4 décembre 2009

Merci à la vie



Ce matin, ça n'allait pas du tout. Mise en contexte :

Mon fils a oublié ses bottes au service de garde hier soir. Je ne l'ai découvert que ce matin. Et en plus, il ne trouvait plus sa salopette. "Maman, t'as pas mis mes pantalons dans mon sac!" Bien sûr, c'était de ma faute...

Lorsqu'il a mis ses souliers de course, je me suis rendue compte qu'ils "mangeaient des camions" (c.-à-d. qu'il y avait une fente de trois pouces sur le devant de chaque pied). Super chic! Dire que je lui ai remis ces chaussures, légèrement usées, il est vrai, mais en bon état, il y a à peine une semaine. Je ne veux pas savoir, même pas imaginer ce qu'il a pu faire pour qu'elles soient dans un tel état. Le métier de mère n'est pas drôle tous les jours, mais je me dis que je gagne mon ciel...

C'est drôle, habituellement, fiston n'oublie qu'un item par jour. Hier soir, il a fait fort : il a aussi oublilé son cahier! Donc, il lui a été impossible de faire ses devoirs. Alors nous irons en prolongation ce week-end. Bon sang que j'ai hâte qu'il lui pousse une mémoire, à cet enfant-là!

Pour continuer sur cette belle lancée, j'ai ouvert la penderie de ma fille, pour réaliser qu'elle n'avait plus rien à se mettre. Et quand je dis plus rien, c'est exactement ce que je veux dire. Enfin, elle avait des chandails à manches courtes, mais ce n'est plus la saison. Nous avons pris du retard dans le lavage cette semaine et elle pousse tellement vite, ma grande, que nous sommes de plus en plus limités en terme de choix. C'est clair, il faudra aller se perdre dans les magasins ce week-end. Génial!

Tout ce branle-bas de combat nous a mis en retard. Perte de temps de mon fils sur le bord de la porte, une habitude qui se répète malheureusement trop souvent ces derniers temps. Nous sommes arrivés juste à temps pour l'autobus. Et je suis entrée dans ma voiture enragée. Non mais, quelle belle façon de commencer une journée!

En m'engageant sur le chemin principal, je fulminais. Si vous avez des enfants, vous me comprenez. Si vous n'en avez pas encore... vous comprendrez un jour!

Et puis là, au moment où j'ai senti que j'allais craquer, la vie m'a offert le plus beau des cadeaux : un splendide lever de soleil. Et quand je dis splendide, je n'exagère pas. Il s'agissait du plus beau lever de soleil que j'aie jamais contemplé.

Je n'arrivais pas à déterminer la couleur des nuages. Bleutés, rosés, orangés? Plutôt un mélange savamment dosé, un véritable régal pour les yeux.

Puis, ma radio s'est mise à jouer "Plus rien", des Cowboys fringants. J'adore cette chanson, c'est l'une de mes préférées. Je me suis mise à chanter à tue-tête, en hurlant presque ces paroles dures et pessimistes qui, étrangement, mettaient un baume sur mes émotions à fleur de peau. Comment dire? Je me suis rendue compte que toutes ces petites contrariétés matinales étaient somme toute sans importance. Que j'aimais mon existence, que j'adorais mes enfants. Et que je ne changerais rien à mon quotidien, car il est formidable.

Lorsque la chanson s'est éteinte, j'étais apaisée. Le soleil s'est levé, éclatant, aveuglant. La colère s'était envolée. Avec mes cordes vocales!

Merci à la vie, de m'avoir offert cet instant magique. Les jours sont remplis de ces moments, il faut seulement savoir les trouver, les apprécier, les savourer.

Et que dire de ce midi, au restaurant. Des images absolument magnifiques de l'Italie qui passaient en boucle sur un écran géant. Sublime. Un rêve éveillé, un projet de voyage pour la retraite, avec mon amoureux.

Les cadeaux sont partout. Soyez attentifs!

Tiens, en voici un :

http://www.youtube.com/watch?v=5PMEdg4R_Ek

6 commentaires:

Dame Sco' a dit…

Ce lever de soleil, c'est ce que l'on appelle "relativiser" ... La photo est super jolie en tout cas.

Isa Lauzon a dit…

J'ai choisi une photo qui ressemblait à mon magnifique lever de soleil (je dis mon parce qu'on dirait qu'il m'était destiné), mais c'était encore plus beau en vrai. Et la "relativisation", c'est important. Il y a des gens qui crèvent de faim en Afrique. Des itinérants qui vont geler sur place cet hiver. Sachant cela, j'apprécie encore davantage ma chance.

richard tremblay a dit…

Isa, j'ai beaucoup aimé ton billet que j'ai lu hier et relu ce matin. Ça m'a touché... J'ai même été écouté la chanson des Cowboys Fringants que j'avais oublié.

Tu as un remarquable talent pour écrire - mais ça tu le sais !

Isa Lauzon a dit…

À Richard : Merci énormément pour ton commentaire, tu me fais ma journée! Je suis heureuse de voir que ce billet t'a rejoint. Et je savoure ton compliment sur mon "talent". Non, je ne sais pas ce qu'il en est de ce talent. Je doute souvent et je sais que je dois encore travailler pour m'améliorer et atteindre mes objectifs. Mais savoir que tu aimes ce que je fais me réchauffe le coeur. Merci!

Gen a dit…

Ton billet m'a fait le même effet que ton lever de soleil :)

Comme quoi un beau de beauté met parfois beaucoup de baume... C'est pour ça qu'on écrit!

Isa Lauzon a dit…

À Gen : Ce billet, je l'ai écrit d'une traite, sans trop réfléchir. Il venait de mon fond, comme on dit! J'adore le pouvoir que détiennent les mots sur nos sentiments. Ce pouvoir libérateur qui nous délivre de nos colères et qui exprime nos joies... Je ne m'en lasserai jamais!