10 novembre 2009

Curiosité

Aujourd'hui, un collègue de travail m'a félicitée pour mon écriture. "Tu as vraiment une belle plume", m'a-t-il dit avec un sourire en coin.

Il n'en fallait pas davantage pour me mettre sur des charbons ardents. Où avait-il bien pu lire l'un de mes textes? J'en ai laissé un à mon patron dernièrement et je croyais que la fuite venait de là. Eh non.

Le vilain n'a pas voulu me révéler sa source. "Je vais devoir te tuer si je te le dis!"

Je l'avoue encore une fois, pour ceux qui ne le savent pas, je suis curieuse de nature. Un peu, juste une petit peu, assez pour passer par-dessus mon orgueil et insister auprès de Monsieur. Je voulais savoir quel texte il avait lu. Un ancien ou un récent? Il y a toute une différence! En tout cas, de mon point de vue!

Le chat est enfin sorti du sac. Il avait visité mon blogue! À ma connaissance, peu de gens à mon travail s'en sont donnés la peine depuis ma "sortie de placard". Peut-être que je me trompe, il faudrait que je consulte mes statistiques... Et puis bof! Je n'ai pas de temps pour ça.

Alors J. (qui se reconnaîtra sûrement), merci d'être venu me visiter, ça me fait chaud au coeur!

À partir de maintenant, il va falloir que je fasse attention à ce que j'écris dans mes billets... On ne sait jamais qui peut les lire...

4 commentaires:

Gen a dit…

S'il fallait que mes collègues se mettent à se promener sur mon blog, faudrait que j'épure quelques articles avant... tout ceux parlant de ma patronne surtout :p (j'pense qu'elle aimerait pas savoir que je la trouve bordélique)

J'oeuvre dans un nid de serpents (ou de corneilles, puisque ce sont des avocats), alors ce serait très risqué.

Mais je ne cache pas que j'écris, alors de temps à autre, les collègues les plus sympathiques ont droit à un petit bout de texte... ou je leur envoie, mine de rien, un mail contenant le billet du jour ;p

Dame Sco' a dit…

En effet, ça devient risqué si tes collègues viennent te lire mais bon, je crois que tu aimes vivre dangereusement en matière d'écriture non ?!

Chantal Moreau a dit…

Pour laisser libre cours à tes mots sur un blog et pour pouvoir dire des choses sans te mettre de limite par rapport aux gens qui visitent celui-ci, n'aurait-il pas été préférable de garder l'anonymat? Je crois en effet que l'on ne peut aisément dissocier les mots de leur auteur. D'un autre côté, garder l'anonymat aurait voulu dire pour toi de passer à côté de belles rencontres entre gens partageant la même passion de l'écriture et d'échange de connaissances. Allez Isa... n'en parle plus et continue... On aime te lire!

Isa Lauzon a dit…

À Gen : C'est vrai que dans ton cas, tu as dévoilé certains détails qui pourraient possiblement te porter préjudice si ta patronne lisait tes billets... Ne lui donne surtout pas l'adresse de ton blogue!

À Dame Sco' : Là est toute la différence : Je vis dangereusement avec mon écriture, mais dans la vraie vie, je suis beaucoup plus prudente! Et justement, c'est parce que je suis rangée dans la vie que j'écris des choses aussi folles... L'équilibre parfait, le Ying et le Yang!

À Chantal : J'ai longuement hésité quand est venu le temps de créer mon blogue. Quand j'ai pris la décision de dévoiler mon véritable nom, je savais ce que ça impliquait. Mais je ne regrette rien, car bloguer sous ma véritable identité, photo à l'appui, m'a apporté énormément, surtout lorsque je vais dans des événements. Qui sait, un jour, peut-être que j'ouvrirai un autre blogue, sous un pseudonyme, afin d'y laisser libre cours à des élucubrations plus extrêmes?