25 août 2010

Le marché

Voici le second texte de Cyril Valery, qui a participé à l'exercice #2 :

Le marché
Par Cyril Valery

Perdu dans mes pensées, je me suis fait interpeller par une cliente qui voulait que je lui serve des carottes de sable de la ville de Créances. Les meilleures, dit-on, surtout lorsqu’elles sont arrosées d’une sauce crème bien épaisse. Par contre elle me prévint que la veille, ses pommes étaient pas comme d’habitude. « Un peu sûres », se plaignit-elle.

J’écoutais la mer battre son plein dans mon dos. J’aime bien les marchés de bord de mer et les clients nous font rarement faux bond.

Tout à coup, un chef cuisinier m’attrapa par l’épaule et je vis tout de suite qu’il m’avait pris en grippe. Il me hurla que son plateau de pommes de la veille était un véritable poison.

Deux plaintes de clients dans la même journée ! Quelle honte en plein marché ! Déterminé à river le clou de celui-ci, je m’engageai à l’emmener au champ pour lui montrer la qualité de mes pommes. Et je lui promis de lui envoyer par écrit, noir sur blanc, une copie de mes différentes plaques de labels de qualité de mes produits. Vraiment, il dépassait la mesure avec ses propos injurieux !

Pourtant, ma femme m’avait plus ou moins prévenu, le matin même. En effet, une des ses amies à la taille de guêpe et aimant écouter aux portes, avait entendu dans un restaurant qu’un cuisinier se plaignait de mes pommes. J’aurais dû saisir la balle au bond et chercher son nom dans l’annuaire, pour l’appeler et éclaircir la situation.

Aucun commentaire: