29 septembre 2010

Tellement vrai!

Gen vient de publier un billet à propos de l'indifférence de ses proches envers sa passion pour l'écriture et ses succès littéraires. J'appuie, je seconde et je renchéris :

Tu sais que les gens se foutent royalement de ta passion pour l'écriture quand :
  • Les parfaits inconnus qui habitent à l'autre bout du monde s'intéressent davantage à ce que tu fais que ta propre famille...
  • Tu écoutes durant des heures tes amis te parler de leurs déboires sentimentaux, de leurs animaux, de leurs travaux de rénovation... Et pourtant, à peine abordes-tu la question de l'écriture, voilà, ils n'ont plus le temps... Ou, encore mieux, ils font "ah oui?" et CHANGENT DE SUJET!!!
  • Ils ne te demandent JAMAIS, au grand jamais, des nouvelles de tes projets en cours, de tes démarches, rien. Surtout pas! Des fois que ta maladie serait contagieuse... Ou, pire encore, et si tu avais trop de belles choses à dire? Ils aiment mieux t'entendre te plaindre de tes enfants, de ton chum, de ta job, mais voir les autres transpirer de bonheur, ça écoeure...
  • Quand tu leur mentionne à quel point ça ne paie pas, l'écriture, ils te regardent comme s'il te manquait quelques cases dans le cerveau...
  • Tu te rends compte que publier des nouvelles et remporter des prix littéraires, ce n'est rien à leurs yeux. Publier un livre ne sera probablement pas suffisant. Un Prix Nobel, peut-être?

Un conseil, si tu veux conserver ta bonne humeur et ta passion intactes : Garde donc tout ça pour ceux qui s'intéressent vraiment à ce que tu fais! Pour les autres, laisse tomber, c'est peine perdue. De l'énergie gaspillée. Quand tu auras réussi, ils seront derrière toi et se gargariseront de ton succès, en se vantant d'avoir toujours cru en toi. Et la Loi stipule que tu devras alors conserver ton calme, car tout acte de violence pourrait te valoir la prison... ;)

Trève de plaisanterie, j'ai fini par me résigner à cette indifférence. Je comprends que les gens qui m'entourent n'éprouvent en grande majorité aucun intérêt pour la littérature en général. Alors, je ne leur demande plus de s'y intéresser, je ne leur fous plus mes textes entre les mains, je n'en parle même plus, ou à peine.

En fait, plus le temps passe, et moins j'ai d'intérêt à fréquenter des gens qui ne démontrent aucun intérêt envers ma passion et la littérature en général. Collègues blogueurs, auteurs et écrivains, vous devenez tout doucement ma famille élargie...

9 commentaires:

Pat a dit…

Oh làlà! Tu es dure, Isa :)

Je partage tes frustrations.

Mais en même temps...
Une passion peut être électrisante, certes. Contagieuse, sans doute.

Mais partagée de tous?
Quand mes amis se mettent à me parler de chars, je réagis probablement comme eux lorsque je déballe mes histoires de bouquins.

Cela dit, je comprends ce que tu ressens :)
L'indifférence peut venir à bout de notre bonne volonté...

Isa Lauzon a dit…

À Pat : Hihi! Oui, je sais que je suis méchante! Dis-toi que c'est ma réaction ultime à la douleur, à la déception et à la peine...

Mais bon, tu as raison pour les passions des autres, moi, quand ça parle de chars ou même... de tracteurs (oui oui!), je décroche un ti-peu. Mais j'écoute quand même. Je m'intéresse quand même un peu. Parce que je sais que la personne devant moi, elle, a envie d'en parler. Tant qu'elle est passionnée par son sujet, j'embarque.

Présentement, je combats l'indifférence par l'indifférence. Si quelqu'un me parle de ma passion pour l'écriture, là, je me lance. Sinon, je parle d'autre chose. Faut choisir son public! ;)

Gen a dit…

@Isa : Je pense que la différence, c'est que nous on écoute tout le monde parler, d'un coup que ça pourrait servir dans une histoire! :p

J'aime beaucoup "Quand tu auras réussi, ils seront derrière toi et se gargariseront de ton succès, en se vantant d'avoir toujours cru en toi. Et la Loi stipule que tu devras alors conserver ton calme, car tout acte de violence pourrait te valoir la prison... ;)" lololol!

Hep, moi aussi j'ai l'impression que notre petite communauté est en train de devenir ma famille élargie. :) J'ai déjà une Matante Isa... ;p

insoliteunivers a dit…

Je trouve ça triste. Triste que vos familles à toi à et à Geneviève ne s'intéresse pas à ce que vous faites. Ma famille, à moi, ce sont mes plus grand fans. Ma mère, ma soeur, mon grand-père, mes tantes, mes oncles et certains de mes cousins m'aident même en lisant mes premiers jets et en me disant ce qu'ils auraient aimé savoir et sur quoi j'en dis trop.
Mais il est certain que ça ne peut intéresser tout le monde, comme je me fous éperduement de la défaite du Canadien ou des dernières railleries de Carey Price.

Karuna a dit…

Isa, tu prends ça trop à coeur!! ;)
Je suis du même avis que Pat-le-sage. J'ajouterais qu'une passion se partage entre passionnés mais que nos confrères de passion ne peuvent pas, à eux seuls, former notre famille. Ça ferait un ti-peu ghetto, tu ne trouves pas?

M a dit…

Attendez de quitter un emploi payant qui ne vous laisse pas assez de temps pour écrire pour un emploi qui paie moins mais qui vous laisse temps et énergie pour écrire le soir...

Votre famille va vous regarder comme s'il fallait vous interner.

Cas vécu!

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Hihi! Matante Isa... elle va me rester, celle-là! ;)

À Insoliteunivers : Carey qui? ;) Bien, j'ai eu peu exagéré, tout de même. Ma mère est devenue ma fan numéro un, et ma soeur, qui ne lit pas du tout, commence à s'intéresser à entendre parler de mes démarches (à défaut de me lire!). Disons qu'au début, je n'ai reçu aucun encouragement, mais là, maintenant que c'est plus tangible, quelques personnes commencent à s'intéresser à ce que je fais. Il y a de l'espoir! :p

À Karuna : Ah! Ma chère, j'ai exprimé ici une émotion longtemps refoulée! Par contre, cette émotion, je la ressens à peu près... 0,1 % du temps, maintenant, alors je dirais que ça s'améliore, mon affaire... Ghetto? Avec rien que des auteurs là-dedans? Si un jour quelqu'un part une secte comme ça, j'embarque! :p

À Mathieu : MDR!!! Ayoye, méchant malade! ;) J'ai moi aussi fait pas mal capoter mon chum quand je lui ai dit que je voulais quitter une job à 5 jours (et plus) pour une autre à 4 jours maximum... Il calculait pas mal, mettons! (normal, il est comptable!). Mais un moment donné, ça devient essentiel à notre santé mentale, hein? Quoi qu'en disent ceux qui ne nous comprennent pas...

Isabelle a dit…

Je te comprends et cela peut arriver dans toutes les sphéres de la vie. Tu es dure, mais réaliste.

Isa Lauzon a dit…

À Isabelle : Hé! Tu viens de mettre le doigt sur quelque chose, là! "toutes les sphères de la vie"... C'est ça le vrai problème! Ces mêmes personnes qui ne s'intéressent pas à ma passion, ne s'intéressent pas vraiment non plus selon moi à celle que je suis vraiment. Elles veulent que je leur renvoie l'image qu'elles désirent voir...

Parfois, avant de rencontrer certaines de ces personnes, je passe en revue les sujets à éviter, parce qu'ils ne les intéresseront pas. Mais quand il ne reste que le métro-boulot-dodo à aborder comme sujets, où est l'intérêt de poursuivre la relation? Je n'en vois pas. Plus à mon âge vénérable, pas avec mon expérience de vie. Avec les amis, je passe au suivant, mais pour la famille, c'est plus difficile... faut mettre de l'eau dans son vin...