9 octobre 2011

Vampire Academy

Richelle Mead

C'est drôle, j'aimais les vampires avant. Avant Twilight, je veux dire. Je n'ai vu que les films et ça a suffi pour m'écoeurer royalement de tout ce qui pouvait toucher de près ou de loin les vampires.

Et que dire de cette vague qui a déferlé par la suite? Toutes ces séries de vampires qui parasitent les librairies... à chacune de mes visites, c'est pire que la fois d'avant. Vampires par ci, vampires par là... J'en était rendue à boycotter les vampires, c'est tout dire!

Et puis... ma fille a emprunté à la bibliothèque la série Vampire Academy. Je n'allais pas y toucher, évidemment. Pfftt!

Et puis... ma fille, après avoir dévoré le premier tome, s'est mise à relire certains passages. Curieuse, je lui ai demandé pourquoi. Qu'est-ce qui la retenait dans ce bouquin, alors qu'elle avait les tomes suivants en sa possession?

Rougissante, elle m'a indiqué que certaines scènes étaient plus... disons... salées. Venant d'elle, ça m'a grandement surprise : elle rejette tout ce qui touche de près ou de loin au S-E-X-E (elle a 12 ans, je vous le rappelle, ça changera heureusement/malheureusement d'ici quelques années...).

Autre surprise : une série jeunesse qui parle de sexe? Alors là, j'était vraiment curieuse. J'ai demandé à voir (simple curiosité d'auteure, voyons!) Et là, elle m'a fait lire une scène, qui s'étalait sur deux pages. Scène bien écrite, évocatrice sans être pornographique. On y ressentait le trouble du personnage principal, ses hésitations, ses sentiments, mais les gestes demeuraient flous.

N'écoutant que ma bonne conscience de mère (mettons...), j'ai entamé la lecture du premier tome, intitulé "Soeurs de sang". Et je l'ai dévoré.

Je sais, j'ai honte de moi. C'est trop honteux, d'aimer une série pour adolescentes qui parle de vampires! Mais, faute avouée est à moitié pardonnée, non?

Qu'est-ce qui a bien pu m'intéresser dans cette série, d'ailleurs? Premièrement, le fait qu'on ne parle pratiquement jamais de vampires. Non, on parle de Moroïs, de Strigoïs et de Dhampirs. Petites précisions ici :



  • Moroï = pur vampire (gentil, se nourrit du sang de victimes consentantes)


  • Dhampir = moitié vampire, moitié humain (issu d'un métissage, ne se nourrit pas de sang, protège les Moroïs parce qu'ils sont les seuls avec lesquels ils peut procréer, pour des raisons de génétique)


  • Strigoï = être qui est devenu un vampire maléfique, soit par choix ou parce qu'il y a été forcé (se nourrit de sang, mais tue ses victimes avec grand plaisir et craint le soleil)


  • Sources = humains (habituellement) volontaires pour donner du sang aux Moroïs (la salive des vampires est une vraie drogue et être mordu représente un grand plaisir auquel il est difficile de résiter)


Ajoutons à tout ça un système de royauté parmi les Moroïs, avec une reine, des princes et princesses... Le tout dans un cadre contemporain, la majorité de l'histoire se déroulant dans une école située dans le Montana, à l'Académie Saint-Vladimir. (car oui, la culture russe est présente en arrière plan).

Du côté de l'histoire :

Rose (dhampir) et Lissa (princesse moroï) sont en fuite depuis 2 ans dans le monde des humains. Rose se considère comme la gardienne de Lissa et met toute son énergie à l'éloigner de l'Académie, pour des raisons qu'elle refuse d'avouer. Elles sont retrouvées par des gardiens et ramenées de force. Suscitant la curiosité et les ragots, elles tentent de retrouver leur place parmi l'élite. Rose est "liée" à Lissa : autrement dit, elle peut entrer en elle et connaître ses sentiments, voir à travers ses yeux.

Le caractère impétueux de Rose l'amène souvent à se fourrer dans des situations impossibles. Dimitri, son mentor et entraîneur, tente de l'amener à s'assagir et l'aide à rattraper le retard accumulé. Tous deux sont destinés à devenir les gardiens officiels de Lissa, à sa sortie de l'Académie.

À partir de ce moment, les sous-intrigues se déchaînent : la découverte du pouvoir méconnu de l'esprit chez Lissa, qui rend lentement son possesseur fou lorsqu'il s'en sert; le baiser de l'ombre que Rose aurait reçu, source de son lien étrange avec Lissa; la découverte d'animaux mutilés dans la chambre de Lissa, signe que quelqu'un dans l'Académie lui veut du mal; l'attirance impossible de Rose et de Dimitri; l'enlèvement de Lissa...

Est-ce la façon de raconter, le lien indéfectible qui unit Rose à Lissa, le rythme du récit, les chapitres qui s'enchainent sans nous laisser le temps de reprendre notre souffle? À mon corps défendant, j'ai bien aimé les deux premiers tomes de cette série!

Par contre, rendue au troisième tome, j'ai quelque peu déchanté. J'ai commencé à voir trop de ficelles. Le jeu de l'auteure est devenu trop évident. Par exemple : Rose apprend des choses et vit toutes sortes de problèmes. Le tout pourrait se régler en deux secondes, si elle en parlait avec les bonnes personnes. Mais non, on nous étire la sauce jusqu'à la fin du roman! Pas très crédible.

Contradictions, irritants, personnages qui s'agitent mais demeurent au fond passifs... L'intérêt s'est grandement amoindri de mon côté à partir du troisième tome. Moins de sous-intrigues, trop d'attention portée aux sentiments et moins à l'action... Le rythme du départ s'est essouflé et on ressasse les mêmes thèmes. Quelques belles trouvailles au travers, mais le tout est plus dilué.

Je suis tout de même heureuse d'avoir découvert cette série : Elle a ouvert la porte à de nombreuses discussions avec ma fille. Elle m'a fait voir une façon intéressante d'explorer la sexualité chez les jeunes sans tomber dans la pornographie. (et oui, certains personnages le "font" vraiment, on n'en reste pas qu'aux baisers et aux scènes de coït interrompu!)

Et aussi... Vampire Academy m'a redonné le goût de lire des histoires de vampires! Pas des histoires pour adolescentes, par contre. Je n'en suis pas là! Mais le vampire a depuis toujours été ma créature préférée... et j'ai envie de découvrir des récits qui le mettent en scène, de façon intelligente et adulte de préférence.

Des suggestions?

3 commentaires:

Prospéryne a dit…

Ya plein de séries chez Milady qui parlent de vampires. Tu as l'embarras du choix. ;)

jeanbateau a dit…

Et il y a l'Halloween qui s'en vient avec son lot de vampires...

Isabelle Lauzon a dit…

À Prospéryne : Ah oui, je vois, il y a l'air d'avoir pas mal de choix chez eux... Je vais explorer de ce côté, merci! :D

À Jean : Oui, mais là, ce sont de faux crocs, des vampires d'opérette... moi, je veux des vrais! :D