7 juin 2011

Je vais sûrement me faire casser la gueule...

Mais j'ose, oui, j'ose me servir à même les propos de Gen, parce qu'ils reflètent exactement ce que je veux exprimer! Alors Gen, j'espère juste que tu ne vas pas me faire exploser les plombages lors de notre prochaine rencontre... ;)

Certains s'en souviendront peut-être : À mon retour du Congrès Boréal, j'avais promis de parler de mes projets en cours. J'ai même écrit un projet de billet détaillé, mais ça ne me disait rien de le mettre en ligne... Après bien des tergiversations, je suis tombée sur un paragraphe dans un billet de Gen et ô miracle, voilà, la raison de mes hésitations était là, écrite noire sur blanc!

"Parler des projets en cours? Ça me met toujours mal à l'aise. En dehors du milieu littéraire, les gens sont intéressés par un texte quand ils peuvent le lire. Et en plus, je n'aime pas parler des projets non terminés. Parce que, justement, je ne sais jamais si je vais les finir. Et d'ici à ce qu'ils soient publiés..." (Source : Geneviève Blouin)

Merci Gen! Je n'aurais pas mieux dit!

Bon, d'accord, admettons que je vous parle tout de même - mais de façon très sommaire - de mes projets en cours... Je vous dirais tout d'abord que j'ai terminé mon projet pour l'atelier court de cet été. Il s'agit d'une nouvelle de SF d'environ 15 pages, qui sera retravaillée à fond lors de l'atelier.

À part ça, je retravaille en ce moment une histoire pour enfants de 7 à 10 ans je dirais, et qui trainait dans mes tiroirs depuis très longtemps. Il a fallu que je la retape en entier parce que j'avais effacé le fichier de 20 pages par mégarde... Grrr!

Et puis quoi encore? Un projet de novella/roman de fantastique qui me hante... Un polar avec une tueuse à gages bien spéciale... Et tout un tas d'autres projets qui s'agitent tour à tour dans ma petite tête!

Un projet à la fois et surtout, un mot d'ordre : Isa, ne sois pas pressée. Prends le temps de peaufiner tes plans, de te documenter, d'expérimenter, de t'interroger, d'évoluer à ton rythme.

Une chose est certaine : vous ne verrez plus en marge de mon blogue la liste de mes projets en cours. Parce que lorsque j'en parle trop, je me sens obligée, contrainte de produire pour satisfaire les attentes d'autrui... Tandis que lorsque je me tais, je fais ce que je veux, je suis libre comme l'air et la vie est tellement plus facile!

L'important, c'est qu'il y ait des projets devant, non? Les projets, c'est ce qui nous allume des étincelles dans les yeux, c'est ce qui nous met un sourire dans le visage... Et pour ce qui est des projets, je ne risque pas d'en manquer avant ma retraite... minimum!

7 commentaires:

Gen a dit…

T'es totalement la bienvenue ma chère!

Et moi j'ai bien hâte que certains de ces projets aboutissent! ;)

Mais t'as raison : prend ton temps!
(mais fait ça vite! hihihihihi)

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Ouais, j'avoue que ça fait un bout que je t'en parle... Un peu "agace", la fille... ;)

Mais je dois dire que tes conseils pour le plan m'ont grandement aidée ces dernières semaines à y voir plus clair dans ces fameux projets qui dormaient sur la tablette. Maintenant, je sais où je m'en vais avec ça, je vois où sont les faiblesses, où je dois faire des recherches. Tellement plus facile dans un tableau! Je pense que je viens officiellement d'apprivoiser le plan! Yé!

Enfin, ça devrait aller plus vite maintenant, avec mes mercredis-minis... Patience, patience! ;)

Hélène a dit…

C'est merveilleux d'avoir des projets pleins la tête. Et au fond, c'est bon signe que tu crées des attentes avec tes projets, c'est donc que tu as des fans qui te réclament!Chanceuse va. Mais je te comprends, moi n'ayant encore rien publié je suis libre comme l'air.

Keven a dit…

Ça grouille de partout dans notre tête, mais rien nous obligent à écrire. Parce que je suis certain que tu t'en es déjà rendu compte, on est pas capable de pas écrire. Un moment donné, ça nous rattrape tout seul.

Alors j'ai confiance en toi Isa! Peu importe le projet, je sais que tu vas aboutir à quelque chose! Et si tu veux nous en parler, pas de problèmes! Et n'est là pour t'encourager, pas pour te juger si tu finis pas. De toute façon, on est tous dans la même situation.

Isabelle Lauzon a dit…

À Hélène : Oui, c'est bien, de créer des attentes... mais avec le temps, ça devient un couteau à deux tranchants! Je n'ai pas beaucoup de temps dans une semaine (dans cette vie!) pour écrire. J'ai plein de projets, mais jamais assez de temps pour tous les écrire, alors il me faut faire des choix. Rien n'aboutit assez vite, c'est frustrant. C'est pour ça que je ne parle plus beaucoup de mes projets, c'est un peu plate pour les gens d'en entendre parler, sans jamais rien voir. Mais comme toi, je savoure la liberté totale d'action. Aucun éditeur ne me talonne, je n'ai aucune obligation. Un jour, ça viendra (j'espère!) et comme dans les autres sphères de ma vie, je vais assumer mes responsabilités et je vais produire. Mais là, l'écriture est encore un plaisir à part entière, et non pas une obligation, alors je profite de ma liberté! :)

À Keven : Ah ça! J'ai commencé à écrire au départ justement parce que je n'en pouvais plus de toutes ces idées qui me harcelaient! Et quand j'arrête, oui, ça me rattrape tout le temps. J'ai toujours dit que la fibre auteur, c'est une forme de maladie mentale... ;)

Ah! T'es fin de ne pas me juger! Je me juge tellement sévèrement d'avance... Ben oui, je vais aboutir, j'aboutis toujours à quelque chose de temps en temps, mais j'aimerais tellement que ça aille plus vite des fois...

Gabrielle Syreeni a dit…

Je trouve que c'est bien ton choix. J'ai fait la même constatation, il y a un ou deux ans, pour mon propre blogue (quand il n'était pas séparé en deux ou trois parties) Ça rime à rien d'écrire ce que l'on songe de faire, et que finalement, rien ne se fait. Comme on dit « les paroles s'envolent et les écrits restes ». Vaut mieux parler de ce que l'on a déjà en main que de ce qui n'est qu'abstraction dans notre esprit.

Et puis, ça met de la pression que tu n'as pas nécessairement envie d'avoir de plus, sur le dos.

Isabelle Lauzon a dit…

À Gabrielle : J'envie tellement ceux qui font une liste de leurs projets sur leur blogue... et aboutissent dans un court délai à un résultat tangible! Mais non, ce n'est pas moi, ça. J'aime mieux parler de ce qui est fait, plutôt que de ce que j'aimerais faire.

Bien dit, ça, pour la pression... Présentement, j'en ai pas mal plus que ce que je suis capable de prendre, alors pas besoin d'en rajouter sur la pile! :)