29 octobre 2009

La H1N1...... PAS ENCORE!!!

Comme tout le monde, j'en ai ras-le-bol d'entendre parler de la pandémie H1N1. Dès le départ, j'ai statué que je ne me ferais pas vacciner, pas plus que je ne le fais d'habitude pour l'Influenza.

Sauf que plus le temps avance, plus je sombre dans l'indécision. J'entends parler de risques potentiels reliés au vaccin, mais j'en ignore la teneur. J'entends parler de gens en pleine forme qui sont décédés suite au H1N1...

Mon conjoint penche pour la vaccination. Après tout, nous avons reçu le Tétanos, l'Hépatite A et toute la panoplie des vaccins recommandés au Québec. Pourquoi pas celui-là? Autant protéger notre petite famille...

Je réfléchis et j'attends de voir ce que donnera la première vague de vaccination, qui débutera bientôt.

En attendant, je me demande quelles seront les mesures à prendre si un membre de ma famille contracte la grippe, ce qui arrive habituellement au moins 2-3 fois dans un hiver. Vais-je manquer du travail pour ça? Devoir porter un masque si je suis grippée? Retirer les enfants de l'école?

Pour l'instant, nous ne sommes pas malades. Tant mieux. Mais qu'en sera-t-il demain?

8 commentaires:

Frédéric Raymond a dit…

Comme je travaille dans un hôpital, j'ai eu la chance de me faire vacciner hier. Ça a très bien été et on fera vacciner notre petite de 14 mois dès que ce sera possible. Beaucoup d'information bidon circulent sur le vaccin et il faut surtout se rappeler que, au bout du compte, c'est bien moins risqué d'avoir le vaccin que l'infection par la grippe A/H1N1 (ou même la grippe saisonnière). Et en plus, plus de 45 000 personnes ont été vaccinnés avec ce vaccin en Europe sans problèmes majeurs.

Si toi ou ta famille avez la grippe ou le rhume, le minimum est de se laver les mains toutes les deux secondes, même si la peau craque et saigne parce qu'elle est trop sèche. Pour tes autres questions, le lien suivant pourrait être utile : http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2009/09-235-11F.pdf

ClaudeL a dit…

Avant, lire à 20-30-40 ans, lire avant que ma mère entre au CHSLD, je n'y pensais même pas. Ma co-blogueuse fait de l'arthrite, elle a des médicaments qui agissent un peu sur son système immunitaire alors son rhumatologue lui a recommandé la chose. Moi? Je ne crois pas, mais il est certain que j'y pense plus... qu'avant.

Isa Lauzon a dit…

À Frédéric : Merci pour le lien et pour ton opinion. Sachant que les gens du milieu hospitalier se font vacciner sans arrière-pensée, je crois que je me laisserai convaincre finalement...

À ClaudeL : Nous n'avons pas tellement le choix de nous laisser emporter un peu par la vague, avec les médias qui n'arrêtent pas de nous rabâcher les oreilles! Ma fille, qui est légèrement hypocondriaque (lire ici extrêmement, très très hypocondriaque!), m'en parle à chaque jour. Elle a peur du vaccin, mais elle a aussi peur de la maladie. Pas facile de la rassurer!

richard tremblay a dit…

Mon idée était faite depuis longtemps, je vais me faire vacciner. Toute la famille aussi.

D'autant qu'aujourd'hui, il y a un premier cas de H1N1 au travail de Suzanne.

Elisabeth a dit…

Bon! Comme plusieurs semblent ignorer ce qu'est réellement la grippe (j'entends plein de trucs bizarres autour de moi), à commencer par ma chère Isa,(ne le prends pas perso, tu es loin d'être la seule), je me permettrai de me servir de ton blog pour donner une petite explication d'accord? Au pire, tu m'effaceras, j'y survivrai! (rires)

1-La grippe ne s'attrape pas 2-3 fois par hiver mais bien une seule et croyez-moi, vous vous en souvenez! Une SOUCHE d'influenza, c'est comme la varicelle, on ne l'attrape qu'une fois dans sa vie et on est ensuite immunisé pour toujours. Comme la souche se modifie un peu chaque hiver, on vaccine toujours pour la souche de l'hiver précédent, que l'on connaît, mais le vaccin n'empêche pas d'attraper la nouvelle souche, d'où la raison que certaines personnes disent avoir été vacciné et l'avoir «pogné» quand même. Ils ont eu la souche de l'année en cours! C'est ce qui explique aussi que les gens ayant côtoyé l'épidémie de 1958 (grippe espagnole) peuvent se passer de vaccin s'ils ont survécu à l'épisode de l'époque. La souche étant très semblable, le corps possède déjà les anticorps pour se défendre. Jusque-là vous me suivez?
2-Le rhume est le truc que l'on peut attraper dix fois par hiver. Statistiques: les adultes ont 2-3 rhumes par hiver, les enfants 5-8 et j'exagère pas... On morve, on est congestionné, on tousse un peu mais on fonctionne quand même! En moyenne, ça dure 3-4 jours, parfois 10 et on n'en parle plus. C'est loin d'être le cas de la grippe, la vraie soit l'influenza.
3-La grippe asteure: Il FAUT de la fièvre. C'est même pas une option, c'est une obligation. Pas de fièvre, pas de grippe. Ensuite, et bien c'est ce que les anciens appelaient une grippe d'hommes. On a mal à la tête, on tousse à s'époumonner, on a des douleurs musculaires tellement vives que l'on peine à bouger, ça dure au moins dix jours dont trois à cinq jours de fièvre plus ou moins intense et on est tellement fatigué qu'on reste coucher des jours entiers. On peut traîner des symptômes pendant trois semaines.

4- À la différence du rhume, une grippe peut tuer, surtout si le système immunitaire est trop faible pour se défendre. C'est de cette façon que j'ai appris la différence entre les deux, à la dure. Cédric l'a attrapé aux soins intensifs, il y a sept ans, (il avait 17 mois) une dizaine de jours après le diagnostique de cancer, quatre jours après son opération au cerveau. La nuit de Noël, il a fait jusqu'à 42.5 de fièvre, il a déliré, il a hurlé, il a voulu arracher ses intraveineuses, il a fallu le nourrir de force, et j'en passe... On a eu peur de le perdre et on y pouvait rien.

5-Il n'y a pas de médicaments contre la grippe excepté le Tamiflu qui n'a qu'une incidence limité et qui doit être donné dans les premières 24 heures pour faire effet. Après, ben il faut que le virus passe. Vous ne pouvez qu'adoucir les symptômes, pas les traiter. Le sirop, les Tylénol ou les Advils (en passant c'est pas la même chose ces deux-là pour ceux qui ne le savent pas), les décongestionnant et tutti quanti ne sont que de l'aide pour passer à travers, mais ils n'ont aucun effet sur le virus lui-même qui doit être éliminé par les anticorps et le vaccin sert à ça, fabriquer des anticorps...

Maintenant, que ceux qui ont eu la grippe au moins une fois dans leur vie lève la main. Vous verrez que vous n'êtes pas nombreux. Et ceux qui l'ont déjà eu, comme je le mentionnais plus haut, ils s'en souviennent. Vous pourriez en parler à mon chum qui a manqué le vaccin il y a trois ans parce qu'il travaillait à l'extérieur de la ville quand nous y sommes allés mes enfants et moi (chez moi, le vaccin est une routine dû au passé de Céd). Il a attrapé la grippe un mois plus tard et a été sur le cul une grosse semaine. C'est pas des farces, il voulait mourir...

Maintenant, à vous de voir ce que vous ferez... Quant à moi, je n'y ai jamais vu de choix, mais une logique...

Dame Sco' a dit…

La vraie grippe je l'ai eu une fois étant gamine et je m'en souviens. Cela dit en France, l'optique n'est pas la même la campagne de vaccination pour le H1N1 commence à peine et seulement 17% des français veulent se faire vacciner alors qu'il y a un mois, ils étaient 55%. Chez nous le personnel hospitalier refuse pour plus de la moitié le vaccin car nous n'avons pas assez de recul sur les essais cliniques, tester sur des souris c'est bien mignon mais bon ... Parait aussi qu'il y a dans ce vaccin les mêmes adjuvents pour booster l'efficacité que ceux qu'il y a eu pour l'hépathite B, sauf que celui pour l'hépathite B, moi j'en suis revenue, j'ai plus jamais été en bonne santé après l'avoir eu. Moralité, je ne me ferai pas vacciner, ici on a plus peur de se retrouver paralysés que d'attraper la grippe.

Gen a dit…

Étant donné que je n'ai pas d'enfants et que ma patronne a attrappé le virus (et donc que je m'attends à le pogner à mon tour) et que j'ai déjà survécu à deux grippes (même si la deuxième a failli tourner en broncho-pneumonie), je ne suis pas pressée de me faire vacciner.

Si mon tour arrive, je vais y aller. Mais si on manque de doses d'ici là ou que ça retarde et que je pogne la grippe avant, ben tant pis.

C'est même pas parce que je vais pas confiance au virus, c'est juste parce que je crois que nos mécanismes d'immunisation naturels ne sont pas là pour rien.

Isa Lauzon a dit…

À Richard : C'est sûr que quand il y a des cas dans notre entourage, ça incite davantage à recevoir le vaccin. Tant mieux pour toi si tu es vraiment certain de ton choix! Je t'envie, moi je balance encore entre les deux options...

À Elisabeth : Wow! Que d'informations! Franchement, je vais me coucher moins "niaiseuse" ce soir... Moi, je pensais que la "grippe" que j'attrapais à chaque année, qui me donnait des courbatures et me jetait sur le derrière (sans toutefois m'empêcher d'aller travailler, je suis une femme forte!), c'était ça la vraie grippe. Ben non!

Je constate une fois de plus que les problèmes de santé de ton fils t'en ont, malheureusement, appris énormément sur le système de santé et les maladies...

Je suis contente, au moins je gagne des points : je sais qu'il y a une différence entre les Tylenols et les Advils! Bravo Isa, quelle championne!

J'ai très envie de faire vacciner toute ma petite famille, mais un autre élément entre en ligne de compte : y aura-t-il suffisamment de vaccins? Les événements de Saint-Eustache me font réfléchir... Les gens semblent pris d'hystérie, c'est vraiment incroyable!

À Gen : Question anticorps, les miens sont bons d'habitude, et si je me fie aux explications d'Elisabeth, je crois que je n'ai jamais attrapé la "vraie" grippe. Donc, je dois être faite forte. Mais les temps changent. Les virus mutent. Perceront-ils un jour mes défenses ou celles de mes proches? Manger sainement, prendre des suppléments vitaminés et des probiotiques, est-ce que ce sera suffisant?