10 juillet 2011

Les deux pieds dedans!

Évidemment, comme mon mini refuse obstinément tout appui sur le bouton "publier le message" dans Blogger, vous avez ce billet en différé...
***

Nous sommes dimanche matin, 10 juillet, 2e jour de l'atelier court d'Elisabeth Vonarburg. Je me suis couchée à minuit... et je ne dors plus depuis 5 h. Une petite migraine qui commence à poindre, quelle surprise! Un moment donné, il va falloir que je me rappelle que je n'ai plus 20 ans, moi... ;)

Au menu samedi matin : les commentaires d'Elisabeth sur nos nouvelles respectives, sur lesquelles nous avons tous soumis nos commentaires ces dernières semaines. Je m'en suis relativement bien tirée, beaucoup mieux que je ne le croyais. Moi qui me voyais déjà contrainte de revoir tout le fondement de mon texte, pour respecter les 3 lois d'Azimov sur la robotique... Eh bien non! Elisabeth m'a exhortée à n'en rien faire! Pincez-moi : elle me pousse à conserver mon androïde tel quel! La meilleure nouvelle de la journée! En gros, je dois revoir un peu l'alignement de mon narrateur, élaguer certains passages, en étoffer d'autres... la routine habituelle, quoi!

Le reste de la journée, nous avons fait des exercices sur différents narrateurs : le narrateur omniscient (discret ou bavard), le narrateur en "je", puis le narrateur ignorant (Ouf! Pas facile celui-là!). Les oreilles grandes ouvertes, j'ai profité au passage d'une multitude de conseils prodigués par la grande dame... Mon seul malheur, c'est que j'ai dû traîner toute la journée un texte d'exercice mal fichu. Ça n'avait pas bien été lors de la première contrainte, et j'ai dû recycler ce texte pour pratiquer d'autres narrateurs dessus... Je peux vous jurer qu'il ne sera soumis nulle part, celui-là! Mais bon, ce n'est qu'un exercice d'atelier, il ne faut pas trop prendre ça à coeur... Ça m'a rappelé de bons souvenirs de mes anciens ateliers : une contrainte, un court délai pour produire, et advienne que pourra! Toujours aussi angoissant, finalement... ;)

Le souper en gang dans un pub irlandais fut exquis : je garderai longtemps en mémoire la saveur de ce gâteau au fromage Bailey's... De belles discussions, toujours de mise entre passionnés! On apprend ainsi à mieux connaître les collègues d'atelier, leurs projets en cours, leur vécu... En vérité, je vous le dis : l'après atelier, c'est presque aussi bon que l'atelier lui-même! (certains diront même : meilleur... Hihi!)

Voilà, la seconde journée d'atelier débutera bientôt. Je ne sais pas ce qui nous attend, mais je vais en profiter au maximum!

Jusqu'ici, je suis toujours en vie, sereine et confiante. Mais ah-ha! Qu'en sera-t-il ce soir?

***
Addendum : nous sommes dimanche soir, je suis revenue de l'atelier. La suite des événements... un autre tantôt, parce que je suis brûlée morte, claquée sans bon sens, et je m'en vais de ce pas me coucher dans mon merveilleux lit!

5 commentaires:

ClaudeL a dit…

ZZZZZZZZZ

Isabelle Lauzon a dit…

Rffffllll... Hein? Quoi? Grrrblbl... Tu m'as réveillée... ;)

Gen a dit…

Ah oui, l'après-atelier, c'est définitivement aussi intéressant que le pendant-atelier. Et moins fatiguant : suffit de faire boire Élisabeth et de lui poser des questions! hihihihi ;)

jeanbateau a dit…

—ZZZZZZZZZ

—Rffffllll... Hein? Quoi? Grrrblbl...

Ça c'est du dialogue d'extraterrestres!

Et comme disait l'autre : "D'ailleurs, je ne suis pas d'ici!".

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Mouahaha! (ici, il me revient de succulents souvenirs d'Elisabeth prononçant ces sons... délicieux!) Mettons qu'on travaille un ti-peu moins fort à l'après atelier... et que la bière est pas mal meilleure que mes éternelles bouteilles d'eau! ;)

À Jean : lolol! Demande-moi en pas trop, je suis encore un peu dans le coma! Hihi! Peut-être ne suis-je pas ici, peut-être tout ceci n'est-il qu'un rêve, peut-être suis-je d'une autre planète après tout... Je ne sais plus... :D