17 octobre 2011

Tout un défi!

Tiens, mon dernier billet (publié il y a un siècle) parlait de vampires... Nous allons demeurer dans le ton alors, parce que je parlerai aujourd'hui de SANG.

J'aime autant le dire tout de suite : ce n'est pas une mince affaire, de me soutirer quelques gouttes de sang! Un vampire s'y casserait les dents, j'en suis certaine! Ou bien il souffrirait de soif intense...

Ce matin, je suis allée passer une prise de sang, en rapport avec mes petits ennuis de santé qui perdurent depuis plus de 2 semaines. Fatigue intense, étourdissements, jambes molles, essouflement. Le tout à divers degrés dépendant des jours (rassurez-vous, ça s'est beaucoup amélioré depuis 3 jours).

Le médecin a envisagé plein de joyeuses hypothèses : anémie, hypothyroïdie, mononucléose, diabète... Quoi d'autre? Bof, on verra bien. Si ça se trouve, ils ne dénicheront aucun indice dans mon sang. Ce n'est peut-être qu'un virus. Ou c'est peut-être autre chose. Peut-être rien. Ça va passer. OK, on verra.

Mais le réel plaisir là-dedans, c'est d'aller faire enrager les infirmières. Oui, c'est drôle, on dirait que ça en frustre certaines lorsqu'elles ont du mal à me faire une prise de sang. Et je me retrouve à m'excuser, à tenter de leur donner des trucs qui ont déjà marché avec moi : papillon (ce qu'on utilise avec les enfants), piquer sur les mains (en mettant les mains dans l'eau bouillante avant). Si on me pendait par les pieds, ça aiderait? (je ne leur propose jamais ça, elles seraient bien capables de dire oui!)

Je suis patiente, je suis détendue et je fais des blagues pour alléger l'atmosphère. Je ne perds jamais patience, j'endure la douleur et je compatis, je m'excuse de cette tare congénitale qui se transmet de mère en fille dans ma famille. Désolée, mes veines sont petites, fuyantes, absentes, agaçantes!

Ce matin, ça a pris 2 infirmières, 3 piqûres (à faire des fouilles archéologiques avec l'aiguille dans la veine pour essayer de trouver quelque chose) et 40 minutes en tout avant de remplir les 3 petites fioles de mon précieux fluide vital. Si l'infirmière avait échappé les fioles, je crois que j'aurais pleuré. Mais non, elle en a pris un grand soin!

Je le leur dis toujours d'emblée, aux infirmières : Je suis votre défi de la journée! Bon, elles ne me croient pas, elles ne m'écoutent pas et elles s'essaient un premier coup. Leur sourire faiblit un peu et elles essaient à nouveau. Et, comme ce matin, elles finissent par me transférer à l'une de leurs collègues, une pro qui en a vu bien d'autres... et qui travaille fort elle aussi pour arriver à ses fins!

Sachant tout ceci, vous comprendrez certainement que je ne suis pas très encline à aller donner mon sang. Je me sens coupable à chaque fois que je vois une affiche pour une clinique de sang, mais que voulez-vous, c'est tellement compliqué... Je garde ce genre d'épreuve pour les moments où c'est vraiment nécessaire médicalement parlant!

Mais vous savez quoi? Mon infirmière de ce matin m'a beaucoup aidée à me déculpabiliser : Elle me déconseille fortement d'aller donner mon sang! À son air, j'ai compris que ce ne serait pas une bonne idée de faire perdre leur temps à d'autres pauvres infirmières...

Message à toutes les infirmières de ce monde : Je suis vraiment désolée! ;)

8 commentaires:

ClaudeL a dit…

Ce ne sont pas toutes les infirmières qui ont le tour. Quelques techniciennes en laboratoire ont fait des merveilles sur moi. Il ne faut pas se gêner pour en demander une autre. Ce sont elles alors qui seront désolées.

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : C'est sûr que certains (parce qu'il y a des infirmiers aussi!) ont plus le tour que d'autres. Quand j'étais enceinte, c'était merveilleux, ça réussissait bien à tous les coups! (le volume sanguin d'une femme enceinte est 20 % plus élevé si je me souviens bien).

Je n'ai jamais eu à demander quelqu'un d'autre : quand ça ne fonctionne pas, en général, on s'empresse de me référer à une personne plus habituée! (d'où cette impression d'être une patate chaude qu'on se passe allègrement!) C'est juste que ce matin, la pro en question n'était pas affectée aux prises de sang, mais à la dermatologie... donc, je lui ai gâché sa journée on dirait bien (hé! c'est pas moi, c'est sa collègue qui avait peur de mes veines!!!). D'où une certaine impatience que je sentais en elle... Mais bon, je ne lui en veux pas, elle doit vivre bien du stress dans son travail...

J'avoue que je ne ferais pas ce métier... Je n'aime pas tellement les aiguilles mettons. Mais bon, c'est juste un mauvais moment à passer... et il y a des choses pires que ça! ;)

Chantal Moreau a dit…

Bon c'est quoi ca? Un autre problème que tu ne m'avais pas soulevé (petites veines fuyantes)? Avoir su, je ne t'aurais pas fait voir mon infirmière, qui fait ca si bien pour moi depuis plusieurs années! :) Sérieusement, j'espère que tu iras mieux bientôt! :)

Isabelle Lauzon a dit…

À Chantal : Hihi! Eh oui! Un autre problème chez Isa! Après plus de 3 ans, tu en apprends encore sur moi... ;) L'infirmière en question (Carole je crois?) faisait très bien ça, c'est juste que j'aurais aimé qu'elle soit un peu plus... souriante? Mais je peux comprendre sa frustration de s'être fait passer la cliente pas facile par une collègue qui ne voulait/pouvait pas prendre le temps...

C'est drôle, les 2 m'ont demandé (l'air découragé) : est-ce que c'est la 1ere fois que vous venez ici pour une prise de sang? (la 2e fois, j'ai répondu en riant : quoi, vous aimez mieux que je ne revienne pas ici? LOL)

La prochaine fois, je préciserai ma particularité dès la prise du rendez-vous. Ainsi, je serai certaine qu'on sera déjà au courant que c'est très, très long me piquer... Et je vais peut-être même avoir droit à un petit sourire! (que veux-tu, les enfants marchent aux suçons, moi ce sont les sourires!) ;)

Lucille a dit…

Je crois que je boycotterais toutes prises de sang si j'avais tes veines. Je déteste me faire trouer la peau par une aiguille, et je remercie le ciel (matin, midi et soir) de ne pas avoir à subir cette torture périodiquement aux trois ou quatre ans.

Tu es courageuse, chère Isabelle, vraiment courageuse d'avoir enduré un tel calvaire. Je te lève mon chapeau... très haut ;)

Isabelle Lauzon a dit…

À Lucille : Bof! Tsé, quand on n'a pas le choix... on se débrouille avec ce qu'on a! :D

jeanbateau a dit…

Dame Isa
Content d'avoir de tes nouvelles.
Dame Isa
Voici mon commentaire suite à ton dernier message : tu écris bien. Sacrément bien. Tu nous racontes une anecdote et c'est intéressant (intéressang!!!).
C'est vraiment rien ce que tu nous racontes et je mords, je veux la suite, mon intérêt est suscité (suce cité!!!).
OK, assez de mes jeux de mots. Mais quoi de plus banal qu'une prise de sang et tu nous captives, tu piques (hon!) notre curiosité. Tu nous racontes une petite histoire tout bonnement et, de fil en aiguille (il ambitionne là), on en veut encore. À te lire, j'aurais presque le goût de devenir vampire. J'exagère à peine bon sang!
Donc, tu as du talent, donc, quand même de la veine, non? Bon,bon.

Isabelle Lauzon a dit…

À Jean : LOLOL! Que de jeux de mots! Voilà, merci, j'ai le sourire étampé sur le visage pour la journée! Hihi! :D