22 juin 2009

8 voeux

L'ami Rackham s'est fait mettre au défi de faire 8 voeux et la question m'a fait réfléchir. Voici ce que je souhaiterais :

1. Trouver LE moyen, LA solution, LE miracle pour que la famine, la maladie et la violence soient éradiquées. Offrir au genre humain le bonheur éternel, mais sans la conséquence d'une surpopulation planétaire. Une utopie, je sais... mais on peut rêver!

2. Mourir en même temps que mon amour, tous deux très très vieux, dans une ultime étreinte. Afin qu'aucun de nous deux n'ait à subir la perte de l'autre.

3. Que mes enfants connaissent une vie longue et heureuse, qu'ils soient comblés de toutes les façons, que leurs rêves se réalisent, que la maladie les oublie.

4. Une baguette magique qui fasse le ménage à ma place! Un coup et hop! tout se rangerait, s'époussetterait, se balaierait. Que de temps perdu à combattre le désordre et la saleté...

5. Le pouvoir de contrôler le temps. Que chaque jour s'étire selon ma volonté, afin que j'aie le temps d'accomplir toutes mes tâches et tous mes rêves.

6. Avoir l'occasion dans cette vie d'écrire toutes les histoires dont les résumés dorment dans mes tiroirs. Avoir surtout la force, la patience et la volonté d'accomplir cette tâche titanesque.

7. Un souhait égoïste. Un seul jour, retrouver ce chalet perdu, qui n'existe plus. Revivre seule ces moments issus de mon enfance, revoir ce paysage grandiose, respirer cet air pur, lancer ma ligne dans ces eaux poissonneuses, écouter le chant du merle, admirer le héron et le chevreuil dans leur promenade matinale...

8. Je vous offre le dernier voeu, car je suis comblée. Faites-en bon usage!

3 commentaires:

Rackham Le Rouge a dit…

Ah ! La baguette à ménage a toutes mes faveurs, ainsi que la machine a rallonger le temps ! Utile pour écrire...

ClaudeL a dit…

Conte-nous ce chalet perdu. Je suis certaine que ça ferait une bonne histoire, comme une catharsis.

Isa Lauzon a dit…

À ClaudeL : C'est chose faite, je viens de mettre en ligne un sonnet écrit il y a quelques mois. La nostalgie me rongeait, alors j'ai immortalisé mes souvenirs sur papier...