27 juillet 2011

Un mois et demi plus tard...

Sur le coup, je n'en ai pas beaucoup parlé. La raison est bien simple : la responsable du journal des employés m'avait demandé un texte rétrospectif et je ne voulais pas le court-circuiter en mettant mon texte en ligne. Mais voilà, c'est fait : le journal en question a paru et je n'ai plus de problèmes avec ma conscience.

Voici donc ma rétrospective pour :

Le Relais pour la vie 2011 - Blainville

Le vendredi 17 juin 2011, au parc Maurice Tessier, se tenait le second Relais pour la vie de Blainville, organisé par la Société canadienne du cancer. Y étiez-vous?

Plus de 60 employés de (nom de ma boîte), dont moi-même, y participaient, regroupés en 6 équipes [...]. En tout, plus de 51 équipes participaient au relais de Blainville cette année, pour un total d’environ 500 marcheurs.

Dès 18 h 30, Curves nous invitait à des exercices de réchauffement pré-départ. Une préparation utile en prévision de cette longue marche qui allait durer toute la nuit!

À 19 h, le premier tour de piste nous a été offert par les survivants et leurs aidants. Trop de chandails, beaucoup trop de chandails jaunes sur cette piste… Nous n’avons pas lésiné sur les applaudissements, les cris et les crécelles pour acclamer ces personnes si courageuses qui ont combattu le cancer.

Et voilà, notre tour était venu, nous avions une mission à accomplir. Nous avons tous posé le pied sur la piste et nous avons marché et marché encore, motivés par la cause et soutenus par une animation musicale de qualité. Nous avions le loisir de prendre des pauses, évidemment. Tant qu’il y avait un membre de notre équipe sur la piste, notre honneur était sauf!

Je me souviendrai toute ma vie de la cérémonie des luminaires de 21 h… Cette rangée de sacs de papier illuminés, dédiés à la mémoire ou en l’honneur d’un proche qui a connu les affres du cancer… Accompagnés par les cornemuses et les tambours, nous nous sommes recueillis en silence. Je n’oublierai jamais ce moment, cette boule qui montait dans ma gorge alors que je songeais à mes chers disparus…

Puis, notre marche a repris, une marche harassante par moments en ce qui me concerne. Certains ont dormi, d’autres non. Soutenus par le café, les barres tendres et les fruits offerts gratuitement aux participants, nous avons tenu bon malgré la fatigue et les courbatures.

Au petit matin, nous avons accueilli le soleil avec soulagement. Nous l’avions fait, nous avions réussi à tenir le coup! Nous avions hâte de connaître le bilan final. L’objectif initial avait été fixé à 125 000 $. Allions-nous le dépasser?

Roulement de tambours, le montant fut dévoilé : 163 825 $ ont été amassés à Blainville cette année!

Épuisés, fourbus, nous avons tous regagné nos pénates, heureux de ce que nous avions accompli cette nuit-là. Certains parlaient déjà de l’an prochain… Chose certaine, je crois que nous sommes tous ressortis grandis par cette expérience. Une expérience que je vous souhaite à tous de vivre au moins une fois dans votre vie.

Y serez-vous l’an prochain? L’invitation est lancée!

***

À cette courte rétrospective (comment résumer une nuit comme celle-là?), j'ajouterais que cette nuit fut pour moi une occasion unique de passer du temps de qualité avec ma maman. Toute une nuit sans interférences, sans les enfants, les conjoints, le tourbillon incessant de nos vies respectives.

J'ai eu de la difficulté à marcher et à monter et descendre les escaliers pendant au moins 3 jours... Mais je ne regrette rien! Ce fut vraiment une nuit intense, très agréable côté température, peu de moustiques, et des échanges vraiment particuliers avec des gens que je côtoie tous les jours... et que j'ai appris à mieux connaître.

5 commentaires:

ClaudeL a dit…

Si c'était un communiqué de presse (gratuit) et que le journal s'en est servi pour publier un article, comme celui-là http://www.journallecourrier.com/Actualites/2011-06-27/article-2615491/Succes-retentissant-du-Relais-pour-la-vie-a-Blainville/1

tu n'avais pas à te mettre martel en tête, tu aurais très bien pu le publier ici avant.

Pat a dit…

Excellent texte, Isa. Avec juste ce qu'il faut d'émotions au milieu.

Isabelle Lauzon a dit…

À ClaudeL : En réalité, je n'avais pas peur de vendre la mèche, car oui, je sais que plein de gens en ont parlé un peu partout... Mais je me suis fixée une ligne de conduite : quand j'ai un texte à paraître dans le journal des employés, je ne le mets pas sur mon blogue tant et aussi longtemps qu'il n'a pas paru. Question de respect et aussi, d'éviter que mon article dans le journal devienne une vieille nouvelle qui a déjà été lue ailleurs. D'habitude, ça ne pose pas problème, puisque ce sont des sujets généraux, mais dans ce cas-ci, j'avoue qu'avec un tel événement, le délai était assez long... Me mettre martel en tête, je suis une spécialiste du concept! :)

À Pat : Hé! Merci! La difficulté, c'était de répondre à la commande et à la vision du journal, soit : produire un texte personnel, avec des émotions, mais avec une vue globale afin que les autres équipes puissent se sentir intégrées, le tout pour aller avec plusieurs photos de l'événement et d'autres commentaires des capitaines des autres équipes... Ouf! Bon, OK, je vais me donner une petite tape dans le dos là : mission accomplie! :D

Lucille a dit…

Moi, je te ds chapeau (encore) pour le geste ! Et ayant accompli la marche toute la nuit aussi, je peux comprendre comment tu pouvais te sentir ! C'est un melting-pot d'émotions qui viennent te chercher. Bravo ! "Two tumbs up" pour ton texte ;0

Isabelle Lauzon a dit…

À Lucille : Hé! Chapeau à toi aussi! C'était vraiment quelque chose... Pour le texte, ça ne casse pas la baraque, mais ça résume pas mal la façon de j'ai vécu le tout. Vraiment, une nuit mémorable! :D