25 octobre 2010

Une nouvelle ère!


Grâce en grande partie au livre « Comment écrire des histoires », d’Elisabeth Vonarburg, je réalise que je suis entrée récemment dans une nouvelle ère en tant qu’auteure.

Depuis que j’ai lu ce livre, des lumières se sont allumées dans mon esprit. Maintenant, je dirais que je suis plus réfléchie dans mon écriture et surtout, dans ma réécriture.

J’y ai découvert toute une vision, bien plus complexe et étoffée que tout ce que j’avais pu lire jusqu’ici à propos de l’art d’écrire. Que l’on parle du narrateur, des clichés, du point de vue, du temps, des retours en arrière ou encore des éventuels problèmes narratifs, j’ai trouvé plus que mon compte d’informations dans ce « guide de l’explorateur ».

Je ne mentirai pas en prétendant avoir assimilé ou même compris toute la matière. En fait, je suis convaincue qu’il me faudra expérimenter à fond les notions exposées dans ce livre, afin de les intégrer adéquatement. Qu’à cela ne tienne, je suis prête à relever le défi!

J’avoue toutefois que, si de nombreux exemples viennent étayer la théorie, j’en aurais pris beaucoup, beaucoup plus pour clarifier certains points. Ce livre me semble avoir été conçu avant tout comme base à un travail de groupe, comme les ateliers de création littéraire par exemple. Même si un auteur autodidacte comme moi y trouvera des éléments plus que satisfaisants pour son apprentissage personnel, j’ai réalisé qu’au bout du compte, aucun bouquin ne serait suffisamment détaillé pour remplacer une saine expérimentation. J’ai aussi compris que, pour avancer, il me faudra accepter d’être confrontée à l’opinion d’un comité de lecteurs, qui commenteront mes écrits de façon objective et m’aideront à les améliorer. Le fameux comité de lecteurs… Quelle différence! Grâce à lui, je vais beaucoup plus loin, bien plus loin que ce que j’aurais imaginé au départ.

Jusqu’ici, je misais sur la quantité, en escomptant qu’une certaine proportion de mes textes trouveraient preneur. Maintenant, je mise sur la qualité. Quitte à soumettre moins, je préfère explorer davantage toutes les possibilités, m’interroger sur le fond, sur la logique, sur la psychologie des personnages, sur les liens, sur la pertinence. Un travail de longue haleine, mais qui devrait, au final, m’en apprendre bien davantage sur l’écriture… et sur moi-même.

C’est donc nantie d’une vision nouvelle sur ce que seront mes prochaines démarches que j’aborde une ère de travail acharné et de réécriture réfléchie. Je vois déjà une nette amélioration dans mes projets en cours, et ce n’est qu’un début!

5 commentaires:

Gen a dit…

Membre du comité de lecture non officiel ici présent approuve : tes textes s'améliorent à vitesse grand V depuis cette lecture! :)

(V comme dans Vonarburg? :p )

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Je profite de cette occasion pour te remercier de ta patience et de ta disponibilité! ("V" comme "Vonarburg", mets-en!) :D

Gen a dit…

@Isa : Patience et disponibilité étant réciproque, on va pas s'envoyer des fleurs quand même! ;p

Karuna a dit…

C'est comme dans n'importe quoi, le temps fait son oeuvre. On apprend, on se développe, on devient meilleur avec la pratique, les lectures, les conseils. Personnellement, je vois ma perception de l'écriture changer. Elle est moins naïve qu'au début. Pour produire un bon texte, je ne crois pas à l'improvisation. Je vois davantage l'importance de la technique et de la réflexion. C'est comme travailler, quoi!! :p

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Ben oui, ben oui, on va s'en envoyer, des fleurs! Parce que si on attend après les autres... ça peut être un ti-peu long! :D

À Karuna : Je vis la même chose que toi. Je perds enfin un peu de naïveté, qui se voit remplacée par de l'expérience. Et c'est drôle, la perte de mes illusions ne me fait pas de peine, au contraire! Je découvre un monde tellement vaste, tellement riche, que j'en veux toujours plus... Mais de là à voir ça comme un boulot, non! Technique et réflexion, oui, mais toujours avec la passion derrière, l'envie de faire mieux, d'aller plus loin! :D