18 septembre 2009

Pas de répit

Septembre est vraiment un mois infernal. Je sais, je sais, j'ai dit que c'était mon mois préféré. Eh bien! Disons que je ne parlais que de la température, d'accord?

La rentrée scolaire. Si vous avez des enfants, vous savez de quoi je parle. Si vous n'en avez pas, tant mieux pour vous, installez vous bien confortablement dans votre fauteuil, les jambes appuyées sur un pouf et détendez-vous. Pour les autres, ce n'est sûrement pas une option!

Les devoirs et les leçons reviennent en force. Hé oui! Vous les aviez déjà oubliés? Septembre est le mois du rodage pour tous. Professeurs, enfants et parents sont bousculés par le temps. Il y a toujours une nouvelle course à faire : manuel ou cahier oublié, pantalons qui ont rétréci durant l'été (mes enfants ne peuvent pas avoir grandi de deux pouces, je refuse cette éventualité!), en plus du monstre tapi dans la penderie, qui s'amuse à grignoter tous mes vêtements. Résultat : je n'ai plus rien à me mettre!

Les activités reprennent. Cours de golf pour chéri, cours de théâtre pour ma puce et pour moi, les ateliers d'écriture. Finies les grasses matinées, il faudra maintenant se lever tôt, même les week-end!

Halloween arrive à grands pas. Où dénicherai-je la crème des déguisements pour mes petits difficiles? Mais avant, je dois aller magasiner les manteaux d'hiver et ce, rapidement, car sinon il n'y aura plus de choix.

Le croirez-vous? Je n'ai que très peu fréquenté mon atelier ces derniers jours. En fait, je pénètre dans ma pièce adorée, je jette un coup d'oeil à mes prochains projets et je ressors dépitée, car une nouvelle tâche requiert mon attention. Il faut dire aussi que ma santé ne s'est pas encore tout à fait rétablie depuis mon voyage et ce, même si ça fait déjà un mois que je suis revenue. Je traîne encore des séquelles, dont un épuisement qui me précipite dans mon lit très tôt le soir.

Bonne nouvelle, lundi, c'est mon jour de congé. Je pourrai enfin laisser libre cours à ce torrent qui menace à tout moment de m'engloutir. J'ai besoin d'écrire, c'est vital!

Au moins, je ne perds pas le cap avec mes haïkus. Tel que promis, j'en produis six par jour et je compte bien tenir le coup!

Aucun commentaire: