11 mars 2010

Je me suis levée ce matin...


Avec une exaltation dans la poitrine. Avec le sentiment qu'aujourd'hui, je pourrais tout accomplir, tout réussir. Avec l'impression que la journée serait superbe, que j'accomplirais beaucoup, que je m'accomplirais. Bref, je me suis levée reposée, de bonne humeur et remplie d'optimisme.

Je vais enfin prendre le temps d'écrire des critiques sur les livres que j'ai lus au cours des dernières semaines. J'ai d'ailleurs produit trois brouillons de futurs billets rien que ce matin!

Les idées reviennent. Je débloque enfin. Ce devait être l'hiver qui me gelait les circuits. J'étais en panne d'énergie et me revoilà pimpante et joyeuse!

Le printemps est à nos portes, la neige fond. Le soleil est délicieux, la température clémente. Dix dodos et nous y sommes. Mais dans mon coeur, vous l'aurez deviné, c'est déjà le printemps!

7 commentaires:

Gen a dit…

Hé! :) C'est plaisant de lire ça!

Lâche pas cette belle énergie!

richard tremblay a dit…

Même ici, dans les régions pas si lointaines, le printemps commence à se faire sentir. On a le coeur léger, la plume alerte, l'esprit comme un scalpel...

Rackham Le Rouge a dit…

Un petit bonjour Isa !
Tu es comme le printemps, tu bourgeonnes...^^

Besos
Jack

Dame Sco' a dit…

Oui ça fait plaisir de te voir pleine d'entrain comme ça ! Le printemps te fait de l'effet !! héhé

ClaudeL a dit…

Née au printemps, je pousse, je me trémousse, je coule comme sève dès le début mars. Je bourgeonne aussi, comme dit Rackam!

Karuna a dit…

Toi, tu me fais du bien ce midi! Merci.

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Je m'y accroche, je m'y accroche!

À Richard : Très bien dit! L'esprit comme un scalpel, en effet, on dirait que mes neuronnes se décrassent ces temps-ci. Ça bouillonne, ça bouillonne!

À Rackham : Hein? Est-ce que j'ai un bouton sur le nez? Ah! Non, tu veux dire que je m'épanouis tel un bourgeon sous le chaud soleil de mars... ;)

À Dame Sco' : Le printemps a toujours cet effet sur moi. Je renais!

À ClaudeL : Alors bonne fête (en retard ou en avance?) et bourgeonne, ma chère!

À Karuna : De rien! Je me devais de partager cette bonne humeur. Après tout, le sourire n'est-il pas contagieux?