16 décembre 2011

Mes 3 inspirations 2011

2011 tire à sa fin et, si je fais le bilan de mes lectures de cette année, 3 romans m'ont tout particulièrement marquée. Dans ces romans, certaines techniques ont représenté de véritables révélations pour moi. Tellement que je les conserverai en tant qu'inspirations futures. Rien que ça!

J'avais envie de vous les partager. Ça va comme suit :


Reset - Le voile de lumière
Joël Champetier

Inspiration : le narrateur absent (on retrouvera la théorie pour ce type de narrateur dans Comment écrire des histoires, d'Elisabeth Vonarburg).

Les premiers chapitres sont un véritable chef-d'oeuvre d'inspiration en ce qui a trait au narrateur absent. Décrire ainsi les objets de la vie courante sans les reconnaître, en parlant de leur apparence, en les retournant de tous bords tous côtés... Voir ainsi les personnages (totalement amnésiques) s'interroger sur leur utilité... Franchement, c'était rudement bien fait! En lisant ce roman, j'ai vraiment compris ce qu'Elisabeth V. voulait dire à propos du narrateur absent à l'atelier court de cet été. Le déclic!



La cage de Londres
Jean-Pierre Guillet

Inspiration : décrire la pensée de deux personnages totalement incompatibles qui ne peuvent ni se parler, ni se comprendre.

J'ai déjà eu une vague idée d'histoire mettant en scène un humain et un extraterrestre. Je me suis alors demandé comment on pouvait décrire la pensée de deux êtres aussi différents, mais sans "tricher". Vous savez, cette fâcheuse habitude qu'ont certains extraterrestres de parler couramment, dès leur arriver sur notre planète, le français ou l'anglais? Étrange, quand on sait que sur notre petite planète, on a autant de mal à nous comprendre entre nous...

Bref, comment montrer les visions respectives de ces personnages totalement incompatibles de par leur nature et ce, sans que la parole soit impliquée dans leurs échanges? Et sans répéter sans cesse : il pensa, il décida, il considéra... et patati et patata?

Alors là, Jean-Pierre Guillet a trouvé un moyen fort simple et efficace pour arriver à ses fins : le caractère italique. Les passages sur les humains sont en caractère normal et les passages sur les extraterrestres sont en italique. C'est tout simple. Et voilà, leurs motivations respectives sont très faciles à comprendre, ça coule tout seul et on s'y retrouve sans problème! J'ai adoré cette subtilité!


Une fêlure au flanc du monde
Eric Gauthier

Inspiration : Caractérisation d'un personnage

Ici, c'est vraiment la caractérisation du personnage principal qui m'a impressionnée. Dans le premier quart de l'histoire, on découvre un personnage haut en couleurs, étrange même. Musique, rythme, magie... J'ai adoré ce personnage, il m'a fascinée. Si un jour j'arrive à bâtir un personnage d'une façon aussi créative... je serai fière de moi!


Voilà, c'était mes 3 inspirations 2011. Je conserve ces inspirations en mémoire pour mes futurs écrits.

Je précise : "Inspiration" ne veut pas dire "copie", bien évidemment. Il faut souvent s'abreuver à plusieurs sources d'inspiration pour créer quelque chose de valable. Mais je remarque que ma façon de lire a beaucoup évolué ces dernières années. Lorsqu'on écrit, on devient davantage conscient des mécanismes derrière l'écriture. On apprend à les détecter et surtout, à apprécier ces mécanismes chez les autres.

Et pour 2012, avez-vous des inspirations à me suggérer?

3 commentaires:

ClaudeL a dit…

Em lisant ce que tu lis, je n'ai pas grandes inspirations à te suggérer, hihi!

Anonyme a dit…

Je suis bien content que mon livre t'ait plu, et comme disent les sportifs, j'aissaierai de faire mieux la prochaine fois. Au plaisir,
Joël Champetier

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : Hihi! Effectivement, on n'a pas vraiment les mêmes goûts!!! Mais ce n'est pas grave, je te pardonne... Mouahahahahaa! :D

À Joël : Hé! C'était un super bon roman! Gen et moi, vilaines que nous sommes, nous avons tiqué sur la fin, mais ça, c'est le "privilège" des lecteurs difficiles à contenter... ;)