27 juin 2009

Mon atelier

J'en ai vraiment marre d'écrire sur la table de cuisine! Avec mes enfants et mon conjoint qui me tournent autour, la télévision qui m'appelle, le ménage qui m'interpelle...

Ma situation actuelle est désespérante. Mes projets d'écriture sont répartis un peu partout dans la maison, j'essaie de compartimenter le tout dans un fouilli plus ou moins contrôlé! Papeterie, résumés, dossiers de recherche, manuscrits, je ne m'y retrouve plus!

Alors je mets une pause sur tous mes projets d'écriture. Je veux, j'exige un local bien à moi! Et je mettrai tout en oeuvre pour l'obtenir le plus rapidement possible.

Voici le topo : les chambres des enfants (minuscules) sont en haut, la salle de jeux et le bureau (de bonnes dimensions) sont en bas. Tout simplement, nous allons inverser les vocations de ces pièces! Tout simplement... facile à dire! Car le sous-sol a besoin d'amour... sablage et peinture seront au rendez-vous, un mal nécessaire si je veux obtenir mon atelier.

Je vois une grande table... une commode... des tiroirs à profusion... un babillard d'inspiration... un babillard pour mes projets... j'en rêve depuis si longtemps!

Je retrousse mes manches et je m'y mets. J'espère avoir fini avant Noël! ;)

13 commentaires:

richard tremblay a dit…

Et une fenêtre pour rêver un peu.

ClaudeL a dit…

Une chambre à soi de Virginia Wolf.
Écrire de Stephen King: lui c'était porte fermée et pas de fenêtre.
Ma mère me disait: si ta machine à coudre n'est pas ouverte, si elle est serrée dans le fin fond d'un garde-robe, tu ne coudras pas.
D'ailleurs j'ai déjà eu mon bureau dans un garde-robe, j'étais très bien.
Pas de bureau, pas d'écriture. Pas d'atelier, pas de peinture. Sérieuse, s'entend. Professionnelle.

Très beau projet d'été.

Isa Lauzon a dit…

En effet, Richard : une grande fenêtre pour rêver et surtout une porte, que je pourrai fermer à loisir!

J'aime ton commentaire, ClaudeL : en effet, si on n'a pas un endroit dédié à notre création, difficile d'être sérieux dans notre démarche. Juste de sortir et de ranger notre matériel, on vient de perdre un temps précieux... Ce problème sera, je l'espère, bientôt réglé pour moi...

Pierre H.Charron a dit…

J'ai ausi mon espace À moi, mon bureau. Certs avec mon établi à ordinateur et mes deux serveurs qui roulent en dessous, mais quand même,c'est mon univers à moi. Indispensable.

S@hée a dit…

Je te le souhaite Isa!

Perso, j'ai testé le bureau... et j'ai détesté. Je n'aime pas être confinée, j'ai besoin de mouvement et de variété.

J'ai aussi la chance d'avoir un portable que je peux trimballer partout au rythme de mes envies.

Ce matin, j'ai terminé la nouvelle version d'un roman jeunesse dans mon lit, avec mon mari et mon chat qui dormaient à côté. Demain, j'écrirai dans mon salon ou ailleurs.

Mon bureau à moi, c'est ma maison au complet!

Chantal Moreau a dit…

Il me semble que si j'écrivais, je ferais plutôt comme Sahée: Obtenir un portable (le mien seulement svp!) et la liberté d'écrire partout partout.

Je te souhaite toutefois que ton projet s'accomplisse chère Isabelle!

Dame Scoffield a dit…

Un bureau, une pièce à soi, le rêve ! Si tu peux profite de l'occasion pour te réserver une pièce maintenant sinon après tu n'y arriveras plus, je sais de quoi je cause ! J'ai 137m² habitables et pas une pièce à moi, cherche l'erreur !

Isa Lauzon a dit…

Je suis surprise et ravie de voir que les avis sont aussi partagés sur cette question!

Personnellement, j'expérimente depuis longtemps la méthode de Sahée : j'écris dans la cuisine, au sous-sol, dans une chaise longue, au bureau (le midi)... mais ce n'est pas l'idéal pour moi. C'est correct pour 1 heure, pour un court texte, mais je perds facilement le fil s'il s'agit d'un projet de roman. Dès qu'on m'interrompt, je me perds dans le labyrinthe qu'est mon cerveau et j'ai du mal à focaliser mes idées.

Mon meilleur endroit pour le moment, c'est la bibliothèque. La sainte paix! Mais les heures d'ouverture sont contraignantes. Alors je travaille fort pour obtenir mon 8' X 10' bien à moi, car je sais maintenant que c'est ce qu'il me faut.

Il y a les auteurs qui sont inspirés par le brouhaha ambiant et par les petits pieds qui courent dans la maison. Et les autres, comme moi, qui s'enferment dans leur caverne comme des gros ours mal léchés. Alors je vous dis : peu importe quelle est votre préférence, tant que vous écrivez!

ClaudeL a dit…

Robert Lalonde écrit dans sa loge, entre deux répétitions.
Il m'arrive aussi d'être inspirée sur une plage bondée d'enfants, j'invente des scénarios rien qu'à regarder les gens, ou dans la balancelle alors que je lis tranquillement un livre, ce n'est alors que des notes, quelques lignes, mais le final, comme l'artiste peintre en atelier, c'est toujours dans mon bureau, toute seule, sans personne ni musique, ni radio.

Mes parents m'ont habituée: on faisait nos devoirs dans notre chambre et c'était important que chaque enfant ait sa propre chambre. Faut dire qu'on n'était que deux, hihihi.

Dame Sco' a dit…

En tout cas, moi quand j'écris, c'est toujours en musique sinon il me manque quelquechose, l'inspiration vient moins bien !

Isa Lauzon a dit…

À ClaudeL : Moi aussi, j'écris partout et l'inspiration me vient à tout moment. Pour un court texte, un sonnet, une nouvelle, ça va. Mais pour travailler sur un roman, il me faut vraiment un isolement total!

À Dame Sco' : En voiture, il me faut absolument de la musique! Et mon inspiration prend son envol à tous les coups... Mais pour écrire, ça dépend. Parfois, la musique me déconcentre, d'autres fois elle m'inspire.

Rackham Le Rouge a dit…

C'est important son petit coin pour faire ses machins, même si le vrai artiste est itinérant et pas difficile...Dans mes cordes ou mon hamac, quis comme chez moi !

Isa Lauzon a dit…

À Rackham : Dans un hamac, je m'imagine plutôt me faire dorer la pilule au soleil... Non, décidément, je suis trop dissipée. Seule la paix et l'isolement de mon atelier sauront me discipliner!