12 janvier 2010

Alibis ou non?

Je suis en décision présentement. Vais-je soumettre ou non une nouvelle au Prix Alibis 2010?

En fait, j'en ai très envie, c'est seulement le maximum de 10 000 mots qui ralentit mes ardeurs. Un peu plus long que ce que je fais d'habitude... Ce qui signifie, en gros, que je vais devoir mettre mes autres projets littéraires de côté pour un moment.

Je suis vraiment tentée par ce projet. Histoire de me mettre en condition, je lis présentement quelques Alibis. J'ai de vagues idées, rien de très concret, mais mon imagination n'attend que mon signal pour s'emballer.

Et puis, pourquoi pas? Il s'agit là d'une belle expérience, dans un créneau que j'ai peu exploité jusqu'à maintenant.

Oui, je le ferai. Bon, ça y est, je n'ai plus le choix. J'ai annoncé ma participation, je dois maintenant respecter mes engagements.

La commande est passée, mon subconscient se met au travail. J'ai bien hâte de voir ce qu'il m'inspirera cette fois-ci!

4 commentaires:

Keven a dit…

Je nous imagine tous les trois (toi, Gen et moi), au SILQ comme finalistes. (rires) Allez, ce n'est pas impossible... Ceci dit, je me botte et l'écrit cette nouvelle, moi aussi je me suis engagé sur mon blogue!

Mathieu a dit…

T'as juste à faire un texte de 2000 mots. 10000, c'est le maximum!

Gen a dit…

Effectivement, 10 000, c'est le maximum, pas le minimum. Si je me souviens bien, le texte qui a gagné il y a deux ans (ou était-ce trois?) devait faire à peu près 5 000 mots.

Isa Lauzon a dit…

À Keven : Mdr!!! Disons que si au moins l'un de nous pouvait se démarquer, ce serait déjà super! Moi aussi, j'ai annoncé ça sur mon blogue pour me botter le derrière. Sinon, c'est la procrastination qui s'installe et l'une de mes résolutions 2010, c'est de bannir ce mot de mon vocabulaire... Enfin, bonne chance, concurrent!

À Mathieu : 2 000, c'est peu, mais je peux en effet faire moins que 10 000. C'est juste que dernièrement, je fais du 1 500 mots maximum, alors ça va me changer! Et justement, c'est bien, le changement. Car sinon, on s'enracine dans nos petites habitudes et la création en souffre. Alors je fonce dans le tas et on verra ce que ça donnera!

À Gen : 5 000? Ah oui? Je croyais qu'on avait peu de chances quand on ne se rapprochait pas du maximum. Faut croire que la qualité est plus importante que la quantité!