1 août 2010

L'art d'écrire


Pierre Tisseyre


Pierre Tisseyre, éditeur aguerri ayant lu des milliers de manuscrits et accompagné des centaines d’écrivains, livre ici de précieux conseils aux auteurs débutants.

Pierre Tisseyre quantifie l’importance du travail d’écriture ainsi : « 10 % de talent peuvent suffire si vous y ajoutez 90 % de transpiration ». Il a donc rédigé ce livre dans le but d’aider les auteurs débutants à éviter quelques pièges et à résoudre les inévitables problèmes qui se présenteront sur leur route. Tout au long du livre, il explique, avec force d’exemples tirés de son expérience personnelle, ce qui, selon lui, fait un bon écrivain.

Il aborde entre autres le concept de vérité littéraire – qui n’a soit dit en passant rien à voir avec la vérité tout court! –, les notions reliées à la construction d’un livre, les procédés d’écriture, l’élaboration des personnages et les moyens à privilégier pour les rendre crédibles, l’importance du décor, de même que les avantages et inconvénients reliés aux dialogues.

Il parle aussi des relations entre les auteurs et les éditeurs, survole sommairement le contrat d’édition et prône la réécriture, étape primordiale selon lui pour tout auteur qui désire atteindre la qualité. Il déplore d’ailleurs l’attitude de ces écrivains qui, jugeant leur œuvre parfaite, refusent d’y changer une seule virgule…

Selon Pierre Tisseyre, tout auteur devrait être en mesure de scruter son texte à la loupe avec détachement, afin de voir s’il n’y aurait pas moyen de couper des adjectifs superflus, de dire plus simplement, en moins de mots, de façon plus percutante. Rien n’est pire, à son avis, que la satisfaction et le contentement de soi. Il faut au contraire demeurer critique et ce, en toute occasion. Il recommande d’ailleurs l’usage d’un comité de lecture, qui permet d’obtenir des commentaires objectifs de participants extérieurs.

La règle d’or pour le débutant, serait d’éviter les complications qui ne sont pas indispensables. Il ne recommande donc pas au jeune auteur les constructions plus complexes telles que les romans par lettres ou les constructions de style « Dallas » (terme inventé par M. Tisseyre), qui nécessitent de jongler avec plusieurs sous-intrigues simultanément. Les dialogues seraient aussi à utiliser avec prudence et parcimonie.

Si je n’ai pas déniché dans ce livre énormément de trucs pratico-pratiques que je pourrais appliquer dans mon quotidien, j’y ai par contre trouvé des notions qui m’ont fait réfléchir sur mon parcours d’auteure en herbe et sur des erreurs que je pourrais éviter de commettre à l’avenir.

Je suggère ce livre surtout aux auteurs en devenir, qui y trouveront certainement des pistes qui les aideront à mieux orienter leurs démarches.

5 commentaires:

Gen a dit…

Il a l'air vraiment bien ce bouquin, mais il me pose le problème suivant : au vu des revenus pouvant être gagnés avec l'écriture, combien d'argent peut-on se permettre d'investir au total dans des bouquins destinés à nous aider à écrire? :p

Parce que c'est fou l'offre qu'il y a dans ce domaine!

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Psssst! Fais comme moi : emprunte-le à la bibliothèque... ;) Désolée, mais je ne suis pas millionnaire, alors des fois j'achète, des fois j'emprunte! :S

ClaudeL a dit…

Mon père a appris son métier d'écrivain sous son règne et publié ses quelque rares romans chez lui. Mais à cette époque, l'ordinateur n'existait pas. La photocopieuse non plus. C'était l'ère du papier carbone. Donc la réécriture... il fallait acheter des tonnes de papier, des rubans, du papier carbone...

Bon, pas rapport, mais que voulez-vous, pour moi Tisseyre = père = 1970.
Les éditeurs d'aujourd'hui ont-ils encore les mêmes attentes, le même regard?

Isa Lauzon a dit…

À ClaudeL : Papier carbone... Wash!!! J'ai commencé comme ça, à mes débuts de secrétaire... Taper des formulaires à la dactylo, en 4 exemplaires, sur papier carbone... Le cauchemar!

MDR : Ton père a publié chez lui? En tout cas, j'ai trouvé ce bouquin d'actualité, parce que Tisseyre fait justement des parallèles entre ce qui était de mise avant et ce qui est attendu maintenant. Je ne crois pas en effet que les éditeurs d'aujourd'hui portent le même regard sur les oeuvres, car le public a beaucoup changé et ils ont dû s'adapter. En tout cas, il y a beaucoup de références à l'époque dont tu me parles, tu aurais certainement plaisir à le lire. Je te le conseille!

ClaudeL a dit…

Je le ferai venir à la bibliothèque alors... en janvier prochain parce que le système informatique de Biblio Outaouais(il paraît que c'est le même dans toute la province pour les biblio en réseau) a des "bugs" irréparables avant janvier ???!!! Grrr.