27 août 2010

Une tâche titanesque

Auteurs et écrivains, comment vous y retrouvez-vous dans votre fouillis?

J'ai envie aujourd'hui de partager avec vous ma méthode, qui vaut ce qu'elle vaut et qui pourrait certainement être améliorée. Vos commentaires et suggestions sont d'ailleurs les bienvenus...


Tout part de l'idée

Quand une idée survient, je la note ou l'enregistre sur mon dictaphone. Tout de suite, sans attendre (parce que sinon, elle ne reviendra probablement jamais!). Plus tard, lorsque j'ai un peu de temps, je développe cette idée sur un bout de papier et je la classe dans une pochette (vraiment pas cher, 1 $ pour 4 pochettes, dans les magasins à 1 $).


Les bacs

J'ai fait l'acquisition de bacs (ou présentoirs à revues, si vous préférez) afin de trier mes projets :

  • Un bac pour les Textes publiés (mon préféré!)
  • Un bac pour les Projets refusés (n'aimant pas cette appellation, je l'ai intitulé "Club Med", copyright de Gen, hihi!)
  • Projets soumis (et dont je n'ai hélas pas encore reçu de réponse)
  • Deux bacs pour Résumés à écrire (et je crois que je vais devoir en acheter un troisième, c'est fou ce que les idées s'accumulent avec le temps!).
Dans mon ordinateur, j'ai aussi catalogué mes textes, avec plus ou moins de succès, car je ne suis pas très assidue dans mon suivi :

  • Histoires écrites
  • Histoires publiées
  • Histoires refusées
Ça reste à améliorer de ce côté. J'ai plein de plans là-dedans, plein de versions périmées que je ne sais pas où mettre, alors je les laisse là...


Où j'en suis? Perdue!

C'est bien beau tout ça, mais je ne m'y retrouve plus, dans mes futurs projets. Chaque fois que je veux en commencer un, je me tape mes bacs remplis à craquer pour retrouver mes idées et j'ai du mal à déterminer quel sera mon prochain texte. Il me manque une vue d'ensemble, je dirais.


Ma solution (parce qu'il y en a toujours une!)

Comme je viens de mettre la dernière touche à ma nouvelle intitulée provisoirement "Désert vorace" et que je suis en attente des commentaires de ma première lectrice (qui se reconnaîtra certainement ici!), je suis en mesure d'entreprendre mon prochain projet, un projet d'envergure qui nécessitera toute ma patience et ma persévérance.

Non, il ne s'agit pas d'un projet d'écriture. Pas tout à fait. En fait, je veux cataloguer toutes mes idées, tous mes projets passés, en cours et futurs et tous mes résumés écrits à ce jour dans un même fichier.

Dans un beau tableau Word (ma spécialité), avec un titre provisoire, un court résumé du projet, et même une cote d'intérêt (de 1 à 10, 1 étant très peu, et 10 beaucoup) et une évaluation du degré d'urgence (de A à E, A = à faire très bientôt, et E = Un jour, peut-être). Et du détail pour ceux qui ont été soumis, acceptés ou refusés, et si tel est le cas, mon intérêt à les retravailler.

J'ai déjà commencé à tester ces cotes dans un autre fichier et ça marche! Avec Word, je peux classer mes colonnes par cote, et ainsi déterminer plus facilement où vont mes intérêts.

Compliqué? Peut-être... Peut-être pas tant que ça! Essayez de vous y retrouver dans ma tête remplie de projets et d'enthousiasme... Ça, c'est compliqué! J'ai le cerveau qui déborde parfois.


Amis blogueurs, je vous lance l'invitation : Parlez-nous donc de votre méthode de travail, des moyens que vous prenez pour vous y retrouver lorsque les idées sont trop abondantes, et que vous avez du mal à vous y retrouver... Ou encore, parlez-nous de vos méthodes de travail. Notez-vous toutes vos idées? Ou bien seulement celles sur lesquelles vous pourrez travailler immédiatement?

Avez-vous, comme moi, des problèmes à vous y retrouver?

À moins que je ne sois la seule dans cette situation?

15 commentaires:

Alexandre Babeanu a dit…

Oua... je suis impréssionné. De mon côté, tout est en vrac dans le même répertoire sur mon disque dur... Quant-aux idées, je les note dûment sur un carnet que je trimbale toujours avec moi.

Pour ton tableau, Excel me semble bien plus facile que Word pour le gérer... L'idéal serait bien sûr une base de données, que l'on pourrait alors inerroger dans tous les sens, du style: "quelles idées avec des zombies", "quelles idées urgentes", "quelles idées en mode "club med" avec Zombies", etc...

Bon courage pour ton ménage en tout cas!

Elisabeth a dit…

Wow! Tu as plus de courage et de patience que moi, c'est certain ;) Je n'ai aucun classeur ou fichier d'idées. J'ai un ou deux calepin commencés (qui sont quelque part) et que je ne relis jamais. Je ne fais pas de plans, parce que, de toute façon, je ne m'y conformerais pas... Je le sais, je me connais. Je travaille sur trois projets et rien d'autres, qui sont tous des romans.:)

Karuna a dit…

Je vais peut-être passer pour inconsciente, mais je ne fais rien de tout cela! Juste l'idée me rebute. Aucun classeur, aucun bout de papier, pas de petit calepin. Quand une idée de projet traverse mon cerveau, je la salue et lui dit de revenir quand j'en aurai besoin. Si elle ne revient pas, pas grave, d'autres prendront la place. Je crois que c'est un sacrifice au profit de la productivité, une sorte de filtre qui permet de rester concentrée sur le projet actuel. Sinon, je me sentirais complètement envahie par mon imaginaire.

Isa Lauzon a dit…

À Alexandre : Après mure réflexion, en effet, Excel sera plus indiqué pour mon fichier... Merci du conseil! :p Moi aussi, au début, je mettais tout ensemble, dans les mêmes répertoires et dans un seul cartable, mais à la longue, j'ai dû changer ma méthode, car je ne m'y retrouvais vraiment plus! Trop d'idées, et pas le temps de tout écrire tout de suite, alors ça s'accumule, ça s'accumule... Ah! Je n'aurai jamais assez de cette vie-ci pour tout écrire! ;)

À Elisabeth : Moi, je t'admire de pouvoir te concentrer sur un projet de roman, et t'y tenir jusqu'au bout. Je souffre d'éparpillement chronique, trop d'idées qui partent dans des directions différentes, trop d'histoires qui hantent mes rêves et mon quotidien. Et ce, depuis que je suis toute jeune... Je n'ai pas conservé toutes mes idées (heureusement!), mais les longs projets, pour le moment, je laisse ça de côté, parce qu'ils m'obligent à délaisser tout le reste. Pour ce qui est du plan, j'essaie de me familiariser avec le concept actuellement et j'aime bien. Je ne m'y conforme pas à 100 %, mais ça m'aide à me fixer des objectifs, à avoir une idée d'ensemble. Faut pas trop voir ça comme une contrainte, je pense, mais plutôt comme un aide-mémoire, un outil qui peut servir à baliser le chemin. Et si on veut sortir des sentiers battus... on a toujours le droit! ;)

À Karuna : Wouaaaaah! Est-ce que tu donnes des cours??? Nous sommes exactement des opposées dans ce domaine, c'est fou! Moi, je note tout, premièrement parce que j'ai peur d'oublier, et aussi parce que c'est le meilleur moyen que j'ai trouvé pour avoir la paix. Sinon, certaines histoires me hantent durant des jours... et m'empêchent de me concentrer sur mes projets en cours! Donc, j'en conclus que je suis en quasi permanence envahie par mon imaginaire... D'où mon côté lunatique... d'où mon éparpillement... Héhé! La grande question, c'est : Vais-je m'en guérir un jour? Rien n'est moins certain... et pas certaine d'en avoir envie non plus! ;)

Gen a dit…

Avant 2008, je ne faisais aucun classement. J'ai donc, désormais, des boîtes et des dossiers informatiques intitulés "avant 2008". Ils sont ÉNORMES et c'est impossible d'y retrouver quoique ce soit.

Depuis 2008, date de ma première publication, j'ai adopté un nouveau système de classement.

Premièrement, toutes les idées éparses sont notées dans le carnet que je traîne avec moi ou dans mon gigantesque fichier "idées" qui est un tableau word. Je les classe un peu (par exemple : idée de lieux, idée de personnage), mais je me fie surtout à la fonction Ctrl+F pour retrouver quelque chose. Quand je finis un carnet, je le transcris aussi dans ce fichier (en tout cas, les parties que je trouve encore intéressantes).

Deuxièmement, à chaque fois que je commence un projet (nouvelle, roman, etc), je lui crée un dossier informatique à son nom. Dans le dossier, je mets tout : plan, notes, versions antérieures, historique (où j'ai soumis et quand), commentaires, etc. Quand je fais une nouvelle version, je la numérote. Alors le fichier peut changer de nom, mais je sais que Nouvelle_6 va après Drôle_d'histoire_5.

Finalement, ces dossiers de nouvelle eux-mêmes sont classés dans plusieurs catégories : En cours, Terminés, Publiés, Club Med (refusés mais retravaillables), Archives (morts à moins d'idée géniale). Comme ça, je n'ai qu'à déplacer mes dossiers informatiques pour faire mon classement! :)

Le système n'est pas parfait, mais il est fort utile.

Oh et mes textes terminés sont conservés dans un dossier back-up de mon hotmail. Comme ça je les ai sous la main et j'ai des sauvegardes en cas de pépin (bon, j'ai aussi des copies partout dans la maison, mais on ne sait jamais...)

CJ a dit…

Je déteste toute forme de classement...Impossible pour moi à faire ou presque. J'ai un semblant de classement dans mon disque dur avec 3 dossiers intitulés originalement (hum hum) roman 1, roman 2, roman 3...Et à mon bureau, j'ai des cahiers avec plein de notes gribouillées sans aucun ordre logique...Tellement que le cahier peut avoir les 3 premières pages remplies, rien pour les 10 suivantes, une demi page ensuite avec des idées et d'autres à la fin. J'ouvre au hasard et voilà. Et tout est pêle-mêle sur le dessus de mon bureau, à côté de mes dictionnaires. Mais, l'essentiel est que je me retrouve toujours dans mon bordel.

ClaudeL a dit…

Photo 1: dans mon ordi, tout est classé, répertoires, fichiers. Pour chaque titre, un répertoire dans lequel seront le texte, la chronologie, le plan (en excel), les portraits. Et maintenant, en bas de chaque version d'un même manuscrit: mon nom, le titre, la date et évidemment le numéro de page.

Photo 2: sur mon bureau, devant moi, des chemises: budget de l'année (eh oui, je fais mon budget avec excel toutes les semaines, je rentre les factures, je sais combien il me reste dans tel compte et tel autre), lettres de refus (grosse chemise!), dossiers en cours de clients (ne pas oublier que je suis graphiste)
à côté, à ma gauche, des piles de feuilles imprimées et reliées par un trombone avec le nom du patronyme sur la première feuille: de la généalogie
encore plus à gauche: des cahiers tous disparates dans lesquels j'écris à la main, qui servent chaque jour (Ceux qui ne servent plus ou moins sont dans un tiroir) Comme à l'école: un par sujet. Un cahier pour les voyages-campings, un autre sur des expressions à retenir, un autre sur des notes prises lors d'atelier d'écriture, un autre des notes journalières.
Photo 3: un garde robe rempli de versions de manuscrits et mille autres petites gugusses comme papier, chemises, enveloppes, vieilles souris inutilisables, des fils et des fils d'ordinateurs
Photo 4: au sous-sol des dizaines de boîtes de cartons bien identifiées. Des manuscrits, des lettres du temps avant les courriels, des journaux intimes que je ne relis plus, des milliers de feuilles imprimées lors de mes recherches. Des montages de livres aussi du temps préhistorique d'avant l'ordinateur.

Et malgré tout ça, je ne me considère pas vraiment organisée. Juste ramasseuse!

Émilie C. Lévesque a dit…

Ouf, vous êtes parfois drôlement organisés!
Je me dis toujours que je devrais m'y mettre... :)

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Ah! Je vois que toi aussi, tu as été contrainte d'adopter un système de classement afin de t'y retrouver! Je note précieusement tes explications... Surtout pour les répertoires qui regroupent tous les éléments d'une même histoire. Ma grande lacune, c'est vraiment le classement informatique. J'ai une copie papier d'à peu près tout, et je les classe par catégorie, mais je ne fais pas de suivi au fur et à mesure sur mon ordi. En tout cas, au moins, je fais un backup sur ma clé USB... Que je traine partout avec moi, au cas où... Comme tu dis, on ne sait jamais! :S

À CJ : Au début, je fonctionnais comme ça, mais je me suis vite retrouvée dépassée par les événements. Et je me suis rendue compte que oui, ça peut être le bordel sur mon bureau, je m'y retrouve moi aussi, mais mes projets doivent être séparés les uns des autres, pas dans le même cahier. Un bon système de classement, pour moi, ça équivaut à une tête plus légère. Quand c'est noté et classé, je peux penser à autre chose, comme à mon projet en cours... :p

À ClaudeL : Tiens, moi, les lettres de refus (quelques-unes moi aussi!), je les classe directement avec le manuscrit, dans la pochette. Ainsi, j'ai une vue d'ensemble quand je consulte chaque dossier.

C'est drôle, on a vraiment tous des façons différentes de fonctionner! Moi, je suis de moins en moins ramasseuse avec le temps. À force de faire des ventes de garage et de déménager, j'en suis arrivée à ne conserver que le nécessaire. Le reste, je m'en débarrasse. C'est pourquoi, en général, je ne conserve jamais les anciennes versions de mes manuscrits... Sacrilège??? Je ne sais pas, je ne suis pas du genre à regarder en arrière. Quand j'améliore, l'ancienne version n'est plus bonne à mes yeux. Faudrait peut-être que je corrige cette manie... ;)

À Émilie : Bof! Tant que tu t'y retrouves et que ça ne brime pas ta concentration, tu peux bien poursuivre à ta façon! Il y en a qui ont besoin d'ordre et de plans, d'autres préfèrent y aller à l'instinct, sans plan ni classement. Ça doit être mon métier de secrétaire qui déteint à la maison... ;)

Audrey a dit…

Wow ! Je suis comme Émilie, admirative devant votre organisation ! Personnellement, je n'écris que des romans et je n'ai jamais plus de deux projets en même temps donc le classement est plus facile à faire : je crée un dossier pour chacun avec des sous dossiers genre versions avant envoi à l'éditeur, versions retravaillées, versions publiées. Pour ce qui est des idées, je traine tout le temps un carnet et un stylo dans mon sac.

Isa Lauzon a dit…

À Audrey : Ben, sais-tu, plus je regarde ça et plus je me dis que mon cerveau doit être calibré pour les nouvelles... et peut-être pas pour les romans, enfin pas tout de suite! Ça bouge trop vite dans ma tête, j'ai trop de choses à explorer en même temps. Je vous envie, toi et les autres qui, comme toi, ne songent qu'à un ou deux gros projets à la fois et qui arrivent à se concentrer dessus. Moi, ce sont plein plein de petits projets qui me harcèlent...

En tout cas, je suis bien contente des réponses que j'ai eu jusqu'ici! Je constate que nous avons tous des façons différentes de procéder, c'est très enrichissant! :p

Céline a dit…

Bonjour Isa! C'est ma première intervention sur ton Blogue, que je trouve très intéressant d'ailleurs. Ton classement ressemble un peu au mien, enfin, à mon nouveau. Étrangement, dimanche dernier, j'ai décidé qu'enfin je ferais le tri de tous mes textes et d'organiser un classement. Cela a duré 9 heures. J'avais plusieurs nouvelles et parcelles de romans écrits dans un même cahier. Il va sans dire qu'il y avait des dizaines de cahiers et bouts de papiers. Une vraie pagaille. Je fais très peu de soumissions, car je ne réussis pas à me retrouver dans mon mauvais classement. J'ai aussi installé un immense babillard sur le mur de "la chambre d'écriture" en y apposant les projets les plus urgents ainsi que la date à laquelle chacun des projets doit être complété. J'ai aussi un carnet consacré à des idées. Lorsque je me sens un peu perdue, je refais la lecture de certaines idées, et habituellement je retrouve un bon filon. Enfin, depuis une semaine, j'ai réussi à terminer 2 projets et voilà qu'il me reste du temps pour écrire ce mot sur ton Blogue. Je te souhaite bonne chance dans ta nouvelle organisation, et je souhaite que la mienne puisse durer quelques temps...

Isa Lauzon a dit…

À Céline : 9 heures? Toi aussi, tu étais décidée! Moi, ça m'a pris entre 6 et 8 heures en tout, je dirais. Je n'ai pas compté exactement, mais c'est à peu près ça.

Les bouts de papiers et les gribouillages dans divers cahiers, j'avais déjà réglé ça il y a 2-3 ans par contre, avec mes fameuses pochettes, qui me permettent de regrouper les idées se rapportant à un même sujet au même endroit. Alors j'ai économisé du temps pour cette étape-là. Le plus long, ça a été de classer les idées par genres (général, fantastique, science-fiction, contes, noir et policier, divers). Et d'accorder à chacun une quote d'intérêt et d'urgence. Ouais, Madame, c'était du boulot, mais ça en a valu la peine! ;)

Bravo pour le babillard! Moi aussi, je fonctionne avec ça. Ça va tellement bien que j'en ai 2! Un pour les activités et sorties à venir, des listes de livres à lire, et plein de pense-bête en tous genres. Sur mon autre babillard, je mets plein d'infos sur mes projets en cours. Mes objectifs. Les prochaines dates de tombées des revues. Etc., etc.

En tout cas, félicitations pour ton rangement, tu vois, il te permet déjà de mieux t'y retrouver! Je suis certaine que comme moi, tu auras à coeur de conserver tes notes en ordre, ça va tellement plus vite! Bonne chance à toi aussi! :p

Luc Dagenais a dit…

Ouf... Je suis archiviste de profession, et je passe 35h heures semaines à classer, trier, décrire, indexer, nourrir une BdD... À la maison je m'en tiens au minimum. LOL! ;oD Ceci dit, j'adore faire ce métier.

Isa Lauzon a dit…

À Luc : Hihi! Comme je te comprends! J'ai longtemps été secrétaire-réceptionniste... et pas capable de répondre au téléphone à la maison le soir, ça m'écoeurait trop! Parle-moi pas de remplir un chèque, beurk! (alors que j'en faisais plein plein à chaque jour au bureau de comptable où je travaillais!)

Hé! Quand je suis payée, ça va, mais à la maison, hein, chus pas payée, faque... pfft! On peut-tu vivre aussi? MDR!!!