15 janvier 2010

Créer l'émotion

Toute bonne histoire devrait susciter une émotion. Enfin, c'est mon avis!

Que ce soit la peine, l'amusement, la surprise, l'horreur ou le dégoût, le récit doit me faire ressentir quelque chose. Sinon, ce ne sont que des mots, magnifiques peut-être, mais vides.

Je veux m'attacher aux personnages. Ou les détester. Ou les mépriser. Ou les plaindre. J'ai besoin de vibrer, de m'identifier, de m'émouvoir.

J'ai déjà laissé tomber des romans en plein milieu parce que je ne ressentais aucune émotion. Sans les nommer, il s'agissait d'auteurs reconnus. Bizarre.

Moi-même, en tant qu'auteure, je cherche à créer l'émotion. Je commence à comprendre que mon intérêt pour l'étrange, le fantastique et l'horreur découle directement de cette quête.

Je n'aime pas nécessairement le gore, mais j'éprouve un sentiment très fort quand j'en lis. Je ressens une forte émotion quand j'écris sur des thèmes plus osés. Ce qui ne m'empêche pas d'écrire aussi des textes "gentils", sur la vie de tous les jours. Mais ces textes-là ne me font pas autant vibrer. C'est comme ça!

L'émotion est aussi très présente dans la musique. Certaines paroles de chansons sont si bien écrites, qu'elles viennent me prendre aux tripes. Un exemple? Un ange qui passe, d'Annie Villeneuve (en gras, mes passages préférés) :

Tu jures de rester sage
Tu jures de rester forte
De rester avec l'image
De Dieu qui a tort

Ce soir le ventre vide
Tu cacheras tes larmes
Ta mère, ton amour, ton guide
Cette nuit jettera les armes

Tu chasses les anges qui passent
C'est la peur du silence
Cette nuit la vie ta repris
La meilleure des amies

Une photo en souvenir
Une larme, un soupir
De cette nuit qui s'achève
Elle te rejoint dans tes rêves

Elle dit qu'il est trop tard
Elle ne parle qu'au passé
Son corps implore la mort
Elle ne peut plus respirer

Tu lui as fermé les yeux
Ton ventre s'est rempli de feu
La rage, la peine et l'amour
Ont régné aux alentours

Tu chasses les anges qui passent
C'est la peur du silence
Cette nuit la vie ta repris
La meilleure des amies

Une photo en souvenir
Une larme, un soupir
De cette nuit qui s'achève
Elle te rejoint dans tes rêves

Tu chasses les anges qui passent
C'est la peur du silence
Cette nuit la vie ta repris
La meilleure des amies
Une photo en souvenir
Une larme, un soupir
De cette nuit qui s'achève
Elle te rejoint dans tes rêves


J'écoute cette chanson en boucle depuis quelques jours. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que ma mère m'a enfin dit qu'elle adorait ma plume. Qu'elle dévore tous les textes que je lui donne. Qu'elle est immensément fière de sa fille.

Il m'aura fallu quatre ans pour obtenir cette bénédiction maternelle. Je ne l'espérais plus, mais maintenant, ma mère est ma plus grande fan...

10 commentaires:

Karuna a dit…

Alors là, bravo. Tu viens de réussir à m'en donner, des émotions. Touchant ton billet.

ClaudeL a dit…

Relation avec notre mère, notre père ou le couple qu'il forme: source inépuisable d'émotions. Rien qu'à prononcer leur nom, on se sent prise au ventre.

Merci pour la chanson-vidéo. Merci pour le mot "gore" que je ne connaissais pas.

ClaudeL a dit…

Aurais-je dû écrire le couple qu'ils forment? Probablement.

ClaudeL a dit…

Encore moi, parce qu'en prenant mon café, j'ai dit: "j'irais bien prendre mon café sur le balcon", en référence au balcon de mon mois en Espagne. Et l'émotion montait. Ce qui m'a fait réfléchir: je peux être émue et pas l'autre. Je peux être émue en écrivant, ça ne garantit pas que le lecteur le sera. Sans tomber non plus dans la recette américaine de la larme garantie. Ou de la ligne des humoristes.

J'aimerais bien développer ce sujet: comment susciter l'émotion, cours 101. Qui trouve le dit aux autres, d'accord?

Isa Lauzon a dit…

À Karuna : Merci! L'écriture des deux derniers paragraphes m'a fait monter des larmes aux yeux, je l'avoue. Des larmes de bonheur. Difficile de transmettre ce sentiment avec des mots...

À ClaudeL. : En effet, "le couple qu'ils forment", car ils sont deux. Quoique dans leur cas, il n'y a plus de couple. Il n'y a plus de père non plus dans le décor. J'en parlerai peut-être un jour ici, mais pas maintenant. Et encore, je ne suis pas certaine d'avoir envie de revenir là-dessus. Pas envie de rouvrir la plaie...

Et tu as bien raison au niveau des émotions. La réaction de chacun est directement reliée à son vécu et aux expériences qu'il a accumulées au cours de sa vie. Les valeurs de chaque personnes sont différentes, de même que ses intérêts. Certains thèmes généraux vont toutefois rejoindre davantage de gens, je pense. Comme les enfants, l'amour, la violence.

Malheureusement, je n'ai pas trouvé encore le mode d'emploi pour susciter l'émotion à coup sûr! Ce qui ne m'empêchera certainement pas de poursuivre ma quête...

Chantal Moreau a dit…

Une émotion... tu viens de nous en faire vivre une Isa avec ce texte. Contente de savoir pour ta mère. Moi aussi cette chanson me touche et ce, depuis qu'elle est sortie.

Keven a dit…

Ahhhhh, un classique Rock Détente cette chanson. Travaillant au Subway avec les grands slows de 19h30 à minuit, je commence à les connaître. Sérieusement, il y en a quelques-unes qui me font passer par une amalgames d'émotions:

-Ailleurs, Mario Pelchat
-Cache-cache, Maxime Landry
-Tu m'aimes-tu, Marc-André Fortin
-Entre l'ombre et la lumière, Marie Carmen

entre autres...

Isa Lauzon a dit…

À Chantal : Cette chanson, je l'aimais, mais sans plus. Jusqu'à ce que ma fille se mette à l'adorer... et qu'elle me sature les oreilles avec! Et là, je suis devenue accro. La voix d'Annie Villeneuve, ses intonations, ses paroles... Tellement prenant!

À Keven : Et aussi :

- Encore une nuit, de Marie-Mai
- Pleure dans la pluie, de Mario Pelchat

Je dois m'en venir pas mal matante, car ce type de chansons ne me touchait pas vraiment avant... Faut croire que je vieillis! Ou bien, comme toi, à force de les entendre à la radio au travail, j'ai fini par me faire convertir!

Gen a dit…

Les "tounes de matante", elles sont veut veut pas souvent composées d'un texte recherché et d'une voix très présente et très modulée, à défaut d'une musique entraînante. Ça laisse le temps à l'émotion de se créer.

Et je n'oserais pas avouer ici les titres des tounes qui me font brailler. J'ai une image de dure à maintenir ;p

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Brailler, toi? Ben voyons donc! Ça se peut pas, t'es une dure de dure! ;)

Laisse ça aux matantes comme moi...