8 septembre 2010

Aujourd'hui, on coupe dans le gras!

Je suis en train de retravailler une nouvelle, alors aujourd'hui, j'ai décidé de traquer les irritants. Les coupures sont donc au rendez-vous. Quétaineries et longueurs, tenez-vous bien, on coupe dans le gras!

Dans la foulée, j'ai réalisé que la première page de ma nouvelle ne tenait pas la route. J'ai tout essayé : je l'ai réécrite, je l'ai étoffée, je l'ai modifiée, j'ai changé des détails, rien n'y faisait.

Pour finalement me rendre à l'évidence : Malgré le temps et le travail qu'il m'avait demandé, ce passage ne servait pas du tout mon histoire. J'ai retranché plus d'une page de texte, sans remords. Quand je le veux, je peux être assez sadique, quand même...

Faut jamais avoir peur de couper quand ça s'avère nécessaire. On se sent tellement mieux après!

4 commentaires:

Gen a dit…

Hé bien coupe ma chère! :)

C'est vrai que c'est plus facile une fois que tout est écrit... et qu'on a l'assurance de pouvoir revenir à notre ancienne version si jamais ça marche pas! :p

Isa Lauzon a dit…

OK, OK, j'avoue, j'ai gardé l'ancienne version! Au cas où je changerais d'idée... Pas capable de jeter tout ce boulot là à la poubelle... ;)

richard tremblay a dit…

Les deux outils de l'écrivain: la plume et les ciseaux !

Isa Lauzon a dit…

À Richard : Ne partez pas sans eux! ;)