5 novembre 2009

Clémence Desrochers


C'est avec un immense plaisir que j'ai assisté à la rencontre de Jean Fugère du 27 octobre dernier. Pour l'occasion, les organisateurs avaient dû déménager de salle, puisque l'événement avait attiré une foule monstre. D'habitude, la bibliothèque suffit à contenir la quarantaine de spectateurs. Cette fois, il a fallu réserver la salle communautaire de Rosemère, puisque nous étions 150... du jamais vu pour ce club littéraire!

Dès l'entrée de Mme Desrochers, j'étais conquise. Alors que les participants lui rendaient hommage avec une longue ovation debout, l'humoriste-comédienne-poète-auteure-compositeure-interprète a pris le temps de regarder dans les yeux les gens des premières rangées et de les saluer individuellement. Son charisme débordait de chacun de ses gestes et j'ai été impressionnée par l'aisance qu'elle manifestait devant le public.

D'emblée, Clémence a imposé ses couleurs. À brûle-pourpoint, elle s'est mise à interroger Jean Fugère sur son métier et sa vie. Pour la première fois depuis que j'assiste à ces rencontres, j'ai vu l'animateur décontenancé. Manifestement ravi par la tournure des événements, il s'est prêté avec grâce au jeu, tout en reprenant de temps à autre le contrôle de la situation. Pour le reperdre aussitôt! D'ailleurs, nous n'avons pas eu notre pause habituelle. Quand M. Fugère a tenté de faire respecter cette consigne, Mme Desrochers nous a demandé : Quoi, vous êtes fatigués?

Nous avons passé du rire au larmes toute la soirée. Les traits d'humour, en alternance constante avec des révélations sur un passé parfois douloureux, nous ont tenus en haleine. Tellement qu'à la fin, quand Clémence s'est levée signifier son départ, personne n'a semblé disposé à la laisser partir. Nous étions tous debout, attendant un dernier sourire, une dernière poignée de main. Chacun d'entre nous aurait aimé lui parler personnellement ou lui faire signer une dédicace, mais elle ne pouvait décemment pas satisfaire nos caprices.

Fidèle à elle-même, Clémence a fait un dernier tour d'horizon et a lancé à la cantonade : Bon, ça va faire, là je m'en vais!

L'esprit léger, je suis revenue chez moi moins épuisée que je ne l'étais en arrivant. Comme si Clémence, par son sourire, avait chassé ma fatigue...

Clémence a maintenant 75 ans et elle s'est retirée de la scène. En fait, elle a fait ses adieux huit fois dans sa carrière, mais cette fois-ci sera, semble-t-il, la bonne. Toutefois, elle mettra en vente sous peu un coffret souvenir intitulé "Vente de garage". Qu'elle nous a d'ailleurs fortement suggéré d'acheter!

7 commentaires:

Isabelle a dit…

J'ai assisté moi aussi à la rencontre. C'était vraiment une très belle soirée remplie de rires et de pleures. Je suis, moi aussi revenu chez moi l'esprit plus léger et j'ai trouvé rapidement le sommeil. Je vais surement acheter son coffret en souvenir de cette soirée.

C'est à espérer que la prochaine rencontre soit aussi passionnante.

ClaudeL a dit…

Chanceuses. Suis jalouse bien sûr. Je ne suis pas du genre à assister à des spectacles. Pas cinq dans ma vie, mais Clémence fut une de mes sorties. Je l'écouterais bien encore.

Dame Sco' a dit…

Punaise, je vais finir par regretter d'habiter outre-atlantique, vous me faîtes envie avec toutes vos sorties sympas !

Isa Lauzon a dit…

À Isabelle : Tu étais là? Est-ce que tu es une habituée des rencontres de Jean Fugère? Si oui, on pourrait se donner rendez-vous pour la prochaine... Je n'achèterai pas le coffret, n'étant pas une fan inconditionnelle de Clémence. Mais je suis très heureuse d'avoir assisté à cette rencontre, elle m'en a énormément appris sur cette femme exceptionnelle.

À ClaudeL : Alors je te suggère d'acheter son coffret : il relate les grands moments de sa carrière et, semble-t-il, il y a même sa biographie dedans!

À Dame Sco' : Vous n'avez pas ce genre d'activités, en France? Faut dire qu'ici, il faut s'ouvrir les yeux et rester à l'affut, car ce type d'activités ne sont pas extrêmement populaires auprès des gens en général. Je suis toujours aux aguets, c'est pourquoi j'en trouve autant.

ClaudeL a dit…

Sur Clémence, j'ai encore dans ma bibliothèque le livre d'Hélène Pedneault. Je relirai.

Isabelle a dit…

Oui j'y étais, troisième rangée en avant près de l'allée centrale donc j'avais une très bonne vue. C'est la première fois que j'assistait à une rencontre de Jean Fugère et j'ai bien aimé cela donc je vais aller à celle du 24 novembre. Il faut d'ailleurs que j'appelle pour réserver ma place. Donc si tu y va on peut bien se donner rendez-vous.

Es-tu au courant s'il va avoir d'autres rencontres après celle du 24 nov? J'imagine qu'on va en entendre parler dans les journaux ou par le biais des bilbiothèques du coin.

Isa Lauzon a dit…

À ClaudeL : Je n'ai lu aucune biographie de Clémence (il y en a quelques-unes je crois), mais je pense que je le ferai un jour. Elle fut une pionnière au Québec, une femme d'un courage remarquable qui ne s'est pas laissée abattre par les qu'en-dira-t-on et j'admire son parcours.

À Isabelle : Troisième rangée... hé! on était toutes proches! J'étais moi aussi à cette rangée, à droite complètement! Drôle de coïncidence! Je suis supposée aller à la rencontre du 24 novembre, on s'y verra peut-être. Pour ce qui est des prochaines rencontres, ça ira au début 2010, sûrement. Mais dans une autre ville, je ne sais pas laquelle encore. Ce sera annoncé dans les bibliothèques et j'en parlerai sur mon blogue.