12 décembre 2011

Quand le titre ne vient pas

Avez-vous déjà vu ça, vous? Pas capable de trouver un titre pertinent pour une nouvelle que je viens de finaliser!

Mon titre de travail provisoire était "Épouvantable"... parce que je me trouvais épouvantable d'écrire sur ce sujet et que je ne savais pas quel titre lui donner. Je travaille sur ce texte depuis des semaines. On aurait pu croire que l'éclair de génie aurait fini par jaillir un moment donné. Beuh non!

J'ai dû essayer une quarantaine de titres, en permutant tous les mots qui me venaient en tête et leurs synonymes. Pas moyen, je n'y arrive pas, même avec la complicité de cette chère Gen.

Le titre ne veut pas sortir, bon! Quand il sera là, quand ce sera le bon, je sais que je le saurai. C'est souvent comme ça, avec l'écriture : il ne sert à rien de trop forcer, les mots sortent d'eux-mêmes lorsqu'ils sont prêts.

Tout de même, plancher sur un texte de 25 pages en bloquer à la toute fin à cause du titre... Faut le faire! C'est la première fois que ça m'arrive. D'habitude, ce n'est pas aussi dur. D'accord, je me rends, je passe à un autre projet et je laisse le tout mijoter. Grrrrr quand même...

Et vous, comment ça se passe, avec vos titres?

14 commentaires:

idmuse a dit…

Je suis nulle en titre! Faut faire avec :(

Isabelle Lauzon a dit…

D'habitude, je fais ça simple, l'inspiration jaillit et je la prends, c'est tout (sans trop me casser la tête). Mais là, j'essaie de trouver quelque chose d'intelligent et ça ne veut pas...

Faut faire avec? Y a pas un regroupement quelconque, genre "Les chercheurs de titres anonymes"??? ;)

ClaudeL a dit…

Ah! ben si, même avec Gen...
C'est arrivé aussi à Audrey pour son livre sur les ados, si je me souviens bien.
À qui ce n'est pas arrivé? En ce qui me concerne, ou le titre vient tout de suite ou il ne vient que par lassitude. Et s'il vient tout de suite (comme pour Les têtes rousses), je souhaite que l'éditeur ne me le fasse pas changer. Et quand il ne vient pas, je me contente souvent des suggestions des autres, même des directeurs ou directrices et je ne me le rappelle parfois pas tellement je ne le sens pas de moi.
J'en cherche un justement pour la cinquième édition d'un livre publié par mon père...
Petit, tout petit truc qui m'aide un peu: je demande à la graphiste que je suis d'écrire une dizaine de possibilités, j'essaie différentes polices de caractères et différentes couleurs. Des fois, ça me décide. Rarement, mais au moins une fois.
Autre petit truc qu'on m'a donné et qui a fonctionné une fois aussi: résume ton texte en une phrase. Ça risque que ton titre y soit.

Frédéric Raymond a dit…

Pour moi, les titres, c'est facile ou c'est difficile. Rarement entre les deux.

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : D'accord, je ne suis pas la seule dans cette situation... J'aime bien le truc du résumé, je vais l'essayer!

À Frédéric : C'est aussi mon cas. Si c'est entre les deux, ça veut généralement dire que ce n'est pas le bon titre! L'idéal, c'est lorsque ça vient d'instinct, c'est tellement plus facile!

Pierre-Luc Lafrance a dit…

Dans 90% des cas, ça vient tout seul. Souvent avant même de commencer l'écriture... Lorsque ce n'est pas le cas, alors là, c'est compliqué. Ça m'a pris plus de temps trouver le titre de Y a-t-il un héros dans la salle ? que de l'écrire !!!

Isabelle Lauzon a dit…

À Pierre-Luc : Ouais, disons que d'habitude, je suis plutôt dans la situation du 90 %... Je ne suis pas habituée à travailler aussi fort pour trouver un titre, moi!

En tout cas, tu ne m'encourages pas pantoute! LOL! Je vais bien finir par l'avoir, ce fichu titre... heureusement, j'ai encore le temps! :D

Gen a dit…

@ClaudeL : Même avec Gen?!?!? Euh... As-tu regardé mes titres? Je suis NULLE en titres!

Moi je connais deux mécanismes : le titre ne vient pas et je finis par utiliser un mot (le double, seppuku, etc). Ou alors le titre me tombe dessus, je le note...

Et j'ai l'idée d'histoire qui va avec cinq ans plus tard!!! Mes titres remontent le temps j'pense!

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : QUOI? Es-tu en train de me dire que je ne me suis pas adressée à la bonne personne pour m'aider? LOLOL!

Les titres en un mot, je fais souvent ça. Mais là, je n'en trouve aucun approprié. Drôle, ton histoire de titres qui remontent le temps, c'est la première fois que j'entends ça... ;)

Bon, je t'ai soumis 2 titres, il ne reste plus qu'à voter et ce dossier sera réglé... enfin!

jeanbateau a dit…

Quand le titre vient en premier c'est une bénédiction. Le titre est plus souvent qu'autrement une évocation. D'accord avec l'idée du mot qui résume tout. Mais alors c'est une image, une évocation. Un peu comme les paroles d'une chanson qui sont une suite d'images évocatrices. Du condensé.
Je pense à la chanson que tout le monde connaît de Félix Leclerc (Un habitant d'l'île d'Orleans philosophait...). Mais qui en connaît le titre?
Le mot n'est pas dans la chanson.
Contumace.

idmuse a dit…

Imagine quand je fais des titres de chapitre :( quelle idée (non, mais on est maso ou quoi?)
[sans titre]
bonne chance pour le tien :)

Isabelle Lauzon a dit…

À Jean : Pour un roman, le titre est l'argument de vente, bien avant le quatrième de couverture, le résumé, le premier chapitre... Même chose pour une nouvelle : l'histoire ne pourra que s'enrichir d'un titre évocateur, car il donnera le goût au lecteur de la lire. Si on réussit à l'intriguer, à l'appâter, c'est gagné! Donc, ça vaut la peine de se battre pour ce fichu titre... :)

À idmuse : Merci! Et pour les titres de chapitres, me semble que ça doit être plus facile... car on a moins de pression, non? Sur le lot, on peut se permettre d'en avoir quelques-uns ordinaires... Mais LE titre global, il faut se forcer, il faut qu'il soit accrocheur! De toute façon, nous, les auteurs, je pense qu'on est toujours un peu maso sur les bords... ;)

Hélène a dit…

Pôvre toi, j'peux pas t'aider pantoute! Moi ça me vient souvent au début du projet, ça l'oriente ou sinon à la toute fin je me rend compte que ça ne va pas, et je trouve autre chose de plus pertinent. Mais je n'ai pas encore publié de nouvelles alors ça n'était pas trop de pression sur mes épaules. Peut-être que tu as juste besoin d'un peu de recul. J'aime aussi beaucoup le truc du résumé, je vais le retenir pour le future. Bonne chance!

Carl a dit…

Personnellement, j'ai souvent le titre avant d'avoir écrit le texte, alors je ne sais pas trop quoi dire. Ça m'est arrivé une seule fois de ne pas trouver de titre, mais j'ai fini par réalisé que je n'acceptais tout simplement pas le titre que je savais que le texte devait avoir (tu me suis, j'espère).
C'est comme quand quelqu'un te pose une question et que tu réponds "je sais pas". Au fond, tu le sais, mais tu ne veux pas l'avouer...