27 février 2010

Concours "Il était une fois à Saint-Eustache"

Le concours littéraire "Il était une fois à Saint-Eustache" nous revient encore cette année. Date limite : 30 avril 2010. Et moi, en ce moment, je me désespère de moi-même et je m'autoflagelle...

Voyez-vous, lorsque j'ai lu l'annonce dans le journal, mon idée était faite. Non, je n'y participerais pas cette année. En 2008, j'ai remporté la 3e place et en 2009, la 1ere. Que désirer de plus? J'allais laisser la chance aux autres, j'allais me concentrer sur mes projets en cours. Point final.

Ou plutôt, point de suspension... Parce que lorsque je me suis installée à mon ordinateur pour écrire le présent billet, mon cerveau de malheur m'a asséné un coup de poing retentissant en plein front. Bang! L'étincelle, l'inspiration. Voilà, je me retrouvais avec une idée pour ce concours.

Que faire? Oublier cette idée? Pas capable. Pas moyen. Il faut que j'écrive cette histoire.

Et le concours de l'ermite.

Et mon texte pour ma chronique "Des mots pour le dire".

En plus de mes autres projets.

Zut! Pas moyen d'avoir la paix deux minutes, pas moyen de procrastiner tranquille!

J'ai compris, je me rends. J'y participerai cette année encore. Je ne sais pas où je vais trouver le temps, mais j'y participerai.

Si ça vous intéresse, voici les règlements :

"Les résidents de la région de Deux-Montagnes (à vous de vérifier si vous êtes éligibles, mais le territoire est suffisamment vaste pour englober Mirabel) sont invités à écrire un poème (ça, c'est nouveau cette année) ou une nouvelle d'environ 1 500 mots dactylographiés sur papier format lettre. Le lieu d'inspiration est Saint-Eustache.

Faire parvenir à la bibliothèque municipale Guy-Bélisle votre texte en trois copies, signées d'un pseudonyme, avec dans une enveloppe séparée le formulaire d'inscription dûment rempli (disponible à la bibliothèque).

Le meilleur texte recevra le prix Guy-Bélisle (300 $). Un deuxième et un troisième prix seront remis. Les gagnants seront proclamés le mardi 18 mai à 19 h 30, à la bibliothèque municipale Guy-bélisle. Renseignements supplémentaires : 450-974-5035.

Poster ou déposer à cette adresse :

Concours Guy-Bélisle 2010
Bibliothèque municipale Guy-Bélisle
80, boul. Arthur-Sauvé
Saint-Eustache (Québec) J7R 2H7"

Maintenant, les recommandations de Matante Isa :

- N'écrivez surtout pas sur les patriotes et la fameuse bataille de l'Église de Saint-Eustache. En 2008, nous étions 30 à avoir écrit là-dessus, et seul mon texte a été choisi. Le but étant de produire un "Livre d'art de Saint-Eustache" en 2012, les organisatrices privilégient les sujets variés. Donc, oubliez celui-là, sinon vos chances seront moins bonnes!

- Pas de joual, les organisatrices aiment la belle littérature, les envolées, les textes de qualité. C'est le temps de sortir votre âme de poète, vos mots du dimanche.

- Assurez-vous que le lieu où se situe votre histoire reflète bien Saint-Eustache, qu'on sente l'âme de cette ville dans votre texte.

Voilà, c'est tout. Amusez-vous bien et... que le meilleur gagne!

4 commentaires:

Gen a dit…

Bonne chance pour ta enième participation. Dis-toi que plus tu auras de textes dans le livre d'art qui paraîtra en 2012, plus tu seras connue dans ton coin... qui sait, ça veut peut-être dire aussi que tu attireras l'attention d'un éditeur! :)

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Si ça continue, mon but sera d'y paraître pour les 4 années consécutives qui auront permis la publication de ce fameux recueil... Mdr!!! Mais non, je participe surtout pour le plaisir, parce que ça parle de mon coin de pays, parce que j'aime les projets et surtout, parce que j'adore me mettre dans les trouble avec plein plein de contraintes à mon horaire! Quant à attirer l'attention d'un éditeur... on verra ça dans le temps comme dans le temps, comme on dit! Pour l'instant, j'ai encore du pain sur la planche!

Alexandre Babeanu a dit…

Ahh, c'est pas l'église Saint-Eustache de Paris, à côté des Halles alors...

Bonne chance à toi en tout cas!

Isa Lauzon a dit…

À Alexandre : Hihi! Non, c'est pas à Paris! Plutôt à côté de Laval, près de Mirabel. Pas aussi romantique, peut-être, mais Saint-Eustache fut tout de même le siège de la rébellion des patriotes, une importante tranche de l'Histoire du Québec... Et la ville où mon conjoint a grandi, celle où j'ai travaillé durant près de 10 ans, celle où je fais 90 % de mes courses. Saint-Eustache, c'est un peu chez moi!