2 mars 2011

S'accrocher aux petits plaisirs

Ces jours-ci, je tâche de conserver mes émotions au neutre. Réflexe défensif.

Depuis une semaine, je suis chamboulée. Pendant des jours, les émotions, les démarches, l'assistance et le soutien à autrui, l'accueil des sympathies. Un petit répit à la maison, à tenter de se changer les idées, puis une journée de fous lors du retour au bureau. Des sympathies encore, on n'en sort pas.

Je ne suis pas encore capable d'écouter des chansons mélancoliques. Les émotions remontent. Les émotions, c'est correct d'en avoir, mais faut que ça passe un moment donné. Je change de poste, je me mets un CD entraînant. Je chante le plus fort que je peux dans ma voiture, ça m'aide à évacuer les souvenirs et les idées noires. Des idées qui tournent et retournent dans ma tête, qui affluent à tout moment...

L'entrainement m'aide beaucoup. 1 h de Wii Dance Dance Revolution hier soir, j'étais déchaînée! Beau petit résultat ce matin, après quelques jours de reprise de l'entrainement : moins 2 lb!!! Tiens, j'irais bien fêter ça avec une palette de chocolat, moi... ;)

Bon, je ne veux pas vous déprimer ce matin, simplement vous exprimer ceci : je vais mieux. Je ne suis pas encore au meilleur de ma forme, mais je vais mieux. J'ai fait le tour de vos blogues, les amis. Je me suis réjouie de vos réussites et de vos belles expériences, j'ai souri devant vos anecdotes... Désolée, mais j'ai peu commenté. L'inspiration me fuit ce matin il faut croire. Mais vous lire m'a fait du bien.

Côté inspiration, je me suis jetée sur mon portable dimanche et j'ai écrit le premier jet de ma nouvelle pour le concours du journal Le courrier. Ça m'a fait un bien fou, de passer 3 h de mon temps sur un projet, de le commencer, d'écrire le mot fin. Reste plus qu'à retravailler le tout pour rendre ça potable!

Semaine de relâche oblige, je suis en congé pour 2 jours. Une belle occasion de passer du temps avec mes enfants, de les aider à poursuivre leur fort (quelle belle neige nous avons eue!), d'aller voir le film Raiponce (offert gratuitement par la ville dans une école). Belle occasion pour moi aussi d'écrire un peu, de tenter de reprendre le fil de mon histoire de "sorciers"...

Ouais, justement, mes sorciers : Je viens de me rendre compte que j'ai un problème de caractérisation avec mon personnage principal. C'est mal parti mon truc. Je vais tout revoir depuis le début. Faire un solide ménage là-dedans pour y voir plus clair. Reculer pour mieux sauter, comme on dit. Ça aussi, ça va faire du bien. Depuis que j'ai pris conscience de ce problème, j'ai du mal à avancer dans l'histoire. Mieux vaut régler ça tout de suite.

Le temps arrange les choses, dit-on. J'ai hâte que le temps passe, alors...

7 commentaires:

Lucille a dit…

Contente de te savoir en meilleur forme ce matin. Prend le temps qu'il faut ! La peine, c'est comme un gros orage... on peut pas l'éviter longtemps, même si on se cache sous un parapluie !

Bonne journée et prends surtout bien soin de toi. Amitiés xox

Isabelle Lauzon a dit…

À Lucille : Disons que la forme va et vient ces temps-ci. Des moments de joie, entrecoupés de mélancolie... :S

Belle métaphore, ton orage! J'ai toujours eu plutôt tendance à refouler mes émotions lorsqu'elles devenaient trop fortes. Blocage très néfaste à mon avis. J'ai travaillé là-dessus ces dernières années et j'ai été tout de même contente de mesurer, au cours des derniers jours, tous les bienfaits du travail que j'ai accompli avec moi-même en ce sens... Pleurer au bureau, ça n'aurait pas fait partie de ma religion avant. Mais quand s'abaissent les barrières, quand on s'ouvre à la vie, dans tout ce qu'elle a de bon ou de mauvais à offrir, on ne peut plus faire semblant, et c'est bien comme ça...

Comme le disait une de mes bonnes amies : "J'ai de la peine, alors je pleure. Je suis joyeuse, alors je ris." Vivre ses émotions au moment présent, c'est bien mieux pour la santé! :)

Sylvie a dit…

J'adore ta réponse à Lucille. Elle est pleine de sagesse. Ça ne fait pas disparaître la douleur, mais elle te dirige dans le bon sens. Je pense à toi. Take care. XX

Gen a dit…

Je te comprends de ne pas chercher à provoquer les émotions difficiles. Tu as la bonne attitude je pense : sans nier tes sentiments, tu essaies de te changer les idées.

Et l'exercice, ça règle tous les maux! :p

Isabelle Lauzon a dit…

À Sylvie : J'ai toujours dit que la sagesse, ça s'acquiert à grands coups de pelle dans le front... J'ai comme l'impression que ça commence à rentrer un ti-peu, là! :D

À Gen : Faut pas faire exprès non plus, de s'apitoyer sur son sort et de s'enliser dans le négatif... mais bon, ma peine est là, je l'accepte, mais en même temps je tâche de voir aussi tout le positif qu'il y a dans mon quotidien. Et pour l'exercice... j'étais sure que tu dirais ça! MDR! L'exercice, c'est bon pour les boutons, la dépression, le manque d'énergie... Et quoi d'autre encore? MDR! :D

Gen a dit…

@Isa : La santé en général, la ligne... et la surpopulation! :p (Ben quoi, après un entraînement intense, on a envie de dormir, pas de faire des galipettes! :p)

Isabelle Lauzon a dit…

À Gen : Aaaaaaah! C'était donc ça... OK, je vais expliquer ce concept mathématique à mon chum (comptable) : plus d'entrainement = plus de dodos = moins de galipettes... Mouahahahahaha!!! :D