22 juin 2009

Délinquance

Lundi, jour de congé, promesse d'écriture et de travail sur mon roman.

Sauf que... Assise devant mes feuilles, je triture mon stylo et mon regard se perd par-delà la fenêtre. Ras-le-bol de cette histoire! Ce n'est pas ce que j'ai envie d'écrire aujourd'hui! Aucun intérêt!

Ma conscience me torture, me rappelle mes promesses, mes faiblesses, mes délais. Qu'à ce rythme là, je ne franchirai jamais la ligne d'arrivée.

Et puis zut! C'en est assez! J'écris pour être libre, pas pour m'enfermer dans une prison d'obligations! (et ici, je vous épargne mes jurons!)

Je balance mes scrupules dans le caniveau et je m'installe à mon écran d'ordinateur. Je visite quelques sites de revues littéraires et de fanzines et voilà, je tiens mon projet d'aujourd'hui : retravailler une de mes nouvelles afin de la soumettre à une revue.

Deux heures plus tard, je rayonne en relisant mon texte final. Qu'il soit publié ou non ne revêt pas une importance capitale. J'ai remporté mon combat intérieur, j'ai prouvé à ma conscience qu'elle n'avait pas les pleins pouvoirs sur mes actes et ma destinée.

Bon, ceci dit, je retourne plancher sur mon roman. Pas par obligation, mais par plaisir. J'ai retrouvé le feu sacré...

7 commentaires:

Rackham Le Rouge a dit…

Tiens, Isabelle ! Ca me me rappelle moi quand je dois faire mes livres, et que pof ! j'ai une idée pour créer un texte sur mon blog ou une illus' pour faire plaisir une amie !
Justement...

T'es une vraie artiste, toi !

Bisou de pirate !

Isa Lauzon a dit…

Toujours heureuse de voir que je ne suis pas la seule délinquante en cet univers... Entre artistes, on se comprend!

ClaudeL a dit…

Au moins, tou tu es restée dans l'écriture. Mmoi, j.ai reporté parce que ça fleure l'été et que j'ai plutôt nettoyé la piscine. Souvent d'ailleurs c'est en nageant que me viennent mes idées et chaque fois je me dis que je devrais avoir un papier et crayon imperméables!!! En sortant, je me dépêche de tout noter.

Pierre H.Charron a dit…

HA que c'est viviviant la délinquance..ca nous rappelle que notre seul guide qui a vraiment le pouvoir de contrôle , c'est..nous mêmes...mais il faut assumer parfois la conséquence. Et bien hâte de lire une de tes nouvelles retravaillées.!

Isa Lauzon a dit…

À ClaudeL : Moi, c'est dans la douche que me viennent mes idées (je n'ai pas de piscine!!!). Il nous faudrait un carnet de plongeur...

À Pierre : Les conséquences... c'est avec ça que j'ai du mal à vivre! Mais je me trouve tellement ridicule de m'imposer de telles limites. Je devrais plutôt me laisser aller, écrire ce qui me tente au jour le jour et tant pis pour les conséquences!

Chantal Moreau a dit…

J'ai déjà lu ceci quelque part et je l'ai noté: "L'écriture exige un travail: la production de textes. Mais elle appelle aussi la paresse: moments de flottements, de rêverie propices à la création artistique. On concluait en disant: Il faut perdre son temps avant de le trouver véritablement." Si ca peut t'encourager chère Isabelle...

Isa Lauzon a dit…

À Chantal : Je note précieusement cette pensée! Ca m'aidera peut-être à accepter cette délinquance momentanée...