10 juillet 2009

Kaya


Par Robert Blake

Un conte fantastique sur l’importance d’être connecté au royaume de l’imaginaire et à notre soleil intérieur....

Lorsque Monsieur Jacquot reçoit en cadeau une clé dorée et un parchemin rose indiquant l’emplacement de la mythique île de Coll, il ignore encore que ces deux objets le conduiront surtout au plus profond de lui-même.

Dès son arrivée sur cette île réputée pour représenter l’un des nombreux ponts entre le monde des humains et celui de l’imaginaire, le conteur rencontre Larin, un lutin coquin aux allures de marin. Larin sera son guide dans cet univers merveilleux, un univers peuplé de fées et d’animaux, de rochers et d’arbres parlants.

À travers les récits de Larin sur le Semeur d’étoiles, le roi Aramos, les frères Ackmore et Atimore et bien d’autres, Monsieur Jacquot découvrira pourquoi la semaine de neuf jours a été réduite à sept jours. Il purifiera son cœur au sein d’un minuscule désert de Sahori et comprendra pourquoi il doit terminer l’histoire inachevée de Kaya, l’enfant aux yeux brillants.

Ce conte initiatique m’a transportée dans le rêve éveillé d’un homme qui, comme beaucoup de ses semblables, a oublié son cœur d’enfant. L’enchaînement des courtes histoires intégrées dans ce livre permet une compréhension globale des concepts tels que vivre au présent, cultiver son jardin intérieur… Des concepts déjà abordés par d’autres, mais transposés de jolie manière dans cette fable aux accents irlandais.

2 commentaires:

Pierre H.Charron a dit…

Il y a un bout que je n'ai pas lu ce genre littéraire , je suis dû pour m'y mouiller. Ce conte me semble un bon incitatif pour arriver À cette fin. Cela me semble un conte pour adulte si je me trompe pas, ca me plait bien.

Isa Lauzon a dit…

Le langage est correct, rien d'offensant pour les jeunes, mais en effet le thème s'adresse davantage aux adultes.