10 février 2010

Jonctions impossibles


Jean-Louis Trudel

Indéfinissable. Voilà le premier mot qui me vient à l’esprit.

Ce recueil représente près de vingt ans d’écriture. Les onze (11) nouvelles qu’il contient ont paru dans différentes revues littéraires et l’auteur les a regroupées sous un même titre. Titre que j’ai d’ailleurs trouvé fort intrigant et qui a grandement motivé mon achat, soit dit en passant.

L’œuvre de Jean-Louis Trudel ne peut se définir avec de simples mots. Elle doit être savourée à petit feu, découverte au fil d’une lecture attentive. La qualité de la langue est superbe et les pages sont remplies de descriptions poétiques qui transportent l’esprit dans un univers parallèle.

Il me faudrait lire cent fois chaque nouvelle pour tout saisir et encore, je n’en apprécierais sûrement pas toute les subtilités. De ce livre, je me souviens de mots qui se sont écoulés sans entacher ma mémoire, mais qui ont teinté au passage mon âme de mélancolie et de nostalgie.

Ma nouvelle favorite : L’amour est une noyade. Prenant les allures d’une légende amérindienne, cette histoire relate les tourments du Sauvage, un autochtone révolté par l’avancée de l’Homme blanc. Lui seul voit les pauvres ondines à l’agonie qui se meurent dans les eaux de la Gatineau. La pollution et le déboisement tuent cette nature que l’amérindien affectionne tant et le seul moyen qu’il a trouvé pour exorciser sa colère, c’est de tout détruire avant que l’homme blanc ne le fasse…

Si vous recherchez une lecture qui sort de l’ordinaire, une lecture inspirante qui vous transportera dans un ailleurs insoupçonné, je vous conseille fortement ce recueil.
Pour plus de détails, je vous invite à consulter le billet que Richard Tremblay a publié récemment à ce sujet.

4 commentaires:

Gen a dit…

Je viens de lire ton commentaire et celui de Richard... et là je me demande comment ça se fait que j'ai pas encore acheté ce recueil!

richard tremblay a dit…

Je te le prêterai à Boréal, pis tu me le rendras à l'autre Boréal.

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Il n'est jamais trop tard pour bien faire... ;)

À Richard : Toi, t'es vraiment pas pressé! ;)

Gen a dit…

@Richard : lol! Ok, toi tu prêtes à long terme pour vrai! hihihihi

Mais non, je crois que je vais plutôt me payer ça avec ma dernière carte-cadeau :) (que je viens de recevoir)