire, que j'avais déjà appréciée chez Brins d'éternité et Solaris (dont son fameux Monsieur Gâteau, un texte fort surprenant!). C'est certain, je suivrai avec beaucoup d'intérêt cet auteur.


Pour en savoir davantage sur Noir azur, c'est ici.

2 commentaires:

jeanbateau a dit…

On veut les résolutions, on veut les résolutions, on veut ...

Isabelle Lauzon a dit…

LOL! Ça s'en vient, ça s'en vient! ;)