16 janvier 2010

Drôle de rêve

J'ouvre un courriel et un vidéo s'affiche. Deux hommes à l'écran, l'un blond et arborant un air avenant, l'autre brun et renfrogné.

Le blond me déclare avec emphase qu'il a adoré mon texte (lequel? je cherche encore) et qu'il adorerait le publier.

Le brun proteste, dit que ce n'est pas vraiment bon, et précise sa pensée en lisant des passages qui, selon lui, sonnent faux. Manifestement, il déteste mon style.

Le blond défend faiblement ma cause et cite une phrase particulièrement bien écrite. Mais dans son regard, je vois qu'il se sait déjà battu d'avance.

Après un long silence, le blond s'adresse à moi :

- Désolé, mais mon collègue a raison. Votre texte n'est pas publiable.

Je crie :

- Attendez! Je peux le modifier! Je peux changer les mots qui vous agacent!

Évidemment, comme il s'agit d'un message enregistré, les deux hommes ne m'entendent pas.

Le verdict est tombé. Ce texte ne sera pas publié. Je suis bouche bée. Quelle drôle de façon d'annoncer un refus à un auteur! Et en plus, je n'ai rien compris à leurs motifs. Qu'est-ce qui clochait? Comment l'améliorer?

***
À mon réveil, je me suis interrogée sur la signification de ce rêve. Puis, j'ai songé à mes six nouvelles qui dorment dans une boîte, attendant patiemment qu'un oui ou un non détermine leur destin. Parmi ces six nouvelles, il y en a une qui fait partie d'une première sélection depuis juillet 2009. J'attends toujours la réponse. Et je trouve le temps long.

Peut-être est-ce cette attente qui m'a inspiré ce drôle de rêve. Je ne peux pas accélérer le processus, ce n'est pas de mon ressort, mais je connais un remède très efficace pour me sortir cette impatience de la tête : écrire! Écrire et soumettre. Soumettre et écrire. Jusqu'à ce qu'un jour, l'un de mes textes soit sélectionné.

8 commentaires:

Rackham Le Rouge a dit…

Beau rêve, plein de sens...Ca veut dire aussi que tu penses que publier c'est aléatoire et que cela n'a rien à voir avec la qualité de ce que tu écris.
Tu dois attendre d'avoir de la chance qu'on te dise : Oui...

Besos Isa !

ClaudeL a dit…

Et ne te gêne pas pour envoyer un petit courriel de rappel aux personnes qui ont un de tes textes en leur possession.

Suis zéro en interpération de rêves parce que du moment où on ne sait pas, tout est possible.

Gen a dit…

Ah, les rêves! ;) Drôles de bibites.

Celui-là vaut la peine d'être noté Isa. Ça peut faire une bonne base pour une nouvelle.

(J'utilise fréquemment les rêves de mon chum comme base pour mes nouvelles les plus sautées. Y'a rien de plus stimulant que de partir d'idées aussi déjantées et d'essayer de leur donner une cohérence... entk, moi j'aime bien l'exercice :)

Isa Lauzon a dit…

À Rackham : Ça veut aussi surtout dire que certains aimeront et d'autres, non. Et que je dois me faire à cette idée!

À ClaudeL : Je suis nulle pour faire des rappels de ce genre. J'ai l'impression de mettre la pression... et de nuire à mes chances. En fait, pour ma nouvelle qui attend une réponse depuis juillet, j'ai envoyé un courriel et j'ai obtenu comme réponse qu'elle était toujours dans la course et que la sélection finale n'était pas faite. Plus encourageant qu'un non, tout de même!

À Gen : De mon côté, pas besoin des rêves de mon chum (il ne s'en rappelle jamais!), les miens sont assez hard merci! Parfois, c'est comme si je venais de visionner un film. Tout est là! Bon, il y a des incohérences à corriger, bien sûr, mais mon subconscient fait vraiment du bon boulot!

Gen a dit…

Chanceuse Isa!

Quand j'étais petite, j'ai appris des techniques de méditation et d'autohypnose pour ne pas me souvenir de mes rêves parce que je souffrais de terreurs nocturnes graves.

Depuis, pas moyen de me rappeler de mes rêves, même si je n'applique plus ces techniques. Je peux me réveiller en sursaut le coeur battant... mais je saurai pas pourquoi. Frustrant.

(D'un autre côté, c'est mieux que l'époque où je n'arrivais à me rendormir que pour retomber dans mon cauchemar précédent)

Pierre H.Charron a dit…

C'est vrai que ce rêve a tous les allures d'une nouvelle littéraire. Retiens ça sérieux :)

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Pauvre toi! Je rêve intensément toutes les nuits depuis que je suis toute petite et les cauchemars, j'en fais assez rarement. Et même le pire cauchemar peut servir d'inspiration pour une nouvelle...

Isa Lauzon a dit…

À Pierre : Bah! J'ai dit ce que j'avais à dire sur ce rêve, je ne saurais pas quoi en tirer d'autre. Et j'ai bien mieux que ça en stock! ;)