26 septembre 2010

Exercice #2 - Isabelle Despland

Voici le texte d'Isabelle Despland (Suisse) pour l'exercice numéro 2. Ici, une seule correction de ma part, soit un temps de verbe, plus l'inévitable division des paragraphes.

Toutes mes félicitations à Isabelle pour cette seconde performance. J'ai apprécié ce qu'elle a réussi à faire à partir de cette contrainte qui ne paraissait pas évidente au premier abord!

Sans titre - Par Isabelle Despland

Perdue dans mes pensées, je ne le vois pas tout de suite. Pourtant il est là à côté de ma Clio couleur sable. Sa plaque de policier brille sur son uniforme. Sa main, elle, verbalise noir sur blanc mon interdiction de stationner. Je souhaite lui river son clou. Mais ni ma taille de guêpe, ni le poids des annuaires que je transporte ne lui font faire faux bond. J'ai dépassé la mesure. Les carottes sont cuites.

J'aurais pu le prendre en grippe mais à quoi bon ? Seule sur le trottoir, des annuaires à bout de bras et une amende coincée entre les doigts, mon imagination bat son plein. Cette rue relativement déserte est devenue un champ de bataille digne des westerns.

Je dégaine mon arme. Le bruit métallisé le fait sursauter, il se retourne, la main déjà sur son revolver prêt à répliquer. Mais j'ai une longueur d'avance, la balle fuse et se plante directement dans son épaule. Vaincu, il s'écroule.

Ou alors je peux lui concocter une vengeance sauce aigre douce. L'inviter à prendre le thé que je servirais sur mon plateau d'argent. Lui tendre la bonne tasse, celle qui au lieu d'être sucrée est complètement empoisonnée. Continuer à faire la conversation jusqu'à ce que les convulsions y mettent un terme. C'est un peu sournois, comme d'écouter aux portes d'ailleurs.

Je me retourne. Trop tard. J'ai juste eu le temps d'apercevoir son ombre tourner à l'angle de la rue.

Aucun commentaire: